Les menstruations ont-elles un impact sur la performance sportive?

Votre fille doit prendre part à une importante compétition aujourd’hui, mais au moment même où elle met le pied sur le terrain, vous voyez tout de suite que quelque chose ne tourne pas rond. Incapable de se concentrer sur le jeu, elle dit qu’elle se sent étourdie et épuisée. Pourtant, elle ne fait pas de fièvre et ne montre aucun signe d’infection, alors qu’est-ce qui peut bien l’indisposer de la sorte?

SPM | Santé des femmes


Owen Wiseman
@AVogel_ca


12 juillet 2018

Les menstruations sont un phénomène biologique normal, mais qu’est-ce au juste?

Rassurez-vous, il est normal de ne pas connaître d’emblée la réponse à cette question. Après tout, quand on achète un nouvel appareil, par exemple un électroménager, on sait à quoi il sert mais on s’en remet à un spécialiste pour en comprendre tous les rouages mécaniques.

Il en va de même pour nos systèmes biologiques. Le cycle menstruel dure en moyenne 28 jours et se répète après chaque menstruation pour une raison commune à toutes les espèces : la reproduction. Au cours d’un cycle, le corps féminin connaît trois phases distinctes.

  1. Phase proliférative ou folliculaire – cette phase correspond à la croissance rapide d’une couche de cellules dans l’utérus (l’endomètre). Parallèlement au cycle utérin, un autre processus se déroule : le cycle ovarien, au cours duquel les follicules se développent jusqu’à l’ovulation, c'est-à-dire la production d’un ovule.
  2. Phase sécrétoire – après la libération de l’ovule par un follicule mature, l’organisme se met à sécréter certaines hormones pour préparer l’endomètre à recevoir l’ovule fécondé.
  3. Phase menstruelle – si l’ovule est fécondé, il n’y aura pas de menstruations. En l’absence de grossesse, toutefois, le corps n’a pas besoin de conserver l’endomètre, qui finit par être expulsé sous la forme du saignement que les femmes connaissent bien.

Qu’arrive-t-il si je suis une athlète d’élite et que je n’ai pas de menstruations tous les mois?

Cette situation se produit plus souvent qu’on le pense, mais elle est loin d’être idéale. S’il n’existe pas de définition précise pour déterminer qui fait partie ou non de l’élite sportive, on peut dire que ces athlètes sont souvent des professionnels qui participent à des compétitions de haut niveau et qui possèdent des caractéristiques physiologiques les plaçant dans une catégorie à part.

Ce sont des individus qui déploient une puissance supérieure à la moyenne, qui ont beaucoup plus d’endurance ou de force que le commun des mortels, et qui affichent une consommation maximale d’oxygène à l’effort (VO2 max) considérablement plus élevée. Il va de soi que de tels athlètes, comme le champion olympique Michael Phelps, peuvent passer facilement six heures par jour à s’entraîner, sans parler du régime sévère auquel ils doivent s’astreindre.

Dans le cas des femmes, toutes les ressources qui sont mobilisées pour développer et maintenir le tonus musculaire risquent de drainer l’organisme à un point tel qu’il n’est plus en mesure de soutenir sa fonction reproductrice. Une recherche publiée dans le British Journal of Sports Medicine a démontré une absence de menstruations (aménorrhée) chez 25 % des athlètes féminines participant à l’étude. Cette situation est particulièrement préjudiciable si l’apport calorique est inférieur à la dépense énergétique au cours de l’entraînement. Il est essentiel de maintenir un régime alimentaire sain et équilibré pour garantir à l’organisme les nutriments qu’il lui faut, tant pour l’obtention de la performance athlétique que pour la régularité des cycles biologiques.

En quoi les menstruations affectent-elles la performance physique?

Au moment de se débarrasser de la muqueuse dont il n’a pas besoin, l’utérus se contracte pour expulser les tissus. Pour ce faire, l’organisme sécrète des prostaglandines, des substances qui jouent un rôle important dans l’inflammation des tissus de l’organisme et qui stimulent les contractions menstruelles. C’est ce qui explique les fameuses crampes qui vont souvent de pair avec les saignements.

