A.Vogel Blog

Language/Langue

 

Les bourgeons frais du sapin rouge ou épicéa (lat. Picea abies) sont une source inégalée de principes actifs entrant dans la composition de Santasapina, le sirop antitussif bien connu d’A.Vogel.

Le sirop Santasapina est très apprécié. Bioforce en fabrique quelques 120 tonnes par an, dont 100 tonnes avec alcool et 15 à 20 tonnes sans alcool. Les bourgeons de sapin nécessaires à la fabrication de cette énorme quantité de sirop – 20 à 25 tonnes – proviennent pour l’essentiel de cueillettes sauvages ; la part provenant de cultures (qui tend à augmenter) n’est encore que de cinq tonnes. Les bourgeons sont acheminés de Carinthie et de Sarre, deux régions dans lesquelles Bioforce s’approvisionne depuis longtemps. Les cueilleurs disposent d’autorisations délivrées par les propriétaires de terrains et les gardes-forestiers. Selon la recommandation de Bioforce, les bourgeons sont cueillis uniquement sur les deux tiers inférieurs des jeunes arbres, et ce pour la raison suivante : le prélèvement doit entraver le moins possible la croissance de l’arbre, afin qu’il puisse être exploité longtemps. La récolte, qui s’effectue à la main, a lieu durant les deux dernières semaines de mai et les deux premières semaines de juin. Pour que la récolte et le transport des bourgeons, mais aussi leur transformation chez Bioforce en valent la peine, il faut que les livraisons du fournisseur atteignent un certain niveau. Comme toujours lorsqu’il s’agit de plantes fraîches, le facteur temps est primordial, car les bourgeons doivent arriver à Roggwil frais comme des roses. Que ce soit à la récolte, en route, à la douane ou au déchargement, chaque minute compte.

Sitôt le camion arrivé à Roggwil, son chargement est transféré dans des palettes-caisses en treillis où les bourgeons sont d’abord aérés. Les bourgeons qui ont souffert de la chaleur et bruni pendant le transport sont écartés. Seuls les bourgeons frais, verts et odorants ont la qualité requise pour le sirop Santasapina A.Vogel! Dès la livraison, des échantillons de la récolte sont prélevés et analysés par les laboratoires de Bioforce selon des procédures éprouvées pour vérifier l’identité, l’état et la pureté du matériel biologique (métaux lourds, pesticides, aflatoxines et état microbiologique). Ce n’est que lorsqu’ils ont passé ces tests approfondis que les bourgeons entrent dans le cycle de production.

Sirop avec ou sans alcool

La première décision à prendre est : quel sirop produire ? Les procédures de fabrication du sirop en cas de toux diffèrent en plusieurs points essentiels selon qu’il est préparé avec ou sans alcool. Examinons la procédure de traitement la plus complexe, celle d’un lot transformé en sirop Santasapina avec alcool.

Le contenu des palettes-caisses est acheminé par bande transporteuse vers un hacheur où les bourgeons sont émincés. La masse végétale est pressée pour produire le jus de pressage et le marc – les deux matières premières immédiates de Santasapina. Le marc est versé dans des sacs et congelé le jour-même à –26° C. Le jus de pressage, qui est chimiquement instable, doit être conservé par addition d’alcool avant d’être stocké. Le jus de pressage et le marc sont ensuite utilisés pour fabriquer la quantité voulue de sirop selon les spécifications de la commande.

La recette d’Alfred Vogel pour un sirop de qualité, connue de chaque grand-mère suisse à quelques variantes près, est la suivante : le marc et le jus de pressage constituent toujours 20% du produit fini. Cette valeur reste inchangée, quand bien même les constituants de la plante peuvent connaître des fluctuations d’une année à l’autre. Dès lors qu’il est question de standardisation de la production de sirop antitussif, cette valeur de 20% est déterminante. Pour la production proprement dite, le marc est additionné d’eau et le mélange est cuit dans une cuve, puis pressé et reconcentré. Le jus de pressage concentré, qu’on appelle le suc, est alors édulcoré avec du sucre de canne avant d’être concentré à nouveau. A ces deux extraits, on ajoute alors du concentré de poires, du miel et des huiles essentielles (dont l’huile essentielle d’aiguilles d’épicéa) jusqu’à ce que la teneur en sucre du sirop corresponde aux spécifications, pour en rectifier la saveur. Une fois prêt et conditionné en flacons, le sirop Santasapina contient 3 – 4 % d’alcool.  

L’avantage de ce procédé de fabrication est évident : le sirop peut être produit « à la demande », le marc et le jus de pressage étant constamment disponibles. En somme, la production se fait selon les besoins. Ceci nous garantit une grande flexibilité bienvenue sur le marché.

Idéal pour les enfants

La fabrication sans alcool simplifie beaucoup de choses, du moins en ce qui concerne le sirop Santasapina, car elle ne comporte qu’une seule étape au lieu de deux. Après avoir passé les tests standards, les bourgeons livrés chez Bioforce sont émincés sans addition d’alcool, transférés dans de l’eau et chauffés. Puis le jus des bourgeons est pressé ; ce suc, plus concentré que celui obtenu dans le procédé utilisant de l’alcool, est utilisé comme matière première pour le sirop Santasapina sans alcool. L’addition de concentré de poires, de miel et d’huiles essentielles lui confère son goût incomparable tant apprécié des enfants. Le mode d’action des deux variantes du sirop, qui peut aussi être pris dans un peu de lait chaud ou de thé, est au demeurant identique.

Il reste la dernière étape : le chauffage du mélange final – avec ou sans alcool – à 40° C maximum. Ceci facilite la mise en flacons, la chaleur augmentant la fluidité du sirop. Les tailles des flacons diffèrent selon les pays ou les besoins du consommateur. Enfin, après un dernier contrôle de qualité, le sirop est conditionné définitivement et livré aux différents clients en Suisse et à l’étranger.

Une base pour la confection de bonbons et d’autres sirops

Le sirop pour la toux Santasapina constitue la base de deux autres produits A. Vogel : les bonbons du même nom, ainsi que le sirop bronchique Drosinula. Le sirop bronchique contient également des extraits de drosera (Drosera rotundifolia) et de lierre (Hedera helix). Ce sirop aide à combattre les toux rebelles, les catarrhes et les mucosités tenaces et, comme l’écrit Alfred Vogel dans « Le petit docteur », il s’est révélé très utile en cas d’asthme bronchique et de fibrose kystique. En Suisse, presque tous les enfants connaissent les bonbons Santasapina, dont la saveur est très appréciée ; ils ont un effet calmant lors d’enrouement, de toux et de catarrhe et une action bienfaisante pour la gorge et le pharynx.

imprimerprint-icon

0 produit(s) dans le panier

JOUEZ afin d’avoir une chance de GAGNER avec Herbamare!!!