A.Vogel Blog
 

Blogue A.Vogel – Sain et Naturel

Pour cultiver sa santé!

Bien manger, c’est pas sorcier!

par Sonia Chartier, le 7 July 2014, Manger santé
bien manger

La santé commence par une bonne alimentation. C’est la façon la plus simple de favoriser le bien-être, de prévenir les maladies et de maintenir (sinon d’atteindre) un poids santé. Comme bien souvent, la règle d’or réside dans l’équilibre. Et pour être en bonne santé, en plus de bien manger il faut aussi un minimum d’exercice.

Bien manger, ça veut dire quoi au juste? En fait, tout n’est pas qu’une question de bons ou de mauvais aliments; il s’agit surtout d’habitudes alimentaires au quotidien. En même temps, il ne faut pas verser dans l’« orthorexie nerveuse », qui est littéralement l’obsession de ne consommer que les aliments considérés comme « bons ». On perd alors toute la notion du plaisir rattaché à l’alimentation et on se sent misérable ­– en même temps que tous ceux qui partagent notre table. Dans son ouvrage intitulé Omnivore’s Dilemma, Michael Pollan réussit à décrire en quelques mots en quoi consiste la saine alimentation : consommer des aliments principalement d’origine végétale, en quantité raisonnable.

Nous sommes inondés de régimes de toutes sortes, pour la plupart destinés à faire perdre du poids : le régime Atkins, le régime paléo, le régime à base de biscuits, le régime sans glucides, alouette! Un conseil : méfiez-vous de tout régime qui propose autre chose qu’une alimentation équilibrée. Au cours des 90 dernières années, près de 23 000 régimes différents ont été publiés et apparemment aucun d’entre eux n’est efficace à long terme pour se maintenir en santé et contrôler son poids. D’après vous, quelles sont les probabilités que le prochain y parvienne plus que les autres?

En savoir plus >

HBP – Symptômes, prévention et traitement

par Sonia Chartier, le 7 July 2014, Santé des hommes
hbp

Qu’est-ce que l’HBP?

HBP est un simple raccourci pour « hyperplasie bénigne de la prostate », terme un peu alambiqué, avouons-le. Mais il a le mérite d’être explicite : il s’agit d’un trouble de la prostate, et donc exclusivement masculin.

Pour expliquer l’HBP, un rappel de quelques notions d’anatomie s’impose.

La prostate est une glande qui fait partie des organes reproducteurs de l’homme. C’est elle qui sécrète le liquide séminal, lequel transporte le sperme. La prostate est logée juste au-dessous de la vessie. En forme de beigne, elle entoure l’urètre, le canal qui permet l’évacuation de l’urine de la vessie.

La prostate a ceci de particulier qu’elle a tendance à croître de façon anormale lorsque l’homme passe le cap de la quarantaine. À mesure qu’elle augmente de volume, la prostate comprime l’urètre, rendant la miction de plus en plus difficile. C’est ce développement de la glande qu’on appelle hyperplasie bénigne de la prostate. L’hyperplasie désigne un grossissement par multiplication cellulaire; on la qualifie de bénigne par opposition à cancéreuse.

Bien qu’une telle croissance soit « anormale », elle n’en est pas moins très fréquente. Dès la cinquantaine, 50 % des hommes éprouvent des symptômes. Passé 80 ans, l’HBP touche 80 % de la population masculine. Considérant une telle généralisation de ce trouble, il est surprenant qu’on n’en parle pas davantage. Mais il faut dire que la plupart de ces messieurs n’aiment guère discuter maladies, encore moins lorsqu’il est question d’un organe lié à la sexualité. Heureusement, le mouvement Movember contribue grandement à faire évoluer les mentalités.

En savoir plus >

L’hyperplasie de la prostate et l’alimentation

par Sonia Chartier, le 17 June 2014, Santé des hommes
L'hyperplasie de la prostate et l'alimentation

« On n’a pas le choix de se nourrir, alors aussi bien choisir des aliments qui sont bons pour la santé en général et celle de la prostate en particulier. »

VOUS AVEZ DIT HBP?

L’hyperplasie bénigne de la prostate, ou HBP, est un gonflement bénin (non cancéreux) de la prostate causant une obstruction du passage de l’urine provenant de la vessie. Il s’ensuit des symptômes désagréables tels que la vidange incomplète de la vessie (d’où le besoin constant d’aller au petit coin), un faible débit urinaire et bien sûr les nombreux levers durant la nuit pour tenter vainement de soulager sa vessie.

En savoir plus >

Troubles de la prostate – Le grand tabou masculin

par Sonia Chartier, le 17 June 2014, Santé des hommes
troubles de la prostate

Pour de nombreux hommes, les troubles de la prostate sont aujourd’hui encore un sujet tabou.  Souvent, on confond la bonne fonction de cet organe avec la virilité.

Quel homme oserait avouer sa faiblesse?  Parfois même cette maladie est taxée de ” maladie de vieux “.  L’appréhension à l’idée d’une palpation de la prostate par le rectum, effectuée par le médecin à titre d’examen préventif, est une autre raison pour laquelle beaucoup d’hommes font comme si de rien n’était.

C’est ainsi qu’environ 40% seulement des hommes concernés se font soigner – la majorité préférant garder le silence.  Non traitées, les affections de la prostate empêchent de plus en plus souvent la vidange complète de la vessie.  L’urine résiduelle s’accumule, les bactéries se sentent à l’aise dans ce milieu chaud et prolifèrent rapidement.

En savoir plus >

État de santé – Ce que les hommes ne disent pas

par Sonia Chartier, le 17 June 2014, Santé des hommes
état de santé

Les femmes vivent en moyenne six ou sept ans de plus que les hommes.  Plus de garçons que de filles souffrent d’hyperactivité, de troubles de lecture et de comportement, de gaucherie, de bégaiement et d’autisme. Une fois à âge adulte, les hommes sont davantage exposés aux problèmes circulatoires (y compris les plus meurtriers de tous, les maladies du coeur), au diabète, à l’alcoolisme, aux ulcères et au cancer du poumon. Les hommes sont également plus sujets à l’infertilité.

MAIS POURQUOI DONC?
Il ne faudrait pas lui imputer tous les maux de la terre, mais la testostérone a en partie à voir avec ces problèmes.  Bien qu’utile à plusieurs égards, elle comporte aussi son lot d’inconvénients, par exemple l’augmentation du taux de cholestérol et de la pression artérielle, et l’affaiblissement de la fonction immunitaire.

Heureusement, tout n’est pas perdu : il existe plusieurs moyens tout simples de minimiser le risque de succomber à ces problèmes:

En savoir plus >