A.Vogel Blog
 

Blogue A.Vogel – Sain et Naturel

Pour cultiver sa santé!

La croissance des cheveux, un baromètre de votre santé?

par Sonia Chartier, le 7 April 2015, Soins corporels
croissance des cheveux

Vos cheveux sont-ils résistants et lustrés, ou bien dévitalisés et cassants? Contrairement à la croyance populaire, l’apparence de notre chevelure n’est pas qu’une question de génétique, de technique de coiffage, de shampooings ou de revitalisants.

Tout comme votre peau, vos cheveux témoignent de votre état de santé physique et – ne vous en déplaise – mental.

La structure du cheveu
La structure anatomique du cheveu, comme bien d’autres éléments du corps humain, tient du miracle sur le plan technique. Même s’il ne possède aucune sensibilité, le cheveu n’est pas une matière morte. On pourrait le comparer à une plante ayant une racine en forme de bulbe. Implantée dans le cuir chevelu à une profondeur d’environ 3 à 5 mm, la racine du cheveu est reliée à des vaisseaux sanguins qui fournissent les nutriments nécessaires à sa croissance (un cheveu normal pousse d’environ ¼ à ½ mm par jour). Fait intéressant à noter, l’observation de cheveux au microscope permet de déceler un important problème d’agitation et de perturbation mentale, qui se manifeste par des encoches de profondeur variable. Ainsi un simple examen de ses cheveux permet de savoir si une personne a souffert d’une dépression l’année précédente – entre autres.

Un cheveu en santé est fort et capable de supporter un poids d’environ 80 g sans casser. Un cheveu malade, par contre, cédera sous la pression d’un poids de 30 ou 40 g. Bien sûr, la résistance d’un simple cheveu dépend également de son épaisseur relative. De façon générale, plus notre alimentation repose sur des produits transformés ou que nos habitudes de vie engendrent du stress, plus nos cheveux sont fins.

Eléments nutritifs pour les cheveux
Vos cheveux apprécieront sans aucun doute de bons soins en surface. Mais si vous malmenez votre équilibre intérieur et présentez des carences de certains éléments nutritifs, les meilleurs produits capillaires du monde ne pourront faire de miracles. On ne le répétera jamais assez : le régime alimentaire joue un rôle essentiel. En l’absence d’un apport adéquat de vitamines du complexe B et de quantités suffisantes de fer, de zinc et de protéines, la pousse des cheveux ne sera pas optimale. Sachez également qu’il faut compter au moins trois ou quatre mois pour assister à des changements visibles lorsqu’on modifie nos habitudes alimentaires, car on doit attendre que les nouveaux cheveux soient suffisamment longs pour faire une différence.

En remédiant à toute carence interne, on assistera immanquablement à une amélioration de l’apparence des cheveux. La silice étant essentielle à la régénération de tous les tissus conjonctifs, y compris les cheveux, la peau et les ongles, un manque à ce niveau peut constituer un problème. L’inclusion dans votre régime alimentaire du millet, riche en silice, aura un effet bénéfique à cet égard. Sinon, la prise d’un supplément contenant de la silice pendant trois ou quatre mois permettra d’épaissir votre chevelure et, en prime, améliorera aussi votre teint, l’élasticité de votre peau et la solidité de vos ongles. Pour accélérer la croissance des cheveux, utilisez une préparation contenant de l’ortie, du calcium et de la silice. Cette combinaison agit rapidement et aide également à renforcer les ongles cassants en favorisant une meilleure absorption du calcium.

