A.Vogel Blog
 

Blogue A.Vogel – Sain et Naturel

Pour cultiver sa santé!

Tournez le dos à la douleur sciatique

par Sonia Chartier, le 3 September 2015, Muscles et articulations
douleur sciatique

co-écrit par Rick Olazabal, B.Sc., B.N.

On désigne sous le joli nom de sciatique la douleur aiguë et lancinante causée par la compression du nerf sciatique, douleur qui s’étend des fesses jusqu’au bas du genou – normalement d’un seul côté du corps. La douleur sciatique peut avoir de multiples causes, liées à diverses conditions sous-jacentes comme une excroissance osseuse (ostéophyte), une hernie discale, un traumatisme, le rétrécissement du canal rachidien, une tumeur de la moelle épinière ou une inflammation chronique.

Puisque les nerfs contrôlent la contraction, le mouvement, la douleur, la pression et la température au niveau musculaire, tout ce qui peut affecter un nerf aura un impact négatif sur ces fonctions (engourdissement, faiblesse, douleur vive/fulgurante, etc.).

Personnes sujettes à la sciatique

Malgré ses effets débilitants, la sciatique ne représente qu’environ 5 % des cas de douleur au bas du dos; il s’agit donc d’un problème relativement peu fréquent. Ni le sexe ni la masse corporelle ne semblent constituer des facteurs de risque; l’âge y est toutefois directement lié : la sciatique affecte rarement les moins de 20 ans, mais le nombre de cas culmine chez les 50 ans et plus. Bien souvent, le problème peut se résorber spontanément, mais si on éprouve une douleur sévère au bas du dos qui se propage derrière la jambe, on doit impérativement consulter un médecin.

Les femmes enceintes éprouvent souvent de la douleur au bas du dos, en particulier au cours des trois derniers mois de la grossesse, mais il ne s’agit pas de sciatique à proprement parler. La grossesse n’est pas en elle-même un facteur prédisposant à la sciatique, pas plus que ne l’est la pression qu’exerce le fœtus sur les nerfs de la mère (quoiqu’à l’adolescence ce pourrait être le cas, mais c’est une tout autre histoire!) Si vous êtes enceinte et que vos douleurs au bas du dos vous inquiètent, n’hésitez pas à en parler avec un professionnel de la santé.

Comment savoir qu’il s’agit d’une douleur sciatique?

Tout commence par un examen physique de la part d’un professionnel de la santé. Ce dernier devra en effet s’assurer que la douleur n’est pas due à un autre problème provoquant des symptômes semblables (par exemple le syndrome piriforme). Différents tests pourront être effectués pour vérifier notamment la force musculaire, le réflexe tendineux ou la sensibilité à la douleur. L’examinateur pourra aussi recourir à d’autres techniques orthopédiques comme le test d’« élévation de la jambe tendue », lequel peut réserver (ô surprise…) quelques sensations déplaisantes.

Finalement, on fera appel à l’imagerie diagnostique pour conclure qu’il s’agit bel et bien d’une sciatique et pour écarter tout problème majeur non visible à l’examen physique. La radiographie, l’électrodiagnostic et la tomodensitométrie sont autant de techniques possibles, de même que l’imagerie par résonance magnétique, qui sera requise si les symptômes sont sévères ou qu’ils persistent au-delà de six semaines.

Que faire pour soulager la douleur?

Le traitement classique est le repos au lit, accompagné d’une imposante pharmacopée : analgésiques/narcotiques, stéroïdes intramusculaires ou épiduraux, relaxants musculaires. On peut parfois avoir recours aussi aux antidépresseurs et à la chirurgie, dans les cas graves. Les études scientifiques n’ont malheureusement pas permis de prouver l’efficacité d’un grand nombre de ces traitements, probablement en raison de la diversité des causes de la sciatique et des caractéristiques de chaque sujet. La douleur n’en demeure pas moins l’ennemi à combattre. Si bien des personnes souffrant de douleur sciatique trouvent malgré tout un certain soulagement grâce aux médicaments, plusieurs aimeraient essayer autre chose, à savoir des « solutions naturelles ».

On manque encore de données à l’appui de ces options thérapeutiques, mais on sait que des traitements comme l’acupuncture, la massothérapie, la physiothérapie, l’hydrothérapie, etc. peuvent aider à atténuer la tension musculaire et une partie de la douleur. C’est aussi le cas de l’utilisation topique d’huiles essentielles – bien que leur absorption par la peau et leur action anti-inflammatoire puissent varier, certaines huiles essentielles (de menthe poivrée ou d’eucalyptus, par exemple) ont réellement pour effet d’apaiser, de rafraîchir ou de réchauffer, ce qui aide à neutraliser la perception de la douleur.

Il n’existe évidemment pas de produit miracle, mais certaines formules à base de plantes permettent de réduire l’inflammation et la douleur de manière comparable aux anti-inflammatoires non stéroïdiens, et ce, sans les effets indésirables souvent associés à la surconsommation de médicaments. Ces plantes médicinales sont nommément Harpagophytum procumbens (griffe du diable), Arnica montana (en application locale seulement!), Curcuma long (curcuma) et Hypericum perforatum (millepertuis).

Le dosage et la qualité des produits utilisés en phytothérapie ont une incidence directe sur leur innocuité et leur efficacité. Or, de nombreux produits de santé naturels ne contiennent pas la bonne dose thérapeutique et sont composés d’ingrédients de piètre qualité. Si vous avez des préoccupations quant à votre santé, parlez-en toujours à un médecin ou à un naturopathe agréé. Une approche de collaboration pour déterminer le produit qui vous convient ne pourra que maximiser votre bien-être et garantir votre sécurité.

Références:
-The Clinical Effectiveness and Cost-Effectiveness of Management Strategies for Sciatica: Systematic Review and Economic Model. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK99305/
-Merck Manual – Sciatica
-http://www.msdmanuals.com/professional/musculoskeletal-and-connective-tissue-disorders/neck-and-back-pain/sciatica
-Epidemiology, Pathophysiology and Symptomatic Treatment of Sciatica: A Review http://ijpba.info/ijpba/index.php/ijpba/article/viewFile/335/229

 

Read more:
libido
Est-ce que la ménopause affecte la libido?

La baisse de libido, ou d’intérêt ou de désir sexuel est un aspect assez courant de la ménopause.  Elle devient...

Close