A.Vogel Blog

Language/Langue

Qu’est-ce que le SPM?





accueil / spm / qu’est-ce que le spm?

Qu’est-ce que le SPM?

Le syndrome prémenstruel (SPM) est une condition très répandue; on estime qu’il affecte jusqu’à 80 % des femmes.

0

Il s’agit d’un problème chronique qui entraîne des symptômes à la fois physiques et psychologiques chaque mois de façon régulière, entre le moment de l’ovulation et les premiers jours des menstruations. 

Cette partie du cycle menstruel féminin, portant le nom scientifique de « phase lutéale », est associée à des modifications marquées de la concentration des deux principales hormones féminines, l’œstrogène et la progestérone.

À quoi peut-on attribuer le SPM?

On ne sait pas exactement pourquoi certaines femmes souffrent du SPM et d’autres non. Selon une des théories, le SPM ne serait pas nécessairement attribuable aux fluctuations hormonales qui se produisent naturellement au cours du cycle menstruel, mais plutôt à l’« équilibre » relatif entre l’œstrogène et la progestérone.

La cause précise du SPM n’est pas encore bien définie, mais les données scientifiques actuelles tendent à démontrer que les changements hormonaux qui se produisent à des moments spécifiques du cycle menstruel jouent un rôle important. Certaines observations viennent appuyer cette hypothèse : 

  • La plupart des femmes souffrant du SPM éprouvent leurs symptômes toujours au même stade de leur cycle. 
  • Les femmes qui n’ont pas de menstruations (par exemple durant la grossesse) ne sont pas affectées par le SPM. 
  • Les symptômes ont tendance à s’aggraver à l’occasion de changements hormonaux majeurs, notamment durant la puberté (avant le début des règles), juste avant la ménopause, ou après l’arrêt d’un traitement hormonal comme la prise de contraceptifs oraux. 

Quels sont les symptômes du SPM?

Les symptômes associés au SPM peuvent être d’ordre physique ou émotionnel. On en dénombre plus de 150, mais fort heureusement, il est peu probable qu’ils se manifestent tous à la fois!La présence combinée de symptômes affectant ces deux facettes de la santé peut néanmoins faire passer un fort mauvais quart d’heure (ou plus...) à la personne qui en souffre.

  • Les symptômes émotionnels du SPM ont des effets sur la manière de penser, de ressentir et de réagir, ce qui peut entraîner de la difficulté à faire face au stress, de l’irritabilité, un sentiment d’exaspération ou même la dépression.
  • Les symptômes physiques ont tendance à se manifester dans une partie spécifique du corps, donnant lieu par exemple à des ballonnements, de l’acné, une prise de poids, des rages alimentaires, des douleurs menstruelles ainsi qu’à une sensation générale de fatigue ou malaise.

Si les symptômes du SPM sont variables d’une femme à l’autre, en revanche ils ont ceci en commun qu’ils surviennent la semaine (ou les deux semaines) précédant les menstruations. 

La plupart des femmes éprouveront chaque mois une combinaison spécifique de symptômes. Suivez ce lien pour obtenir plus de détails sur les symptômes du SPM.

Facteurs en cause dans le SPM

On sait que la prédisposition à développer des symptômes du SPM dépend de plusieurs facteurs, notamment ceux-ci :

  • Régime alimentaire – Votre alimentation peut affecter l’intensité des symptômes du SPM. Si vous vous sentez irritable ou anxieuse, réduisez votre consommation de caféine. Si vous avez des ballonnements, mettez la pédale douce sur le sel. 
  • Génétique – Les médecins constatent depuis longtemps qu’une femme est plus sujette à avoir des symptômes si une proche parente souffre du SPM, mais il n’existe aucune raison génétique claire pour étayer ces observations. Toutefois, comme nos gènes interviennent dans pratiquement toutes les facettes de notre santé émotionnelle et physique, on peut supposer qu’ils sont impliqués d’une manière ou d’une autre dans le syndrome prémenstruel. 
  • Modifications chimiques – Les fluctuations hormonales peuvent avoir un effet sur la quantité de certaines substances chimiques produites par le cerveau. Ces dernières, en particulier la sérotonine, exercent une influence non négligeable sur l’humeur et le sommeil, ce qui permet d’expliquer la présence de symptômes d’ordre émotionnel. 
  • Dépression – La recherche tend à démontrer que les femmes qui éprouvent des problèmes d’humeur liés au SPM sont plus sujettes à développer certaines formes de dépression, en particulier la dépression post-partum, et vice-versa. 
  • Stress – N’importe quelle situation paraît pire lorsqu’on subit une pression indue au travail ou à la maison. Cela ne peut qu’exacerber les effets du SPM sur les émotions, comme l’irritabilité, l’anxiété ou les sautes d’humeur, ou encore la capacité de faire face aux symptômes physiques tels que les douleurs menstruelles ou les ballonnements.

Diagnostic du SPM

Plusieurs symptômes associés au SPM peuvent aussi faire partie du cycle menstruel, d’où la difficulté parfois pour les médecins de confirmer le diagnostic de SPM.

Ces symptômes prémenstruels « normaux » sont légers et de courte durée. En général, on ne peut diagnostiquer le SPM que lorsque les symptômes se manifestent de façon régulière et commencent à affecter les activités quotidiennes ainsi que la qualité de vie.

Aucune analyse sanguine ne permet d’identifier le SPM; les médecins poseront plutôt un « diagnostic clinique » en se basant sur le schéma des symptômes et sur leur expérience professionnelle. Bien souvent, tenir un journal sous la forme d’un tableau des symptômes peut aider à faire la part des choses.

Mon journal SPM

Votre SPM au jour le jour – Prenez note de vos malaises dans notre journal du SPM afin de faciliter la recherche de solutions.

Qu’en pensez-vous?

Avez-vous trouvé cette information utile? J’aimerais lire vos commentaires. Merci! Sonia Chartier

0 produit(s) dans le panier

JOUEZ afin d’avoir une chance de GAGNER avec Herbamare!!!