A.Vogel Blog
 

Blogue A.Vogel – Sain et Naturel

Pour cultiver sa santé!

Les bienfaits santé du “Slow Food”

par Sonia Chartier, le 24 February 2015, Digestion@fr, Manger santé, Vivre en santé
slow food

Le mouvement ” Slow Food “, ça vous dit quelque chose? Cette philosophie incite les gens à ralentir leur rythme de vie et d’alimentation, à consommer des produits cultivés localement, à prendre le temps de préparer leurs aliments et à mettre au rancart les plats préparés et les restaurants rapides, qui sont le lot quotidien de tant d’entre nous par les ” temps qui courent “…

S’il se généralise, ce mouvement pourrait affecter grandement la pratique des diététistes et autres professionnels de la santé, sans parler des nombreuses entreprises pharmaceutiques qu’il risque de mettre sur la paille!

Imaginez: si tous et chacun prenaient enfin conscience de l’importance de ce qu’ils mangent et de la manière dont ils mangent, bien moins de gens souffriraient d’indigestion acide, de brûlures d’estomac, de nausées, de reflux gastrique et autres misères stomacales.

Il faut quand même un certain temps pour bien mastiquer les aliments; si vous prenez 20 secondes entre deux rendez-vous pour avaler tout rond un sandwich, celui-ci atterrira dans votre estomac sans crier gare.

Or, le bon fonctionnement de l’estomac nécessite un minimum de préavis: 

Lorsqu’on hume l’odeur des aliments en préparation, nos glandes salivaires se mettent en action et produisent de la salive en prévision du repas à venir. 

Lorsqu’on mastique, la salive humecte les aliments et commence à fractionner les amidons. Cette intense activité envoie le message à l’estomac de se préparer à l’arrivée imminente de nourriture et de produire des sucs digestifs.

À l’arrivée des aliments dans l’estomac, l’acide gastrique et les enzymes digestives qui ont été produits sont prêts à entreprendre la digestion des protéines.

Ce processus met le reste de l’appareil digestif en état d’alerte; au fur et à mesure que les aliments se déplacent dans l’intestin grêle, la production d’enzymes digestives et d’éléments tels que la bile s’intensifie pour dissocier les lipides autres composantes de la nourriture.

Les éléments nutritifs sont absorbés par la paroi intestinale et ce qui reste du bol alimentaire poursuit sa route dans l’intestin, où l’eau sera extraite et les déchets restants expulsés sous forme de selles.

Si vous ne prenez pas le temps de mastiquer et de vous détendre – un peu – lorsque vous êtes à table, en vous concentrant sur ce que vous êtes en faire de faire, c’est-à-dire manger, tout ce beau système s’écroule et c’est alors la pagaille :

  • brûlures d’estomac,
  • reflux acide,
  • rots,
  • flatulences,
  • ballonnements…

Si manger trop vite est habituel chez vous, les problèmes peuvent se corser davantage :

  • croissance des bactéries indésirables,
  • infections à Helicobacter pylori et
  • ulcères d’estomac.

Ces problèmes digestifs peuvent à leur tour provoquer d’autres symptômes qu’on ne serait pas portés à associer à la digestion : fatigue, maux de tête, éruptions cutanées, etc. Levez la main, ceux qui se reconnaissent dans cette énumération de symptômes?

Acide gastrique

Ah, ce mal-aimé! On l’accuse de vouloir prendre toute la place et d’envahir l’estomac. L’acide joue pourtant un rôle essentiel à la digestion des protéines – s’ils sont mal ou non digérés, les aliments vont se putréfier dans l’organisme et produire des toxines, de la même manière que les aliments se dégraderaient et attireraient la vermine si on les laissait traîner à l’air libre.

