Pourquoi la malbouffe est-elle plus attrayante que la nourriture saine?

L’un des plus grands défis auxquels sont confrontés ceux qui essaient de changer leurs habitudes alimentaires est l’attrait de la malbouffe. Des études récentes ont confirmé que la malbouffe est plus attrayante que les choix plus sains, mais la question demeure de savoir pourquoi.

Manger santé

asktheexpert
Sonia Chartier
@AVogel_ca


15 mai 2019

La malbouffe serait deux fois plus attrayante que la nourriture saine

Si vous avez déjà essayé de réduire votre consommation d'aliments gras ou sucrés, vous vous êtes probablement rendu compte qu'il était impossible d'ignorer les fringales, la simple vue d'une tranche de gâteau vous faisant saliver. Mais pourquoi votre organisme réagit-il de cette façon à la malbouffe? Est-ce simplement dû à votre comportement passé ou à une habitude qu'il s'agit de rompre?

La réponse peut être « oui », mais cette explication ne dit certainement pas tout. Heureusement, les recherches semblent appuyer l'idée que la malbouffe est par nature plus attrayante que la nourriture saine. Une étude récente menée à l'Université Johns Hopkins a conclu que, comparativement à la nourriture saine, la malbouffe était deux fois plus plaisante pour les participants.

Une partie de l'étude demandait aux participants d'utiliser un ordinateur pour répondre à des questions le plus rapidement et le plus correctement possible. Au cours du questionnaire, des images apparaissaient à la périphérie de leur écran, alternant entre des produits alimentaires et d'autres objets divers. Globalement, les images de malbouffe ralentissaient les sujets deux fois plus que les images d'aliments sains.

Bien que cette étude confirme l'attrait de la malbouffe, elle n'explique pas pourquoi la malbouffe a ce pouvoir sur nous. La réponse pourrait bien résider dans ce qui est sans conteste notre organe le plus important, le cerveau.

Comment la malbouffe affecte-t-elle le cerveau?

Le cerveau est un organe incroyablement compliqué et même aujourd'hui, en dépit de décennies d'études et de recherches, les chercheurs ne font qu'en effleurer la surface. Toutefois, le cerveau joue un véritable rôle dans l'attrait que la malbouffe a sur nous.

Votre cerveau aime le sucre
Le sucre est plus omniprésent dans notre alimentation aujourd'hui qu'il n'était du temps de nos lointains ancêtres. De fait, il y a seulement deux siècles, le sucre était une denrée précieuse et rare et si vous aviez une envie de sucré, vous deviez vous en remettre à la seule source de sucre naturelle, les fruits!

Le sucre est une source d'énergie essentielle qui sert de carburant à votre organisme. Le sucre, ou glucose, est absorbé dans la circulation sanguine, contribuant à la puissance du cerveau. Selon les recherches, le simple goût du sucre peut stimuler le cerveau, la raison en étant qu'il provoque la libération de sérotonine supplémentaire, l'hormone du bonheur, dans le flux sanguin.

La propriété qu'a le sucre de stimuler l'humeur crée possiblement un autre problème : elle vous programme à percevoir le sucre comme une récompense. La mémoire non seulement de ce que goûte votre nourriture, mais aussi de ce que vous avez ressenti en la mangeant, se grave dans votre esprit et la prochaine fois que vous voyez un morceau de gâteau, vous l'associez immédiatement avec une amélioration instantanée de l'humeur.

L'autre problème est que votre corps a du mal à reconnaître à quel moment vous avez eu assez de sucre, ce qui fait qu'il est trop facile de faire des abus, en particulier si votre corps ne réagit pas comme il le devrait en stimulant la sensation de satiété.

Votre cerveau est également friand de gras

Le corps a besoin de matières grasses pour survivre et le cerveau ne fait pas exception. De fait, c'est peut-être l'organe du corps le plus gras! Le gras est une composante majeure de la structure du cerveau – environ 60 % selon les estimations – alors les acides gras essentiels comme l'oméga-3 et les vitamines liposolubles comme la vitamine E, sont essentielles à votre survie, car ils contribuent à maintenir les membranes des cellules et à soutenir le mouvement des neurotransmetteurs.

