A.Vogel Blog
 

Blogue A.Vogel – Sain et Naturel

Pour cultiver sa santé!

10 types de dormeurs: quel genre de dormeur êtes-vous?

par Sonia Chartier, le 21 février 2017, Stress et sommeil
dormeur

co-écrit par Rick Olazabal, B.Sc., BN

Selon les Instituts de recherche en santé du Canada, nous consacrons environ le tiers de notre vie à dormir, en moyenne. Autrement dit, une personne qui atteint l’âge de 75 ans aura passé quelque 25 ans à roupiller!

On sait que le manque de sommeil a des répercussions négatives sur l’équilibre physiologique, d’où l’importance d’un sommeil de qualité. Après tout, dormir n’est-il pas presque aussi important que de manger ou de respirer?

Avec un brin d’humour, voyons quelques façons de dormir (que nous avons à peu près toutes connues, de près ou de loin) et explorons les moyens de corriger la situation.

1-Le ronfleur

Qui n’a pas déjà assisté à une symphonie nocturne de grondements, ronronnements et vrombissements en bruit majeur? Les ronfleurs eux-mêmes ne profitent pas d’un sommeil réparateur, car le ronflement nuit à une respiration optimale ainsi qu’à l’échange d’oxygène. Certaines personnes ronflent lorsqu’elles sont très fatiguées (par exemple lorsqu’elles peuvent enfin dormir après un décalage horaire), ce qui s’explique par le positionnement et le relâchement des structures du nez et de la gorge. Une soirée bien arrosée peut avoir le même effet… sonore.

Si ces exemples sont plutôt anodins, il faut savoir que le ronflement peut aussi dénoter des problèmes plus graves. Une consultation auprès de votre médecin à ce sujet est un excellent point de départ. En effet, les ronfleurs ont tendance à souffrir d’apnée obstructive du sommeil (interruptions de la respiration), dont les facteurs de risque sont entre autres l’obésité, le tabagisme et la consommation d’alcool.

2-Le baladeur

Ce type de dormeur, qu’on pourrait qualifier de… dynamique, remue tellement qu’il finit par faire le tour du lit. Certains font tout simplement des rêves plus mouvementés, qui les incitent à bouger pendant leur sommeil. Bien que ces dormeurs soient a priori tout à fait normaux, il vaut peut-être la peine de vérifier un possible état d’anxiété ou de grand stress.

3-Le bavard

Un peu comme le « baladeur », certains affichent un niveau d’activité élevé durant leur sommeil, qui dans leur cas s’exprime vocalement. Il ne s’agit pas là d’un problème médical non plus; la moitié des enfants parlent en dormant. Mais il pourrait être opportun de s’interroger quant aux possibles sources de stress ou d’anxiété. Si vous ne savez pas comment aborder le sujet, demandez à vos enfants de vous parler de ce qui se passe à l’école, de leurs amis (ou rivaux) ou de leur charge de travail.

4-Le grignoteur nocturne

Techniquement, il ne s’agit pas d’un dormeur, mais plutôt d’un exemple de sommeil interrompu. Certaines personnes se réveillent au beau milieu de la nuit pour aller au petit coin et, puisqu’elles sont debout, en profitent pour se rendre jusqu’au frigo ou au garde-manger. Un tel comportement, en apparence inoffensif, pourrait être le signe de problèmes médicaux sous-jacents – par exemple un dérèglement de la glycémie et une insensibilité à l’insuline associés au prédiabète ou au diabète. Le cas échéant, il se pourrait que vous ayez faim et que vous vous réveilliez vers 3 ou 4 heures du matin. Si vous avez des antécédents familiaux de diabète, que vous faites de l’embonpoint ou que vous fumez, il serait bon de consulter votre médecin ou un docteur en naturopathie agréé.

5-L’ami des animaux

Certains adorent dormir avec leurs animaux. Et pourquoi pas? Ces adorables compagnons poilus sont si doux et affectueux… Il faut toutefois être conscient que les animaux peuvent être porteurs de parasites et d’autres microbes transmissibles aux humains. On ne saurait minimiser l’importance, surtout pour les femmes enceintes, de prendre des précautions à cet égard.

