A.Vogel Blog
 

Blogue A.Vogel – Sain et Naturel

Pour cultiver sa santé!

5 habitudes gagnantes pour réduire le cholestérol

par Sonia Chartier, le 12 January 2016, Digestion@fr, Vivre en santé
cholestérol

co-écrit par Rick Olazabal, B.Sc., ND

Nous vivons dans une société d’abondance. Une foule d’options s’offrent à nous lorsque vient le temps de boire, de manger et d’adopter des habitudes de vie. La nature humaine étant ainsi faite, nous choisissons souvent la voie du moindre effort (c’est-à-dire les options les moins coûteuses, les plus pratiques, etc.).

Il est en effet bien plus facile de manger chez McDonald’s que de cuisiner un repas chez soi. Plus facile de jouer à des jeux vidéo que d’aller courir dehors.  Plus facile de cesser de fumer le 1er janvier que de s’y mettre dès aujourd’hui – quoique ce ne soit peut-être pas plus facile dans un cas que dans l’autre, finalement!…

 

Le problème, c’est que nous menons tous des vies trépidantes, en essayant constamment de faire le maximum avec les moyens du bord… Il est donc tout à fait légitime de se traiter avec un peu d’indulgence à l’occasion. Malheureusement, il est très tentant de laisser nos habitudes moins reluisantes s’incruster… pour en payer le prix 10 à 20 ans plus tard. La bonne nouvelle, c’est qu’il n’est jamais trop tard pour agir maintenant!

On le sait, l’alimentation et le mode de vie ont un impact sur toutes les facettes de notre santé. Aujourd’hui, nous allons nous pencher sur un aspect bien précis : le fameux cholestérol.

Qu’est-ce que le cholestérol?

Le cholestérol est une molécule d’une grande importance pour les cellules humaines. Oui, il s’agit d’une molécule lipidique (c’est-à-dire de « gras »), mais cela ne l’empêche pas d’assumer plusieurs fonctions de premier plan. Premièrement, il s’agit d’un précurseur des hormones sexuelles (comme l’œstrogène, la progestérone et la testostérone), de la bile (dans le foie et la vésicule biliaire) et de la vitamine D. Cette molécule essentielle assure également l’intégrité des parois de nos cellules. Toutefois, l’excès est rarement souhaitable, et dans ce cas-ci il entraîne son lot de conséquences.

Ce n’est pas sans raison que le mot « cholestérol » évoque aussitôt le spectre de la crise cardiaque. En effet, lorsqu’elle est présente en grande quantité et qu’il y a également inflammation, une molécule lipidique d’un certain type (soit la lipoprotéine de basse densité ou LDL, aussi connue sous le nom de « mauvais » cholestérol) endommage les artères. Le LDL peut aussi entraîner la formation de caillots, particulièrement dans les artères coronaires (menant au cœur), ce qui se conclut souvent par un problème cardiaque.

Quelles sont les causes du problème?

De façon générale, l’excès de cholestérol est un phénomène soit génétique (hypercholestérolémie familiale – une personne sur 500 environ), soit attribuable à de mauvaises habitudes de vie. Certains problèmes de santé peuvent aussi mener à une hausse du mauvais cholestérol, entre autres (mais pas seulement) les maladies du foie et même l’hypothyroïdie. Si votre taux de LDL vous préoccupe, parlez-en à votre médecin de famille ou à un docteur en naturopathie agréé.

Quels en sont les symptômes?

Les symptômes associés à l’hypercholestérolémie sont plutôt marqués et souvent de nature vasculaire. Une douleur sévère à la poitrine (ex. : angine) est souvent le signe que le flux sanguin dans les artères coronaires est compromis et risque d’entraîner une crise cardiaque. Il en va de même pour les accidents vasculaires cérébraux (AVC), précédés d’une sensation de douleur après la marche en raison de la présence de dépôts de gras (mauvais cholestérol) qui bloquent l’écoulement sanguin.

Quelles sont les habitudes à changer ou à prendre pour diminuer le taux de cholestérol ?

  1. Être physiquement actif : l’exercice est le moyen le plus efficace à lui seul pour réduire non seulement les niveaux de cholestérol, mais aussi l’éventualité de problèmes coronariens. Le risque de mortalité attribuable au mauvais cholestérol est plus élevé chez les personnes souffrant d’embonpoint ou d’obésité. Seulement 30 minutes d’exercice (ex. : aérobie ou marche) par jour peuvent faire toute la différence pour votre santé!
  2. Cesser de fumer : le tabagisme exerce une énorme influence sur la cholestérolémie. Les substances chimiques présentes dans les cigarettes réduisent les niveaux de bon cholestérol et augmentent ceux du mauvais cholestérol.
  3. Manger moins : évitez les produits transformés (ex. : saucisses, fromages à pâte dure, produits de boulangerie-pâtisserie) et les gras saturés comme ceux que l’on retrouve dans les mets de restauration rapide et dans les plats préemballés. Bien que contenant du cholestérol, les œufs et le foie n’ont pas d’effets sur ces niveaux de gras. Par contre, au lieu de vos habituelles croustilles de pomme de terre, essayez les croustilles de chou frisé (« kale») la prochaine fois que vous aurez une petite fringale!
  4. Manger plus : une consommation plus élevée de fibres (environ 30 g par jour) peut aider à réduire le mauvais cholestérol et favorise la régularité intestinale. L’avoine, le son, les noix, les haricots, etc., sont d’excellentes sources de fibres. Veillez aussi à avoir un apport de divers antioxydants, comme ceux qu’on retrouve dans les petits fruits.
  5. Boire moins : on sait qu’un verre de vin est bénéfique pour la santé; si toutefois vous avez l’habitude de remplir votre verre plus d’une fois tous les soirs, songez à modérer vos transports… car une consommation excessive d’alcool peut aussi accroître votre taux de mauvais cholestérol.

Sur le plan médical, les statines sont le médicament par excellence : en plus de réduire le taux de cholestérol, elles améliorent la condition cardiovasculaire et, par conséquent, réduisent la mortalité. Si on ne dispose pas de données scientifiques suffisantes pour conclure qu’un produit de santé naturel particulier peut réduire les incidents cardiaques, il est toutefois certain qu’un mode de vie sain améliore la santé générale et peut réduire à la fois la morbidité (c’est-à-dire la maladie) et la mortalité qui y sont associées.

Si vous n’être pas du genre à prendre des pilules, envisagez d’abord de modifier votre alimentation et de faire de l’exercice plus régulièrement. Établissez votre routine, puis consolidez vos acquis lentement et sûrement, en gardant à l’esprit qu’il faut compter 30 jours pour ancrer une habitude!

Dans l’intervalle, puisque c’est le foie qui se charge de traiter le cholestérol, pourquoi ne pas lui donner un petit coup de pouce pour l’aider à bien fonctionner « au naturel »? Plusieurs produits peuvent contribuer à la santé hépatique, mais nous nous en tiendrons ici à certaines des plantes les plus reconnues pour leur efficacité et leur innocuité : le chardon-marie, l’artichaut, le boldo, la curcumine (anti-inflammatoire) et même la racine de dent-de-lion.

Consultez toujours un professionnel de la santé qualifié si vous souffrez d’ulcères d’estomac ou que vous avez des problèmes de foie ou de vésicule biliaire. Si vous souhaitez faire vérifier vos taux de cholestérol, adressez-vous à un médecin ou à un docteur en naturopathie agréé.

Read more:
peau sèche
Éliminer les irritants : Ménopause et peau sèche

Quand la peau est irritée, elle pique et on se gratte.  Elle devient sèche, squameuse et on gratte encore.  Ceci...

Close