Certaines prostaglandines s’infiltrent parfois dans le flux sanguin et parviennent au cerveau, provoquant la contraction de vaisseaux locaux et éventuellement des maux de tête. Ces mêmes prostaglandines peuvent aussi se retrouver dans les intestins et y entraîner des contractions semblables à celles éprouvées par l’utérus, qui se traduiront par des gaz ou de la diarrhée.

Imaginez maintenant ces filles et ces femmes appelées à canaliser toute leur énergie vers le record à battre ou la partie qui se joue sur le terrain, tout en essayant de supporter leurs crampes, leurs saignements et leurs mouvements intestinaux… et on ne parle ici que des symptômes physiques.

En quoi les menstruations affectent-elles la performance mentale?

Les prostaglandines qui se fraient un chemin jusqu’au cerveau ont aussi pour effet d’influencer la concentration, comme en fait foi une étude menée auprès de femmes non-athlètes. Sans trop de surprise, on a constaté que le délai de réaction des participantes était plus long lorsqu’elles avaient leurs règles.

Même si l’étude portait sur des non-athlètes, on peut extrapoler que les athlètes féminines seraient aussi désavantagées durant leurs règles. Il risque peut-être alors d’y avoir un léger retard de quelques millisecondes pour frapper le volant de badminton ou la rondelle de hockey. Au cours des Jeux olympiques de février 2018, le patineur de vitesse canadien Ted Jan-Bloemen a battu le Norvégien Sverre Lunde Pedersen par deux millièmes de seconde... Parfois, il n’en faut pas plus pour transformer une montée victorieuse sur le podium en une cuisante quatrième place célébrée dans le vestiaire.

Que faire pour que les règles ne nuisent pas à la performance sportive?

L’aménorrhée, qui a été évoquée plus haut, peut être le signe de problèmes plus graves, par exemple un important déséquilibre hormonal, des troubles de la thyroïde (hypo ou hyperthyroïdie) ou encore un syndrome des ovaires polykystiques.

Si vous constatez la moindre irrégularité au niveau de l’écoulement, de la couleur ou du moment de vos règles, le mieux est d’en parler d’abord à votre médecin traitant pour en déterminer la cause. 

Connu depuis longtemps comme régulateur hormonal, le fruit du gattilier (Vitex agnus-castus) est un incroyable allié pour les femmes au moment des menstruations. Lors d’une étude menée auprès de femmes sujettes au trouble dysphorique prémenstruel, le fruit du gattilier s’est avéré aussi efficace que la fluoxétine, un antidépresseur couramment prescrit pour atténuer les symptômes comportementaux et somatiques.

Le produit Vitex SPM permet de profiter des vertus de ce fruit sous forme de teinture facile à inclure dans la routine matinale.

Bien que l’expulsion de la muqueuse utérine soit un processus régulier ayant évolué avec le temps, le reste de l’organisme continue d’y réagir comme s’il s’agissait d’une blessure. La libération de cortisol (l’hormone du stress) s’ajoute ainsi à la pression exercée sur les articulations et les muscles lors de l’exercice, de même qu’à l’anxiété d’anticipation avant une compétition.

Même si vous avez envie de vous entraîner une heure de plus, il est tout aussi important pour vous de bien dormir, d’avoir un apport nutritif adéquat et de gérer votre stress. Les élixirs comme Bio-Strath (aussi offert en comprimés) sont des produits fermentés à base de levure de boulanger (Saccharomyces cerevisiae), où sont emmagasinés une foule de nutriments qui, une fois ingérés, sont libérés dans l’organisme. Source d’antioxydants, ils possèdent des propriétés antibactériennes et aident à combattre la fatigue.

Références:
http://bjsm.bmj.com/content/48/7/655.1
https://www.ejmanager.com/mnstemps/28/28-1473362499.pdf
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2941235/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3081099/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3806174/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5251302/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/2714974
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/3297513
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/6390612
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17145688
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23136064
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26351143

A.Vogel PMS Vitex SPM - Régulateur hormonal

A.Vogel PMS Vitex SPM

50mL

$ 20.99

Le syndrôme prémenstruel inclut les crampes, douleurs aux seins, irritabilité. Le Vitex est …
Plus d'info

Herbamare Original 2,5g - Offre exclusive au avogel.ca! Herbamare sample