A.Vogel Blog
 

Blogue A.Vogel – Sain et Naturel

Pour cultiver sa santé!

Alimentation et rêves étranges : y a-t-il un lien?

par Sonia Chartier, le 24 octobre 2016, Digestion@fr, Stress et sommeil
alimentation et rêves

co-écrit par Rick Olazabal, B.Sc., BN

En voilà une question intrigante… et fort intéressante!

On sait déjà que certaines substances peuvent influencer l’humeur, la vivacité d’esprit et la qualité du sommeil (par exemple la caféine ou le sucre) et que la valeur nutritionnelle des aliments (macronutriments, vitamines, minéraux, etc.) a un effet direct sur la santé…

Alors pourquoi nos rêves ne se nourriraient-ils pas eux aussi de ce qu’il y a dans notre assiette?

Mais avant de répondre à cette question, il faut d’abord en poser une autre : que sont les rêves? Freud considérait les rêves comme une fenêtre sur l’inconscient, mais à strictement parler, les rêves sont des images, des pensées, des sons ainsi que des sensations subjectives ressenties pendant le sommeil. Cela peut inclure des gens que vous connaissez, des personnes que vous n’avez jamais vues, des endroits où vous êtes allé et d’autres dont vous n’avez jamais entendu parler – et aussi des aliments que vous avez mangés.

Est-il vrai que les aliments peuvent provoquer des cauchemars?

À l’heure actuelle, aucune étude de bonne qualité ne fournit de données permettant de conclure à l’existence d’un lien entre les aliments que nous consommons et les rêves que nous faisons. Un article de Psychology Today paru en ligne a fait état d’une étude canadienne sur près de 400 étudiants d’université, où moins de 20 % des participants ont déclaré un lien entre leur alimentation et leurs rêves.

Les auteurs de l’étude ont avancé, entre autres hypothèses, que « les aliments influencent les rêves de manière indirecte en raison d’un mauvais métabolisme ou d’intolérances digestives. Ainsi, le fait de manger trop tard le soir pourrait avoir un impact négatif sur le métabolisme et la qualité du sommeil, et en quelque sorte contaminer les rêves. » Ce qui est certain, par contre, c’est que les chercheurs ont relevé des éléments objectifs indiquant que les gens « croient » qu’il y a un lien direct entre les aliments qu’ils consomment et les rêves qu’ils font.

Qu’est-ce qui est en cause, le type d’aliments ou le fait de manger juste avant d’aller au lit? 

Chez le petit groupe de personnes ayant déclaré que les aliments influençaient leurs rêves, l’étude a observé que certains produits étaient plus souvent cités comme cause de mauvais rêves. Les produits laitiers (incluant le fromage et la crème glacée), par exemple, étaient davantage liés à des rêves « troublants » ou « bizarres »; les aliments épicés étaient la deuxième cause de rêves dérangeants; les aliments sucrés, eux, semblaient liés à des rêves plus « bizarres » que « troublants ». Par ailleurs, un petit nombre de sujets a déclaré que le fait de manger tard était le plus souvent associé à des cauchemars.

Quels types d’aliments sont susceptibles d’affecter les rêves?

Certains aliments peuvent affecter le sommeil et la qualité de celui-ci. Par exemple, les aliments riches en certains acides aminés (tryptophane ou 5-HTP),  vitamines B, etc., sont directement liés à la production de l’hormone du sommeil, la mélatonine. À cause de cela, une alimentation riche en ces produits peut aider à soutenir le sommeil. Cependant, cela ne veut pas dire que si vous mangez beaucoup de dinde vous allez vous endormir – d’autres facteurs jouent un rôle aussi.

Si vous arrivez à vous endormir profondément, vous devriez atteindre le sommeil dit paradoxal ou REM (pour rapid eye movement), qui est également réparateur; cette phase du cycle de sommeil se caractérise par une importante activité cérébrale.

Les personnes qui finissent par « retrouver » le sommeil sont plus susceptibles de faire des rêves très animés tout simplement parce qu’ils dorment à nouveau suffisamment. Il faut donc se questionner, à savoir si ce sont les aliments en eux-mêmes qui affectent nos rêves, ou s’il ne s’agirait pas plutôt de facteurs confusionnels (autrement dit, une coïncidence) entre les aliments consommés et notre état physique ou mental du moment (moins de stress, meilleure humeur, etc.).

Et qu’en est-il du foie et de la digestion dans tout ça?

La digestion joue un rôle indéniable au niveau du sommeil. Évidemment, si vous avez mangé quelque chose qui ne passe pas, des brûlures d’estomac ou des nausées pourraient vous réveiller en pleine nuit. Une mauvaise digestion peut aussi perturber la qualité de votre sommeil en faisant fluctuer constamment votre niveau de conscience, ce qui peut vous donner l’impression de faire des cauchemars.

Par ailleurs, les aliments ne sont pas tous digérés et absorbés au même rythme. Si vous avez des problèmes d’acidité gastrique (trop ou pas assez), des carences nutritionnelles qui nuisent au bon fonctionnement de vos enzymes digestives (manque de zinc, par exemple), ou encore une sensibilité alimentaire, votre sommeil peut s’en trouver affecté. Comme nous l’avons vu dans un autre article, cela s’explique par le lien étroit entre le système digestif (incluant le foie, qui sert à détoxifier l’organisme en filtrant le contenu des aliments et des médicaments) et le cerveau.

Ce qu’on peut faire

Tenez un journal alimentaire! Prenez en note ce que vous mangez, votre sommeil, votre niveau de stress et même votre cycle (si vous êtes une femme); ce que vous découvrirez pourrait vous surprendre. Personnellement, je suis incapable de tolérer certains vins; chaque fois que j’en bois, je n’arrive pas à dormir à cause de la congestion nasale, qui diminue mon apport d’oxygène – je passe alors une nuit d’enfer! J’ai pu me rendre compte de cela en tenant un journal alimentaire. Si vous notez un lien entre la qualité de votre sommeil et les aliments que vous consommez, essayez d’éviter ceux-ci.

Si vos troubles digestifs vous empêchent de vous endormir (ou vous réveillent), vous pourriez essayer de prendre une cuillerée de vinaigre de cidre de pommes ou de produits fermentés contenant de l’acide lactique (pour favoriser la santé de votre flore intestinale et améliorer le travail des enzymes) avant chaque repas principal, pendant au plus une semaine.

Ou encore, consultez un docteur en naturopathie à propos du chardon-Marie, du boldo et des autres plantes pouvant faciliter le traitement des aliments par le foie. Cela vous donnera peut-être un coup de pouce, en particulier si vous éprouvez des maux de tête ou des migraines lorsque vous consommez certains aliments.

Finalement, il ne serait pas mauvais non plus d’envisager la prise de suppléments de vitamine B et de zinc. Les vitamines du groupe B aident à l’absorption des glucides, tandis que le zinc participe à une multitude de fonctions digestives.

Read more:
massage des jambes
Les bénéfices insoupçonnés du massage des jambes

co-écrit par Rick Olazabal, B.Sc., BN Si vous faites régulièrement de la course à pied ou que vous êtes très...

Close