Les ennemis des cheveux
Quand on évoque le moindre problème de santé, le stress n’est jamais bien loin, on dirait… et cela se vérifie aussi au rayon des cheveux! En fait, le stress a une fâcheuse tendance à cannibaliser de précieux nutriments comme les vitamines B, dont le manque se répercute sur la pousse des cheveux. Le stress provoque en outre une tension au niveau du cuir chevelu, avec pour conséquence un resserrement des follicules (et éventuellement une chute de cheveux) ainsi qu’une diminution de la quantité d’oxygène et d’autres éléments nutritifs acheminés par le flux sanguin jusqu’au cuir chevelu. Pour atténuer ces effets néfastes du stress, massez-vous délicatement la tête, sortez dehors pour vous aérer et faites de l’exercice afin de stimuler votre système circulatoire. Si cela ne suffit pas ou que vous souhaitez lire davantage sur le sujet, consultez ce billet spécifiquement consacré à la gestion du stress.

S’il vous en fallait une, voici une autre bonne raison d’apprendre à rester zen : le stress a aussi un effet sur le grisonnement! Votre bagage génétique a évidemment une large part de responsabilité dans le fait que vos premiers cheveux gris apparaissent dès votre vingtaine ou seulement à votre soixantaine. On sait toutefois que le stress produit des radicaux libres, en particulier du peroxyde d’hydrogène… ça vous dit quelque chose? Exactement, il s’agit bel et bien de la substance décolorante que nous connaissons tous. L’accumulation excessive de peroxyde d’hydrogène dans les follicules des cheveux peut avoir un impact sur leur couleur.

Certains médicaments ont également une incidence, provoquant par exemple une croissance des cheveux exagérée ou au contraire une chute des cheveux. D’autres produits auront pour effet d’en modifier la couleur ou la texture. Nombreux sont les médicaments d’usage courant qui affectent l’état des cheveux, notamment les contraceptifs oraux, les médicaments contre l’acné (rétinoïdes), les antibiotiques, les antidépresseurs, les anti-inflammatoires non stéroïdiens, les immunosuppresseurs et les médicaments contre le psoriasis. Ces effets secondaires sont habituellement réversibles lorsqu’on cesse de prendre le médicament.

Une chute de cheveux est parfois le signe d’un mauvais fonctionnement de la glande thyroïde. Si vous constatez que vous perdez plus de cheveux qu’à l’habitude, il serait bon d’en parler à un professionnel de la santé.

Comment savoir qu’on perd une quantité anormale de cheveux?
C’est facile : tout près de votre tête, prenez une mèche de cheveux d’un diamètre équivalant à celui d’un crayon, et tirez-la vers le haut. Il ne devrait pas vous rester plus d’un cheveu ou deux dans la main; s’il y en a 6 ou 7, c’est trop. 

La nature à la rescousse
Voici quelques aliments bénéfiques pour les cheveux :
Œufs, haricots, noix, légumes-feuilles foncés, fruits séchés (en particulier les dattes et les raisins), riz brun, graines de citrouille, avoine, haricots adzuki, lécithine, levure de bière, germe de blé et millet.

Puisque la silice, le fer, l’arsenic, le manganèse et le soufre sont naturellement présents dans les cheveux, il va de soi que les plantes contenant ces éléments sont excellentes pour les soins capillaires.

Songez également à essayer A.Vogel Peau, cheveux et ongles, un produit regorgeant d’éléments nutritifs pour la santé de vos cheveux :

  • Extrait de graines de millet – une bonne source de silice. Les graines de millet contiennent également des protéines, qui fournissent la kératine dont les cheveux sont presque entièrement composés, ainsi que des vitamines B
  • Ortie – contenant de la silice, du calcium et du fer
  • Levure de bière – une excellente source alimentaire de vitamines B
  • Zinc – important pour le métabolisme des protéines

En bref, adoptez un mode de vie plus équilibré, faites beaucoup d’exercice, mangez bien… et vous pourrez arborer fièrement une chevelure en pleine santé!

Read more:
Capsules fraîcheur Ménopause: Pourquoi la relaxation est si importante

Bienvenue aux Capsules fraîcheur Ménopause d’A.Vogel.  Nous allons voir pourquoi il est si important de s’accorder des moments de détente...

Close