Digestion lente? Donnez un petit coup d’accélérateur!

Un rassemblement entre parents et amis est un moment précieux – à plus forte raison au sortir d’une pandémie. Enfin réunis autour d’une même table (et non en visioconférence!), tous les convives ont une anecdote de confinement à raconter – et les conversations s’entrechoquent avec bonheur.

Digestion


Owen Wiseman
@AVogel_ca


07 juin 2021

Comment savoir si on a un système digestif paresseux?

Avant de conclure que votre système digestif accuse un retard, le plus important est de connaître votre routine personnelle. Comme dans l'exemple ci-dessus, de nombreuses personnes ont l'habitude d'aller à la selle après avoir pris leur café du matin. Une étude a observé que 29 % des participants avaient eu besoin d'aller au petit coin dans les 20 minutes suivant l'absorption de leur indispensable boisson chaude. En effet, celle-ci stimule les contractions des muscles intestinaux; selon une étude, le café augmente l'activité du côlon de 60 % comparativement à l'eau. Imaginons maintenant qu'après avoir pris votre café, vous n'avez pas envie d'aller à la salle de bains avant des heures.

Si votre routine habituelle est perturbée, c'est peut-être le signe que vos intestins travaillent un peu plus lentement qu'à la normale.

Quels sont les symptômes?

Les symptômes varient d'une personne à l'autre, mais les plus répandus incluent:

  • le ballonnement,
  • la constipation,
  • la douleur abdominale,
  • les variations du poids
  • et même, dans certains cas, les saignements.

En cas de saignement soudain ou de douleur aiguë, il vaut toujours mieux consulter votre médecin traitant afin d'écarter tout problème de santé grave.

Quelles sont les étapes du processus digestif?

Ce processus commence en fait du moment que vous humez l'odeur des aliments en préparation dans la cuisine. Dès lors, les enzymes digestives se mettent en action dans la bouche, puis l'acide gastrique se mêle aux aliments à leur arrivée dans l'estomac. Les intestins prennent ensuite le relais pour faire bouger les choses jusqu'à l'élimination finale. D'innombrables facteurs peuvent influencer cette chorégraphie, bien sûr, mais lorsqu'on comprend mieux comment trouver un soulagement, c'est déjà un très bon départ.

Comment atténuer les troubles digestifs?

  1. Boire plus d'eau. Le côlon retire une partie de l'eau des selles, ce qui les aide à se solidifier et facilite leur évacuation. Lorsque le corps est déshydraté, le côlon risque de réabsorber une plus grande partie de l'eau des selles pour compenser. Cela les rend plus dures et peut ralentir leur progression dans le tube digestif.
  2. Manger plus de fibres. On n'insistera jamais assez sur l'importance des fibres pour l'ensemble du processus digestif; elles aident à gonfler les selles et à les faire transiter par le côlon. Elles possèdent également d'autres vertus, comme de régulariser la glycémie, d'apporter les effets bénéfiques des prébiotiques, ainsi que de réduire les risques de diabète de type 2 et de maladie cardiaque.
  3. Gérer le stress. Il existe un lien étroit entre le stress et la fonction intestinale – qu'on songe notamment à des affections comme le syndrome du côlon irritable. Les auteurs d'une étude assez récente font remarquer que les données issues à la fois d'études cliniques et d'études expérimentales ont montré que le stress psychologique (aigu ou chronique) qui survient au début de la vie ou de l'âge adulte a un impact notable sur la sensibilité, la motilité, la sécrétion et la perméabilité intestinales... Par conséquent, le fait de trouver des façons de se détendre et de développer des mécanismes d'adaptation sains peut être le gage d'un intestin en forme pour les années à venir.
  4. Faire de l'exercice. On sait que l'exercice contribue à une bonne circulation sanguine dans l'ensemble du corps. Cela inclut l'irrigation sanguine de l'appareil digestif pour stimuler le péristaltisme dans l'intestin. Encore faut-il se demander quel type d'exercice est le plus approprié – pratiquer un entraînement par intervalles à haute intensité pendant 30 minutes sitôt votre assiette vidée n'est peut-être pas la meilleure option pour atteindre un plus grand bien-être. Une petite promenade après le repas est un moyen plus sûr – et maintes fois démontré – de faciliter les processus digestif et métabolique. Cela peut aider notamment à normaliser la pression sanguine et à abaisser les valeurs systoliques de près de 13 % ou de 21 points. Cela peut aussi contribuer à la perte de poids, réduire le risque de maladie cardiaque et aider à contrôler la glycémie.
  5. Rechercher un soulagement des symptômes. Une formule comme Boldocynara (Complexe Digestion) réunit l'artichaut, le chardon-marie, le boldo et le pissenlit. Ces plantes apportent de nombreux bienfaits; elles possèdent notamment de puissants effets hépatoprotecteurs et aident à réduire la glycémie à jeun ainsi que le taux d'HbA1c chez les diabétiques, en plus de réduire les taux de cholestérol total et de LDL (le « mauvais » cholestérol).
  6. Éviter certains aliments. Voilà qui fait appel à la connaissance de votre corps – en effet, certaines personnes peuvent mal réagir à certains aliments. Il se pourrait que vous éprouviez un ballonnement après avoir consommé une grosse portion de pois chiches et de haricots, ou bien que les solanacées comme les poivrons vous donnent des gaz. Tenir un journal alimentaire est un excellent moyen de découvrir quels aliments vous tolérez moins bien. Vous pourrez alors voir avec votre diététiste ou votre naturopathe si un régime d'élimination est recommandable pour votre santé.
  7. Un peu de café? Tout le monde n'affectionne pas le café de la même manière, mais cette boisson peut contribuer à accélérer la digestion, en plus de stimuler les selles. Il s'avère en effet que le café influence la sécrétion d'acide gastrique, de gastrine et de cholécystokinine (CCK). Ces deux dernières, des hormones, participent à la digestion des graisses et des protéines en encourageant la production d'acide gastrique et de bile, respectivement.

Cet article ne constitue pas un avis médical et a uniquement pour but de renseigner. Il ne saurait se substituer à un avis médical, un diagnostic ou un traitement de la part d'un professionnel de la santé.

Références:
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4202343/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5763991/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6119598/
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/2338272/
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/3745848/
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/9581985/
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/10499460/
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/16915025/
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/18350336/
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/22089363/
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/23609775/
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/25339800/
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/26222930/
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/26925050/
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/27747394/