6-Le noctambule

Ici encore, il ne s’agit pas ici d’un type de dormeur, mais plutôt d’un comportement acquis. Ces oiseaux de nuit ont tendance à aller au lit plus tard que la moyenne des ours. Selon la science populaire, il s’agirait d’un trait courant chez les personnes d’une intelligence supérieure. Les noctambules sont souvent des surperformants déterminés, qui ont fort à faire. Ces personnes ont intérêt à prendre garde au stress et aux mauvaises habitudes alimentaires, surtout aussi tard en soirée.

7-Le kleptomane

Aussi dérangeant qu’un ronfleur ou un baladeur pour la personne qui partage son lit, le kleptomane n’hésite pas à tirer la couverture de son côté – et à la garder en captivité! Aucune consultation médicale ou dénonciation à la police ne s’impose, mais si les agissements de votre partenaire ont pour effet de vous réveiller, il faut en parler. L’utilisation de draps et couvertures distincts pour chacun pourrait suffire à résoudre le problème. Gardez à l’esprit que l’autre ne vous « vole » pas intentionnellement; il ou elle dort profondément, alors reprenez ce qui vous appartient sans brusquer, mais avec fermeté.

8-La belle ou le beau au bois dormant

Ces bienheureux tombent dans les bras de Morphée pratiquement à la seconde où leur tête touche l’oreiller. Bien que leur histoire ressemble à un conte de fées, il se pourrait aussi qu’ils soient tout simplement épuisés, ce qui mérite qu’on examine leur cas de plus près. D’un côté, il y a les modèles et comportements typiques, et de l’autre, ceux qui sont inhabituels. Si vous êtes constamment fatigué et capable de vous endormir n’importe où, parlez-en à un professionnel de la santé.

Plusieurs problèmes médicaux peuvent entraîner une fatigue et un temps de sommeil excessifs, par exemple les troubles thyroïdiens, les carences en vitamine D, la dépression, etc.

9-Le lézard

Tous les adolescents sont passés par là, et c’est parfaitement normal. Après tout, ils sont en pleine croissance et cela leur demande beaucoup d’énergie! Si par contre vous êtes un adulte accompli et que vous avez de la difficulté à sortir du lit le matin, il est temps de discuter de votre santé avec un docteur en naturopathie agréé. L’épuisement ou la dépression pourraient être en cause; en parler avec un professionnel qualifié est un bon moyen de retrouver votre qualité de vie.

10-Le détrempé

Oui, vous avez bien lu : détrempé, comme dans humide, mouillé, ruisselant… les personnes concernées se reconnaîtront sans peine. Chez les femmes ayant des bouffées de chaleur, les sueurs nocturnes peuvent devenir monnaie courante. Des sueurs nocturnes qui apparaissent spontanément peuvent cependant être de mauvais augure et dénoter un cancer, une infection ou un trouble métabolique. Consultez votre médecin sans attendre si vous éprouvez des sueurs nocturnes inhabituelles.

Remèdes à base de plantes médicinales

Plusieurs plantes sont utilisées en médecine douce pour traiter les problèmes de sommeil. Elles ont généralement des effets sédatifs et légèrement hypnotiques. Avant de recourir à des plantes médicinales, il est essentiel de parler à un herboriste qualifié ou à un docteur en naturopathie agréé – surtout si vous prenez des médicaments – afin de prévenir toute interaction.

Les plantes peuvent exacerber l’action de certains médicaments ou encore les rendre inactifs. C’est particulièrement le cas du millepertuis, traditionnellement utilisé pour traiter la dépression légère. La passiflore, le houblon et la valériane, par ailleurs, sont des plantes aux effets anxiolytiques et soporifiques. Le houblon est contre-indiqué dans les cas de dépression et doit par conséquent être utilisé avec prudence. Un usage adéquat de ces plantes pourra vous aider à obtenir un sommeil profond et réparateur.

Read more:
ménage-du-printemps
Le ménage du printemps!

Rien de nouveau sous le soleil. Les stars de la pop, les célébrités du petit écran. Tout le monde y...

Close