A.Vogel Blog
 

Blogue A.Vogel – Sain et Naturel

Pour cultiver sa santé!

Un lien étonnant entre les étourdissements et la ménopause

par Sonia Chartier, le 14 March 2016, Ménopause @fr
étourdissements et la ménopause

Le plancher tangue et pourtant, aucun navire en vue. Rien ne va plus. Quand le vertige passe, il faut quelques instants pour s’en remettre.  Chez vous au salon, passe encore mais au volant ou en traversant la rue, c’est carrément dangereux.

Si vous vous trouvez aux prises avec des étourdissements, et que ça perdure depuis plusieurs jours, il est possible que ce soit tout simplement un symptôme de périménopause. Une tempête à traverser.

La périménopause, c’est à dire les quelques années de transition précédant la ménopause, est possiblement la période la plus déstabilisante de par sa variété phénoménale de symptômes.  Ceux-ci sont habituellement d’ordre « vasomoteurs » : donc qui ont rapport avec la contraction et le relâchement des vaisseaux sanguins. On parle ici de bouffées de chaleur, sueurs nocturnes, troubles du sommeil, palpitations, crises d’anxiété, irritabilité, sautes d’humeur et oui, étourdissements…pour n’en nommer que quelques-uns.  Comme quoi quand ça tangue, il y a un navire – ou un vaisseau – à l’horizon.

Il y a trois types d’étourdissements qui peuvent soudainement faire surface durant la périménopause : la sensation que tout tangue ou tourne autour de vous, la perte d’équilibre, ou l’impression qu’on va s’évanouir.  Quel rapport avec la ménopause, direz-vous? Eh bien si le symptôme est bien reconnu et réel, sa raison d’être n’est pas tout à fait claire.

Il est probable que les étourdissements soient directement causés par les variations hormonales. Les hormones reproductrices ont un effet marqué sur la pression sanguine dont les fluctuations peuvent provoquer des étourdissements et des vertiges.

Il est aussi possible que d’autres symptômes de la périménopause puissent indirectement provoquer des étourdissements : les bouffées de chaleur intenses, l’anxiété, le stress ainsi que les crises d’angoisse.  La cause première n’en demeure pas moins les fluctuations hormonales et leurs effets sur les vaisseaux sanguins.

Attention, il est aussi possible que les étourdissements n’aient aucun rapport à la ménopause et soit provoqués par un tout autre problème de santé.  Une infection d’oreille, des troubles de la glycémie, de l’hypotension, un problème de foie, un manque de fer, la déshydratation ou même un virus, peuvent tous causer des étourdissements. Consultez un médecin pour en découvrir la cause.

Les solutions

À part se déplacer avec une main appuyée sur le mur au cas où, des mesures toutes simples peuvent nous éviter certains écueils:

  • Restez hydratée : buvez de l’eau (environ 1.5 litre/jour). Beaucoup de femmes boivent trop de boissons qui déshydratent : café, thé, boissons gazeuses, mais pas assez d’eau. Les variations hormonales peuvent affecter la capacité de votre corps à retenir l’eau; ne le privez pas!
  • Adopter une saine alimentation. Votre corps gère toutes sortes de changements, il a besoin de tout le soutien possible : fruits, légumes, protéines…
  • Relaxez! Des exercices de respiration profonde peuvent réduire l’agitation nerveuse et le stress.
  • Le manque de sommeil est également un facteur de risque d’étourdissement.

S’équiper pour la tempête

Dans la tempête, on sent moins le tangage à bord d’un grand paquebot que sur un frêle esquif.  Il vaut mieux être bien équipée! Certaines plantes peuvent venir en renfort pour pallier aux symptômes.

Le Vitex est la plante qui équilibre les hormones. Avant l’arrêt définitif des règles, elle peut aider à régulariser le cycle et garder les variations hormonales à des rythmes auxquels les symptômes se font moins sentir.  Il faut environ 2 mois d’usage quotidien pour que ces effets se fassent sentir.

Les plantes calmantes peuvent également être utiles non seulement pour bien dormir, mais aussi pour soulager l’angoisse et le stress. La passiflore est un excellent tonique pour les nerfs. Elle peut être prise à long terme pour mieux vivre avec la nervosité, l’insomnie, l’irritabilité et l’agitation.

Ça peut être long, mais nous finissons toutes par apercevoir un dégagement à l’horizon; 12 mois après l’arrêt complet des règles, quand la ménopause est complète, ces symptômes disparaissent enfin à leur tour. Osons espérer des eaux calmes.

Read more:
digestion des graisses
Difficile la digestion des graisses?

co-écrit par Rick Olazabal, B.Sc., BN Avez-vous déjà éprouvé de désagréables nausées, accompagnées d’une diarrhée aqueuse et huileuse? Si oui,...

Close