L’acide gastrique détruit également les microbes néfastes qui sont absorbés par la bouche. En fait, un manque d’acide gastrique peut provoquer des symptômes que l’on attribue souvent, à tort, à un excès d’acidité : ballonnements, flatulences, douleurs gastriques, sans parler de la présence de particules alimentaires non digérées dans les selles, des ongles et de la peau en mauvais état, et de l’anémie. Une insuffisance d’acide gastrique ouvre la porte à une mainmise des bactéries indésirables.

Candida albicans

Malgré son nom, ce champignon n’a rien de candide. Il est responsable de multiples tracas, y compris la candidose vaginale et orale, l’affaiblissement de la fonction immunitaire, la fatigue, les ballonnements, les rages alimentaires et les ulcères buccaux. Personne n’échappe à la présence de cette levure dans l’intestin, ce n’est donc pas en soi un problème.

Par contre, une mauvaise digestion associée au stress, une alimentation déficiente (faible en fibres et riche en glucides raffinés) et l’abus d’antibiotiques pourront entraîner la prolifération du Candida, laquelle empêchera l’absorption adéquate des nutriments par la paroi intestinale. Une fois établi dans l’intestin, le Candida a tendance à migrer ailleurs, causant des cystites à répétition, le pied d’athlète, des mycoses aux ongles et tutti quanti.

Helicobacter pylori

Lorsque votre système est détraqué à souhait, que sa production d’acide est tout sauf équilibrée et que l’inflammation s’est installée dans l’intestin, la porte est grande ouverte pour permettre aux bestioles telles que H.pylori de s’incruster dans la paroi stomacale et d’y faire des ravages pouvant éventuellement mener à des ulcères. Les traitements requis en pareil cas – des antibiotiques et des médicaments pour l’estomac – n’aideront en rien à rétablir le bon fonctionnement de la digestion.

Il faut intervenir intelligemment! Mettez en branle votre propre mouvement Slow Food!

  • Assoyez-vous pour manger – même le petit déjeuner
  • Détendez-vous. Vous souvenez-vous de l’époque où chaque repas  commençait par une prière? Ce n’était pas une mauvaise idée : cela donne le temps à l’organisme d’anticiper la nourriture et de se préparer à l’accueillir, en même temps que votre système nerveux central prend une pause de toutes les tâches qui l’accaparaient il y a à peine cinq minutes.
  • Mastiquez soigneusement chaque bouchée. Vous verrez, quand on mastique vraiment la nourriture, on avale beaucoup moins vite – et on mange souvent beaucoup moins. Cela a du bon, car trop manger ne contribue pas du tout à votre cause.
  • Après avoir fini de manger, demeurez assis au moins cinq minutes pour aider votre estomac à se mettre en action.
  • Évitez la caféine, les glucides raffinés (c’est-à-dire la plupart des aliments-minute et des aliments transformés), les aliments frits riches en matière grasses (décidément, adieu malbouffe!) et l’alcool.
  • Mettez à votre menu du riz brun à grain court, du yogourt ” vivant “, des ananas et des artichauts, autant d’aliments excellents pour la digestion.
  • Mangez de l’ail et des oignons pour combattre les infestations fongiques.

Remèdes

Voici les solutions élaborées pour tempérer les turbulences gastriques.

  • Gastronol – Ce remède vous sera bénéfique si vous souffrez de brûlures d’estomac, de somnolence postprandiale (après les repas) ou de nausées.
  • Molkosan – Voilà un produit fantastique si votre estomac est complètement sens dessus dessous et que vous soupçonnez la prolifération du Candida. Une cuillerée à soupe par jour dans du jus pour apaiser et renforcer votre fonction digestive, combattre les bactéries indésirables et favoriser la croissance des bactéries utiles. Ce traitement peut également s’avérer efficace contre les infections à H.pylori.
Read more:
types d’allergies
Différents types d’allergies = différentes réactions

Les allergies se manifestent par toute une gamme de symptômes, qui tantôt passent inaperçus, tantôt envoient la pauvre victime au...

Close