A.Vogel Blog
 

Blogue A.Vogel – Sain et Naturel

Pour cultiver sa santé!

Le massage, un analgésique?

par Dominique Vanier, B.Sc.H., M.Env.Sc., le 21 février 2017, Muscles et articulations
massage

Un bon massage peut faire merveille pour faire disparaître les tensions de la journée.

En effet, quoi de plus relaxant qu’une heure de massage corporel? Hautement thérapeutique, le toucher a le pouvoir de transmettre des ondes de quiétude des pieds à la tête afin d’apaiser le stress, l’anxiété et la douleur…

Et comme nos habitudes de vie nous poussent souvent à la sédentarité et au surmenage (lire ici : mauvaises postures et muscles tendus), un massage est la solution par excellence pour soulager nos cous, épaules et dos endoloris.

La massothérapie

La massothérapie exerce une action analgésique à plus d’un titre. Le massage favorise la réponse de relaxation, c’est-à-dire le mécanisme par lequel le corps met en action le système nerveux parasympathique et désamorce l’« état d’alerte » physiologique et psychologique induit par le stress. On pense que le massage peut modifier la perception de la douleur au niveau cellulaire par la stimulation des grandes fibres nerveuses et l’inhibition de la transmission des stimuli douloureux.

En outre, la massothérapie peut soulager efficacement la douleur chez les personnes qui ont subi des lésions musculosquelettiques ou qui sont hospitalisées, entre autres.

Dans le cas de blessures musculaires temporaires, la massothérapie réduit l’inflammation et améliore le fonctionnement des mitochondries (les noyaux énergétiques des cellules). Dans les milieux de soins aigus comme les hôpitaux, l’intégration de la massothérapie peut aider les patients à mieux composer avec les difficultés physiques et psychologiques inhérentes à leur état de santé.

Le massage s’avère également bénéfique pour apaiser la douleur dans diverses autres circonstances, y compris dans les cas de sclérose en plaques, d’arthrite et possiblement de fibromyalgie.

Que vous soyez un habitué du gym, que vous soyez en proie à une douleur chronique ou que vous ayez simplement besoin d’un contact humain, la massothérapie devrait vous faire le plus grand bien.

Voici quelques conseils pour vous aider à maximiser votre expérience et à réduire la douleur musculaire :

  • Choisissez un massothérapeute compétent. La réglementation relative à la profession varie d’une province à l’autre. Qu’ils soient autorisés, agréés ou certifiés, les massothérapeutes professionnels ont suivi une formation rigoureuse dans un établissement d’enseignement reconnu et ont réussi les examens leur permettant de pratiquer.
  • Ne négligez pas ces muscles relégués aux oubliettes! Évidemment, un massage du dos et du cou est absolument délicieux, mais songez également aux muscles qui participent à toutes vos activités quotidiennes, comme les avant-bras et les mollets. Ces fidèles serviteurs ont tendance à être crispés et sensibles chez plusieurs d’entre nous.
  • Faites des exercices en vue d’améliorer votre posture. Si une mauvaise posture contribue à votre douleur (ce qui est probablement le cas si vous travaillez assis à un bureau), des exercices permettant de renforcer les groupes de petits muscles posturaux vous aideront à maintenir vos épaules bien dégagées et votre dos plus droit.
  • Utilisez des huiles essentielles pour mieux vous détendre. En plus d’envelopper votre expérience thérapeutique d’un arôme agréable, les huiles essentielles telles que les huiles d’eucalyptus, de lavande ou de menthe poivrée d’Aromaforce possèdent des vertus relaxantes et peuvent ajouter à votre sensation de bien-être.
  • Consultez un professionnel de la santé. Si vous éprouvez une douleur chronique, il est important d’en faire part à votre médecin traitant afin de vous assurer d’une prise en charge adéquate.

Références :
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3091428/
http://stm.sciencemag.org/content/4/119/119ra13
http://www.ijtmb.org/index.php/ijtmb/article/view/327
https://nccih.nih.gov/research/results/spotlight/020812.htm
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3930706/

 

Read more:
axe cerveau-intestin
L’axe cerveau-intestin, un inséparable duo

co-écrit par Rick Olazabal, B.Sc., BN L’axe cerveau-intestin est un de mes sujets de prédilection. Cette interaction est probablement l’exemple...

Close