A.Vogel Blog
 

Blogue A.Vogel – Sain et Naturel

Pour cultiver sa santé!

L’acide lactique: bon pour les intestins, pas pour les muscles?

par Sonia Chartier, le 22 July 2015, Digestion@fr, Muscles et articulations
acide-lactique

co-écrit par Rick Olazabal, B.Sc., B.N.

L’acide lactique est un sous-produit normal du métabolisme musculaire, mais il peut aussi irriter les muscles, causant inconfort et douleur.

D’un autre côté, l’acide lactique est bénéfique pour l’intestin… comment faire la part des choses dans tout cela?

Il peut sembler paradoxal qu’un muscle au travail produise une substance ayant pour effet de réduire sa capacité à demeurer actif. En fait, il s’agit d’un mécanisme naturel de défense : en ralentissant les systèmes essentiels au maintien de la contraction musculaire, l’acide lactique évite que les muscles subissent des dommages permanents lors d’un effort extrême. Lorsque l’organisme ralentit la cadence, l’oxygène redevient disponible afin de maintenir le métabolisme aérobie et d’apporter au corps l’énergie nécessaire pour lui permettre de récupérer de son effort.

En quoi l’acide lactique est-il donc si extraordinaire?

En naturopathie, il est de mise de creuser jusqu’à la racine de tout problème, et c’est d’autant plus crucial lorsque les symptômes sont associés au système digestif. C’est que l’intestin est intimement lié à presque tous les aspects de notre santé et, vice versa, notre santé a un impact sur l’ensemble de nos fonctions digestives. D’ailleurs, on dit souvent que l’intestin est doté de son propre cerveau, ou encore qu’il accomplit 70 % de la tâche du système immunitaire.

L’intestin est bien plus qu’un simple tube creux qui traite les aliments que nous ingérons. Véritable écosystème d’un incroyable dynamisme, cet organe complexe joue un rôle de premier plan pour le système immunitaire. Des millions de bactéries (la « flore intestinale ») y résident, en nombre probablement plus important que nos propres cellules. Ces bactéries se chargent de repousser (physiquement) les intrus, aident à digérer certaines substances (par exemple l’acide biliaire et le lactose) et synthétisent certaines vitamines (comme la vitamine K).

Mais, par-dessus tout, ces bactéries ont la faculté de moduler la réponse immunitaire, donnant lieu au phénomène appelé tolérance orale. L’intestin abrite plusieurs genres de bactéries, chacun associé à des régimes alimentaires particuliers; deux d’entre eux sont souvent présents dans les probiotiques. On les décrit ces micro-organismes comme étant des producteurs d’acide lactique.

Dans des conditions anoxiques (manque d’oxygène), nos cellules peuvent compter sur un processus appelé glycolyse pour extraire de l’énergie. S’ensuit la production d’acide lactique, lequel est récupéré dans l’organisme ou excrété. Dans des conditions normales (lorsqu’il y a suffisamment d’oxygène), c’est un autre processus capable de produire beaucoup d’énergie qui se déclenche. Les bactéries anaérobies, comme celles qu’on trouve dans Bifidobacterium et Lactobacillus, utilisent la glycolyse pour extraire l’énergie à partir de sucres simples; là encore, l’acide lactique constitue le sous-produit de ce processus.

L’accumulation de l’acide lactique qui est sécrété modifie le pH du milieu environnant. La plupart des bactéries opportunistes ou pathogènes n’apprécient pas les milieux acides (faible pH), qui contrecarrent leur croissance et leur multiplication. Cela réduit alors les risques d’infection et d’inflammation (par la diminution des concentrations de lipopolysaccharides (LPS)) dans l’intestin. Cet aspect est des plus stratégiques car les LPS ont un important effet déclencheur sur le système immunitaire et, faut-il le rappeler, le but est de moduler celui-ci, pas de l’activer!

