Les allergies peuvent frapper à tout âge

Ce n’est pas une journée comme les autres... vous soufflez aujourd’hui vos 50 bougies! Les invitations ont été envoyées en bonne et due forme, les réponses vous sont parvenues en grand nombre, le traiteur a été réservé, le moment est venu de vous éclater.

Allergies


Owen Wiseman
@AVogel_ca


19 septembre 2018

Qu’est-ce qui provoque une réaction allergique?

Imaginez un champ de bataille où vous seriez d’un côté et le camp adverse de l’autre. S’agit-il d’un ennemi connu, avec lequel vous avez déjà croisé le fer? Ou bien êtes-vous face à un adversaire que vous n’avez jamais affronté auparavant?

Dans la guerre sans merci que livre une allergie, votre organisme est le champ de bataille, où les nombreux pathogènes (virus, bactéries ou parasites) tentent d’anéantir vos globules blancs. Lorsque ces défenseurs font face à un nouvel ennemi et réussissent à l’éliminer en partie, ils conservent quelques trophées de guerre pour les étudier de plus près. Ce premier contact est appelé réaction primaire; celle-ci est souvent lente, non spécifique et peu prolifique en termes d’effectifs de combat. Les choses changent cependant une fois que l’ennemi (l’antigène) est mieux connu : le corps produit alors des anticorps correspondant exactement à l’antigène. Par la suite, lorsque l’élément pathogène se présente à nouveau, l’organisme le reconnaît illico et déclenche une réponse rapide et ciblée. Entretemps, des troupes supplémentaires se sont entraînées et arrivent en renfort pour mater l’ennemi.

Il arrive parfois que l’organisme se méprenne sur certains aliments ou sur des éléments inoffensifs de l’environnement, par exemple la poussière ou le pollen, qu’il considère à tort comme une menace. Les globules blancs mettent alors en action un mécanisme de défense inutile, qui se traduit par une réaction allergique.

Quels sont les symptômes d’une allergie?

Les symptômes déclenchés peuvent être très subtils, ne provoquant par exemple que des picotements diffus. Votre nez peut commencer à couler un peu, vous reniflez de plus en plus, et la congestion des sinus s’installe. À mesure que la réaction progresse, votre gorge aussi se met à picoter; votre respiration peut devenir sifflante en raison du rétrécissement de vos voies respiratoires. La libération de substances chimiques en réaction à l’allergène peut devenir intense au point d’affecter les fonctions vitales de l’organisme.

Cette réaction extrême porte le nom d’anaphylaxie. La peau commence à gonfler, en particulier autour de la bouche et/ou des yeux, des boutons d’urticaire apparaissent, des vomissements sont également possibles; certaines personnes deviennent pâles et faibles, et peuvent même s’évanouir. Cette réaction peut rapidement devenir fatale et doit être considérée comme une urgence médicale.

Les allergies ne se développent-elles pas toutes durant l’enfance?

Pas nécessairement.

Des études ont démontré que les sujets plus jeunes sont plus susceptibles de présenter un facteur de risque associé à ce qu’on désigne sous le nom d’« hypothèse de l’hygiène ». Ce phénomène découle de l’importance que la société moderne accorde à la stérilité et à la propreté. Ce souci – à l’origine bien intentionné – fait en sorte que les enfants ne sont pas exposés aux microbes et aux pathogènes durant leurs premières années, d’où le risque qu’ils soient ainsi fragilisés. En effet, s’ils vivent dans un environnement totalement aseptisé, les enfants n’auront peut-être pas l’occasion de développer la réaction primaire décrite plus haut.

Imaginez un enfant qui grandit dans une famille végétalienne et qui n’a jamais mangé d’œufs. Si, une fois adulte, il décide de modifier son régime alimentaire, il ne serait pas étonnant que son premier contact avec les œufs – par inadvertance ou non – déclenche une forte réaction. Les œufs ne lui étant pas familiers, ils sont aussitôt identifiés comme des ennemis à anéantir sans autre procès.

Avant d’aller plus loin…

Il est important de se rappeler qu’il ne s’agit ni de vous réfugier dans une bulle hermétique, ni de boycotter le savon pour le reste de vos jours. L’amélioration des conditions d’hygiène et les mesures préventives et thérapeutiques comme les vaccins et les antibiotiques ont permis d’éviter que des centaines de milliers de vies soient emportées par la rougeole, la typhoïde, la scarlatine, les oreillons et la coqueluche, entre autres. Rien de tout cela n’est remis en question; l’objectif est d’abord et avant tout d’être bien renseigné.

J’avais des allergies quand j’étais jeune… risquent-elles de se manifester à nouveau?

N’importe quelle personne atteinte d’allergies aimerait pouvoir dire qu’une fois adulte, lorsqu’on en est enfin débarrassé, l’affaire est classée à jamais. Hélas, d’innombrables facteurs peuvent vous exposer à une récidive de vos allergies passées, et même au développement de nouvelles, par exemple :

  • L’âge! Pendant que vous accumulez les années de vie, votre corps est en constante évolution. Certaines hormones ou certains nutriments occuperont successivement le devant de la scène, selon les besoins de votre organisme à ce moment précis.
  • Les mouvements migratoires ou, dit plus simplement, un nouveau départ dans un nouveau milieu! Le déménagement est considéré comme un événement à très haut coefficient de stress, alors que vous ne savez plus où donner de la tête avec tout ce qu’il y a à faire. Trouver un acheteur ou un nouveau locataire pour votre ancienne résidence; élaborer un budget pour la nouvelle, peser le pour et le contre avant d’arrêter son choix – en tenant compte de la localisation, de la distance pour aller travailler, des activités à proximité – et éventuellement décrocher un nouvel emploi ou choisir une école pour les enfants. Et ce n’est que le début d’une très longue liste. Votre nouvel habitat pourrait également receler différentes concentrations de pathogènes, ou encore des plantes inconnues et susceptibles d’induire des allergies.

Les symptômes sont-ils les mêmes si je développe des allergies plus tard dans ma vie?

Oui. Bien qu’ils puissent être plus ou moins sévères au fil du temps, les symptômes demeurent très constants.

Puis-je prendre quelque chose pour atténuer mes symptômes?

Bien sûr que oui. Le remède homéopathique Soulagement Allergies, sans sucre ni lactose ni gluten, pourrait fort bien être votre bouée de sauvetage. Cette préparation est offerte sous forme de comprimés, de teinture ou de vaporisateur nasal, à votre convenance. Une étude clinique au cours de laquelle les participants ont eu recours aux comprimés pour combattre leurs allergies a donné des résultats prometteurs : 88,5 % des sujets ont en effet déclaré une amélioration de leurs symptômes d’allergies.

Un changement de mon alimentation pourrait-il s’avérer bénéfique?

Il va sans dire que vous devez bannir les aliments déclencheurs, mais il se peut aussi que d’autres aliments vous aident à atténuer certains symptômes. Les boissons ou les aliments chauds permettent d’éclaircir l’épais mucus qui cause la congestion nasale. Le thé vert est un excellent choix, car il contient en plus un antihistaminique naturel, qui combat la substance chimique (histamine) libérée en grande quantité lors d’une réaction allergique. Commencez donc à fourbir vos armes dès les premiers signes : mettez de l’eau à bouillir et obtenez un bienfaisant répit en sirotant une tasse de thé bien chaud.

Références:
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3573758/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4578642/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5362176/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5579643/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5663745/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/10051699
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/12236706
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19187325
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20652470


Herbamare Original 2,5g - Offre exclusive au avogel.ca! Herbamare sample