A.Vogel Blog
 

Blogue A.Vogel – Sain et Naturel

Pour cultiver sa santé!

Alimentation végétalienne : ce qu’il faut savoir

par Sonia Chartier, le 4 July 2016, Manger santé
alimentation végétalienne

Renoncer à la viande, au fromage, au miel, est en vogue, et pas seulement à Hollywood. Les livres, les magazines et les émissions de télévision parlent du végétalisme en permanence. Qu’apporte réellement l’alimentation végétalienne?

Pas de beurre ni de lait, pas d’œufs, pas de fromage, pas de viande, pas de poisson, pas de miel, pas de couverture en duvet ni de cuir ! Pour la majorité des gens, cet appel à renoncer à ces produits semble difficile à comprendre…

Végétalien à temps partiel?

La plupart des gens considèrent la viande, le lait, le fromage, les oeufs comme des sources alimentaires indispensables pour acquérir force et performance. Le professeur Claus Leitzmann  –  expert en science de l’alimentation et directeur de l’Institut des sciences alimentaires à l’Université de Giessen en Allemagne – étudie cette question depuis de nombreuses années:

« L’alimentation végétalienne couvre les besoins à condition de consommer une grande diversité de végétaux et d’absorber de la vitamine B12. Sous l’angle de la santé, cette forme d’alimentation doit être adoptée uniquement par ceux qui disposent de solides connaissances nutritionnelles »

Cela signifie que les personnes souhaitant vivre selon le mode végétalien tout en restant en bonne santé, ne devraient pas se comporter en « végétaliens à temps partiel ».  Compenser la privation d’aliments de source animale par une consommation incontrôlée de pain, de pâtes et de sucreries n’est pas souhaitable.

L’alimentation basée sur une grande diversité de végétaux signifie consommer quotidiennement différents légumes, des fruits, des céréales complètes, des légumineuses, des noix et des graines.

La protection que nous procure les aliments d’origine végétale

Une alimentation végétalienne fournit bien plus de fibres, de potassium, de magnésium, de vitamine C, de vitamine E, d’acide folique et de substances végétales secondaires que l’alimentation diversifiée issue d’aliments d’origine animale ou végétale.  La diminution de la consommation de protéines – principalement de protéines animales –  fait en sorte que les végétaliens affichent un faible taux de cholestérol.

Les végétaliens se nourrissant sainement, en tirent les mêmes profits que les ovo-lacto-végétariens : un effet préventif contre le surpoids, l’artériosclérose, l’hypertension artérielle, le diabète de type 2, la goutte et les maladies cardiovasculaires.

On observe également que certains troubles de la santé, tels que les allergies, les maladies de la peau et les inflammations chroniques des sinus, disparaissent dès que les aliments d’origine animale sont éliminés.  Selon certaines études sur les facteurs pathogènes, il y aurait également un risque plus faible de contracter certains types de cancer, dont ceux affectant les organes digestifs.

Végétalien à l’extrême?

Selon différentes études, l’alimentation végétalienne n’est souvent pas appliquée de manière optimale au quotidien. Les enfants végétaliens manquent parfois de protéines, leur taux de calcium et de zinc est souvent trop bas. Il en va de même pour les femmes enceintes ou qui allaitent et également chez les personnes âgées.  Les végétaliens bien informés prennent des suppléments alimentaires, surtout la vitamine B12.

“La plupart des plantes contiennent des vitamères (groupe de composés organiques qui ont une activité vitaminique) B12, qui ne sont pas assimilables par l’être humain ou seulement en très faible quantité.  Ces dernières empêchent même l’absorption de la vitamine B12 utile à l’humain” explique M. Leitzmann.

Il en résulte que les fournisseurs habituels de vitamine B12 comme:

  • la levure de bière,
  • l’orge,
  • les germes de céréales,
  • la choucroute,
  • les produits dérivés du soja comme le miso, le tempeh ou le tamari, ainsi que
  • la plupart des micro-algues,

ne constituent pas une source suffisamment fiable de vitamine B12 pour l’être humain.

Bien informé pour faire les bons choix

Selon le professeur Leitzmann, “Les gens mal informés contribuent en partie à la mauvaise réputation des végétaliens comme lorsqu’ils se rendent chez le médecin avec leurs enfants pour cause de carence nutritionnelle”.

Les personnes souhaitant adopter une alimentation végétalienne doivent bien s’informer et appliquer dans leur vie quotidienne les connaissances acquises. Il s’agit de notions sur:

  • les valeurs références pour l’apport nutritif quotidien,
  • la teneur nutritive en éléments vitaux des aliments couramment consommés, et
  • certaines interactions entre les aliments ou leurs substances. Par exemple, l’assimilation du fer augmente de près de 300 % lorsqu’il est associé à la vitamine C.

D’insipide à raffiné

Il existe une multitude de produits végétaliens dans les boutiques d’aliments naturels ou même sur Internet. La qualité va des substituts de viande et de saucisses «caoutchouteuses » aux créations succulentes, comme le beurre bio à l’huile de coco, du lait et de la crème à base de céréales, de riz ou d’amandes. D’après M. Leitzmann, l’offre va continuer de s’étoffer, comme dans l’exemple du chanvre, «dont les graines se situent entre le lait et la viande en termes de teneur en protéines et de biodisponibilité ».

On constate avec plaisir que les cuisiniers professionnels végétaliens ont recours à une grande variété de « matières premières » de qualité bio. Pour ceux qui mangent de tout et qui s’intéressent à la cuisine, il est enrichissant de découvrir comment la cuisine végétalienne utilise abondamment les aromates, les épices, les céréales, le tofu, les légumineuses, les légumes, les fruits, les noix, les purées d’oléagineux et les graines.

Textes tirés de : http://www.avogel.ch/fr/votre-alimentation/themes-alimentation/etre-vegan-cest-tendance.php

Read more:
foie paresseux
15 signes d’un foie paresseux

À la recherche du vrai coupable! Vous réveillez-vous vers 2 heures du matin sans raison apparente?  Est-ce que votre humeur...

Close