Donnez du « pep » à vos hormones du bonheur!

Les jours se suivent et ne se ressemblent pas toujours… nous en avons tous connu certains où chaque chose semble aller de travers, et d’autres où on se lève le cœur en fête, avec une énergie capable de déplacer des montagnes.

Stress et sommeil


Owen Wiseman
@AVogel_ca


23 juillet 2019

Que sont les hormones?

Les hormones sont des substances chimiques qui jouent un rôle de messagers dans l'organisme; elles sont responsables de transmettre les signaux entre les différentes glandes et parties du corps afin d'exécuter des tâches précises.

Comment influencent-elles les émotions?

C'est le système dit endocrinien qui sécrète les hormones directement dans le courant sanguin. Lorsqu'elles parviennent à destination, les hormones agissent en quelque sorte comme des clés capables de déverrouiller des serrures, en l'occurrence des récepteurs sur certains tissus. Lorsque l'hormone se fixe au récepteur, un signal est envoyé pour indiquer au tissu ce qu'il doit faire exactement.

Certaines hormones ont la capacité de franchir la barrière qui sépare le sang en circulation à l'extérieur du cerveau de ce qui se trouve à l'intérieur. Les hormones qui traversent cette barrière, appelée hématoencéphalique, peuvent ainsi influencer certaines régions du cerveau.

Quelles sont les principales hormones du « bonheur »?

Dopamine – cet agent est associé à la gratification et à la motivation nécessaire pour obtenir la récompense en question. Lorsque leurs niveaux de dopamine sont faibles, les animaux comme les humains ont tendance à exécuter une tâche selon la méthode du moindre effort, alors que si les niveaux sont élevés, l'individu sera motivé par la difficulté et éprouvera davantage de satisfaction une fois la tâche accomplie.

Ocytocine – on la connaît mieux sous le qualificatif d'hormone de l'attachement, en particulier lorsqu'il est question de rapports sociaux et de naissance. Après l'accouchement, le contact peau à peau renforce le lien qui unit le nouveau-né à sa mère, ou à la personne qui en prendra soin. L'ocytocine a aussi un rôle protecteur pour la mère, car elle facilite l'expulsion du placenta en augmentant l'intensité des contractions de l'utérus. Cette fonction de « liaison » de l'ocytocine s'observe par ailleurs dans les relations amoureuses. En effet, on a constaté que les personnes affichant des taux élevés d'ocytocine au cours des 24 heures précédentes percevaient leur partenaire avec davantage de gratitude et d'affection. Finalement, il semble aussi que l'interaction avec un animal domestique, chien ou chat (aucun parti pris ici!) fait grimper les niveaux d'ocytocine, à la fois chez l'humain et chez son fidèle compagnon. En prime, cette interaction a pour effet de réduire l'hormone du stress, le cortisol.

Sérotonine – ce neurotransmetteur est souvent associé au sentiment d'utilité et d'appartenance. On a établi une corrélation positive entre le niveau de bonheur perçu et la quantité de sérotonine en circulation dans l'organisme; inversement, le sentiment de tristesse est associé à une carence en sérotonine. La sérotonine a une autre fonction importante en tant que précurseur de la mélatonine, l'hormone qui envoie au corps le signal qu'il est temps d'aller dormir et qui possède en outre de puissants effets antioxydants, sur lesquels la recherche nous en apprend un peu plus chaque jour.

GABA – cette hormone participe au sentiment de calme en réduisant l'activité neuronale. Le corps et l'esprit peuvent ainsi se reposer, en même temps que la perception de stress ou d'anxiété s'amenuise et que les muscles se détendent. Ces effets sont également bénéfiques pour les habitudes de sommeil, qui jouent un rôle essentiel dans le maintien d'un bon équilibre entre les différents neurotransmetteurs et hormones.

Endorphines – la libération de ces neurotransmetteurs diminue la sensation de douleur, à la manière d'analgésiques; cette action est fort utile dans les situations exigeant de demeurer en mouvement malgré une blessure. Les endorphines peuvent aussi contribuer à un état de bien-être de manière générale. Hélas, les Nord-Américains sont actuellement témoins des effets pervers de ces messagers, par suite de la prescription et de l'utilisation excessive d'opioïdes comme le fentanyl.

Que peut-il arriver lorsque ces hormones sont en déséquilibre?

Les cas de figure sont pratiquement sans limites, mais lorsque les niveaux ou les schémas hormonaux dévient de la normale, il en résulte souvent des troubles de l'humeur ou des problèmes psychiatriques.

Existe-t-il des moyens de stimuler nos hormones?

  1. Il a été démontré que la luminothérapie influence les niveaux de sérotonine, de dopamine, d'endorphines, de noradrénaline et de cortisol, entre autres, en facilitant la resynchronisation du rythme circadien de l'organisme. Cela favorise la libération de ces hormones au moment opportun du cycle de sommeil et d'éveil. Ce type de traitement, habituellement administré au moyen d'une lampe, est souvent utilisé dans les cas de trouble affectif saisonnier (TAS), mais la recherche révèle qu'il peut être bénéfique pour d'autres problèmes de santé.
  2. L'alimentation fournit une autre piste de solution pour accroître les niveaux de ces précieuses hormones du bonheur. La sérotonine ne peut toutefois pas provenir de l'alimentation, car elle est incapable de franchir la barrière hématoencéphalique. Le tryptophane, par contre, est une molécule qui se convertit en sérotonine et qui peut traverser cette barrière. La consommation d'aliments riches en tryptophanes aide donc à faire monter les niveaux de sérotonine. Il est important de consulter votre médecin traitant à propos des options alimentaires qui s'offrent à vous; vous pourrez ainsi obtenir une liste sur mesure des aliments à privilégier en fonction de votre métabolisme, de votre poids visé et de vos restrictions alimentaires.
  3. Comme stimulant « naturel » pour le cerveau, l'exercice est encore ce qu'il y a de mieux! Outre ses bienfaits sur le plan de la forme physique, il possède des effets antidépresseurs et anxiolytiques non négligeables... et non pharmacologiques. L'exercice accroît les niveaux des « hormones du bonheur » en circulation dans l'organisme et peut même modifier l'architecture du cerveau afin de mieux contrôler l'humeur et aider l'organisme à réagir adéquatement aux stimuli. L'activité physique inclut le yoga, qui a fait ses preuves pour hausser les bêta-endorphines présentes dans l'organisme et pour réduire le cortisol – c'est ce qui explique la sensation de calme ressentie après une séance d'à peine une heure.
  4. Gérer nos émotions peut parfois sembler une tâche herculéenne; or, la nature peut nous donner un coup de pouce pour y parvenir, sous la forme d'une plante : Passiflora incarnata. Une étude a démontré que cette plante, aussi appelée Passiflore, augmente la résistance au stress et la qualité de vie de façon générale. Les participants à cette étude ont également connu une amélioration des symptômes d'agitation, d'épuisement, de peur, de manque de concentration, de nausées, de tremblements et de palpitations.

Références:
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK27940/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2077351/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4449495/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4759499/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5645535/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5716179/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5734372/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6048813/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23141060
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25964984
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28407638

 

A.Vogel Passiflore

A.Vogel Passion Flower

50mL

$ 21.99

Utilisé traditionnellement comme tonique pour les nerfs pour traiter la nervosité, l’insomnie …
Plus d'info

Joignez-vous à nous pour sauver les abeilles! Sauvons les abeilles