A.Vogel Blog

Language/Langue

Éternuements et allergies saisonnières

accueil / système immunitaire / allergies / éternuements et allergies saisonnières

Éternuements et allergies saisonnières

Les éternuements sont habituellement le premier symptôme d’allergies saisonnières

0

Les éternuements sont souvent le premier symptôme à se manifester chez les personnes souffrant d’allergies saisonnières. Ils peuvent survenir au moment où le système immunitaire réagit à l’arrivée d’un élément étranger, par exemple le pollen ou d’autres irritants. Cette page explique comment et pourquoi les allergies saisonnières déclenchent des éternuements.

Les éternuements et les allergies saisonnières, en bref

Un éternuement soudain ou une série d’éternuements est souvent le premier signe de l’imminence d’une crise d’allergies saisonnières. Lorsque vous inhalez du pollen, celui-ci irrite la paroi de vos voies nasales. L’éternuement est le réflexe naturel de l’organisme pour tenter d’expulser cette substance irritante.

Pourquoi les allergies saisonnières nous font-elles éternuer?

Lorsqu’un corps étranger pénètre dans l’organisme, le système immunitaire déclenche une réaction. Ou bien il considère le visiteur comme potentiellement dangereux et essaie de le combattre, ou bien il lui laisse le champ libre.

Le système immunitaire de certaines personnes se méfie des particules de pollen. Leur organisme se met alors à produire plus de sécrétions pour emprisonner les particules, puis déclenche une réaction d’irritation qui force l’évacuation des mucosités et des particules de pollen.

Lorsque les terminaisons nerveuses situées dans vos cavités nasales détectent un irritant, elles envoient un message à votre cerveau. Les nerfs de votre visage de même que ceux de votre diaphragme, de votre cou et même de vos paupières sont alertés. Votre diaphragme se contracte brusquement et vous fait prendre une grande inspiration, puis c’est au tour des muscles de votre cou de se contracter soudainement pour rejeter cet air. Vos paupières également se contractent, de sorte que vos yeux se ferment. L’expulsion qui s’ensuit est l’action réflexe que nous appelons éternuement. Souvent il faut plusieurs éternuements d’affilée pour chasser l’irritant de l’organisme.

Causes des éternuements

Les personnes souffrant d’allergies saisonnières le savent bien, le pollen est l’une des causes les plus fréquentes d’éternuements allergiques, les autres déclencheurs étant la poussière, les animaux et les moisissures.

Des éternuements peuvent aussi se produire en réponse à des déclencheurs moins connus ou probables, notamment l’exposition à la lumière vive. Cette réaction porte le nom de réflexe photo-sternutatoire; il s’agit d’une condition affectant environ le tiers de la population. Certaines personnes se mettent également à éternuer lorsque leur estomac est trop plein – un phénomène rare qu’on désigne en anglais par le terme « snatiation », dérivé des mots sneezing (éternuements) et satiation (état de satiété).  

Faits intéressants à propos des éternuements

  • Un éternuement voyage à environ 160 km/h – toute une poussée de pollen! De plus, un seul éternuement peut envoyer promener quelque 100 000 germes dans l’air!
  • Il est impossible d’éternuer en dormant, car tous les muscles et les récepteurs qui travaillent de concert pour produire un éternuement sont aussi au repos. Et si dormir était la clé à tous les maux qu’endurent les personnes souffrant d’allergies saisonnières? Hélas, ce n’est pas si simple...
  • On ne peut pas non plus éternuer les yeux ouverts. Peut-être vaut-il mieux qu’il en soit ainsi, après tout, sinon nos yeux recevraient une dose massive de germes fraîchement expulsés. Toutefois, la légende voulant que les globes oculaires puissent sortir de leurs orbites si on éternue les yeux ouverts n’est rien d’autre que cela – une légende!
  • Les mucosités expulsées par un éternuement peuvent atterrir à un mètre et demi de distance ou plus.
  • Le mot sternutation est le terme médical pour désigner l’éternuement.
  • Pour empêcher un éternuement, vous pouvez essayer de pincer le bout de votre nez, de chatouiller votre palais du bout de la langue, ou de presser fermement votre lèvre supérieure. Par contre, n’essayez pas de stopper un éternuement déjà amorcé, car ce faisant, vous risquez de faire grimper la pression dans les vaisseaux sanguins de vos yeux et de vos oreilles.

Qu’en pensez-vous?

Avez-vous trouvé cette information utile? J’aimerais lire vos commentaires. Merci! Sonia Chartier

Posez une question

Vous avez une question concernant le système immunitaire? Demandez-la ci-bas et nous l'enverrons à l'un de nos experts pour vous répondre.

Send your question

0 produit(s) dans le panier