Le maintien d’un pH adéquat dans l’intestin est important pour d’autres processus, notamment la motilité intestinale (péristaltisme) de même que l’absorption de plusieurs minéraux essentiels dans l’ensemble de l’organisme. Lorsque ces fonctions sont en équilibre, on note une réduction notable des problèmes de ballonnement, de douleur, de diarrhée et de constipation, ainsi que de la série de symptômes que certains appellent le « syndrome de l’intestin perméable », etc. L’harmonie intestinale contribue en outre, indirectement, à préserver l’intégrité des os et à réduire le développement de troubles auto-immuns (si cela vous fait penser à l’eczéma, vous avez tout compris!).

La production d’acide lactique est excellente pour l’organisme, d’accord. Mais faut-il absolument se mettre à l’exercice? Cette précieuse substance s’achète-t-elle?

Même si l’acide lactique que produisent vos muscles n’est d’aucune utilité pour votre intestin, sachez que l’exercice est FORTEMENT conseillé pour ses nombreux autres bienfaits.

Le nectar des dieux

Le yogourt biologique et les aliments lactofermentés constituent une source d’acide lactique et de substances qui en produisent. Fidèle à la philosophie de son fondateur Alfred Vogel, A.Vogel propose un produit qui joue exactement ce rôle : Molkosan.

Molkosan est fait de petit-lait lactofermenté provenant du lait de vaches suisses. Exempt de protéines, de caséine, de lactase et de matières grasses, il se présente sous deux formes : Molkosan (original) et Molkosan Petits Fruits (avec grenade et baies d’aronia, aussi appelées cerises de Virginie). Les deux produits sont une excellente source de potassium et de calcium. L’apport quotidien recommandé n’est que d’une cuillerée à soupe.

Comment une cuillerée à soupe par jour peut-elle aider vraiment?

J’ai déjà posé la même question à une collègue. Elle souffrait quotidiennement et constamment de nausées et de vomissements, de dyspepsie et de tous ces désagréables symptômes qui accompagnent la mauvaise digestion. De multiples tests (ultrasons, analyses sanguines, etc.) avaient écarté toute pathologie, ce qui n’avait fait qu’ajouter à l’irritabilité et au stress engendrés par la situation. Pendant près d’un an, elle avait essayé successivement l’acupuncture, les probiotiques, les toniques amers, les aides à la digestion et le vinaigre de cidre de pommes – en vain, ses nausées avaient même empiré. Elle avait beau se tourner vers toutes les solutions naturelles possibles et imaginables, rien n’y faisait.

À vrai dire, je ne pensais pas que Molkosan pourrait la soulager de ses symptômes. Elle était mal en point depuis trop longtemps et rien ne semblait faire effet. Je lui ai quand même fait la suggestion et comme elle n’avait rien à perdre, elle a décidé de l’essayer. « C’EST LE NECTAR DES DIEUX! », m’a-t-elle lancé lorsqu’elle m’a revu la fois d’après. Une cuillerée à soupe de Molkosan tous les matins lui a permis de réduire considérablement ses nausées; elle était enfin capable de digérer sa nourriture et se sentait donc relativement mieux tout au long de la journée.

Molkosan n’est pas un remède miracle, mais c’est un aliment qui vient à la rescousse de la fonction digestive en raison de sa composition chimique de base, et qui favorise la croissance des bonnes bactéries de l’intestin.

En ce qui me concerne, je l’utilise pour maintenir mon hydratation du matin au soir. J’ajoute une ou deux cuillerées à soupe à un litre d’eau que je bois durant la journée. Cela m’est particulièrement utile lorsque je m’entraîne ou que je vais courir, étant donné que Molkosan fournit des minéraux essentiels. Personnellement, je préfère cette boisson aux solutions d’électrolytes classiques, très sucrées.

Essayez cette succulente recette de smoothie et savourez tous les bienfaits de Molkosan :

  • 100 g de bleuets (frais ou surgelés)
  • 300 ml de boisson aux amandes
  • 50 g d’épinards frais
  • 2 dattes fraîches, dénoyautées
  • 100 ml de lait de noix de coco
  • 2 c. à soupe de Molkosan Petits Fruits

Passez tous les ingrédients au mélangeur jusqu’à l’obtention d’une texture mousseuse et servez.

 

 

Read more:
foie paresseux
15 signes d’un foie paresseux

À la recherche du vrai coupable! Vous réveillez-vous vers 2 heures du matin sans raison apparente?  Est-ce que votre humeur...

Close