La graisse peut être stockée et utilisée comme source d'énergie à un stade ultérieur, si bien que vous pouvez avoir le réflexe naturel d'en consommer, tout comme vous le faites pour le sucre. Vous pouvez également développer avec le gras un système de récompense similaire qui, comme avec le sucre, déclenche la libération d'« hormones du bonheur ». Ce qui est intéressant cependant, c'est qu'un excès de gras pourrait surexciter le cerveau, un peu comme l'alcool!

Toutefois, si vous essayez d'éliminer complétement le gras de votre alimentation, il faut vous attendre à éprouver de graves crampes d'estomac. Votre corps a besoin des bons types de gras, comme les acides gras oméga, et souvent quand vous avez une fringale, c'est que votre corps manifeste le besoin de ces sources de graisse saines. Malheureusement, au lieu de choisir de bonnes sources d'acides gras oméga, comme du poisson gras, des noix ou des avocats, vous choisissez un sac de croustilles!

Et pour compléter le tout, les chercheurs découvrent maintenant que plus vous consommez de gras, plus la réponse au gras diminue. En d'autres termes, vous n'obtenez plus la même amélioration de l'humeur qu'avant si bien que vous voulez immédiatement consommer plus de gras, ce qui crée un cercle vicieux.

La malbouffe est plus attirante de par son conditionnement
Votre corps a naturellement besoin de gras et de sucre, dans lesquels il reconnaît des sources d'énergie essentielles. Le problème est que de nombreuses grandes sociétés qui vendent de la malbouffe le savent aussi et ont investi des millions pour essayer de rendre leurs produits aussi attrayants que possible, tant pour les yeux que pour le palais.

Elles consacrent beaucoup de temps et d'efforts pour obtenir la parfaite combinaison de goût et de texture afin de déclencher une réponse positive de votre cerveau, de façon que vous en vouliez plus. Les aliments qui « fondent dans la bouche » sont en fait les pires : croustilles tendres, barbe à papa, etc. Du fait qu'ils se décomposent si rapidement dans le système digestif, cela fait croire au cerveau que vous n'en avez pas vraiment mangé tant que cela. Le résultat est que vous ne vous sentez pas rassasié comme vous devriez normalement, et que vous continuez à manger.

Ce genre de tromperie n'est pas unique aux aliments qui fondent dans la bouche. Comme je l'ai déjà mentionné, le corps a désespérément besoin de calories parce qu'il a besoin de carburant. La plupart produits de la malbouffe sont une combinaison de gras, de sucres et de protéines spécialement conçue pour que le cerveau y réponde immédiatement afin d'utiliser cet apport alimentaire comme source d'énergie, ce qui peut retarder le sentiment de satiété et favoriser les excès.

Comment est-ce que j'arrête de manger de la malbouffe?

Maintenant que vous savez que la malbouffe est conçue pour plaire à votre corps et que celui-ci est naturellement conçu pour rechercher le sucre et le gras, vous devez vous dire que c'est une situation sans issue. Portant, il y a des moyens de combattre vos fringales et de surmonter votre envie de malbouffe.

  1. Ne prenez pas de mesures extrêmes
    Ici, chez A.Vogel, nous ne sommes pas en faveur des régimes à la mode radicaux qui vous poussent à supprimer complètement certains groupes d'aliments. Si vous avez l'habitude de manger des glucides raffinés et décidez tout d'un coup de suivre un régime cétogène, vous allez être confronté à un déséquilibre et vous apercevoir à juste titre qu'il est difficile de vous en tenir à votre nouveau programme alimentaire.
    Votre corps a besoin de lipides, de glucides et oui, même de sucre, mais les problèmes viennent souvent du fait que nous ne les mangeons pas sous la bonne forme. Par conséquent, procéder par changements simples plutôt que par pas de géant peut mener loin.
    Au lieu de boycotter le pain complétement, essayez de passer au pain complet; du fait qu'il n'est pas autant traité, il retient quantité de vitamines B qui augmentent l'énergie et même des fibres alimentaires. Si vous ressentez une envie de sucre en après-midi, essayez d'abord de manger des fruits ou même du cacao biologique. Le cacao est sans conteste la forme la plus pure de chocolat, mais contrairement à lui, il est brut et donc très peu transformé, si bien qu'il contient encore tout plein d'antioxydants et de magnésium.
  2. Le moins est le mieux
    Si vous avez déjà vérifié l'étiquette d'un produit alimentaire au supermarché pour découvrir une série incompréhensible d'ingrédients, cela peut valoir la peine de le remettre sur la tablette. Moins votre nourriture contient d'ingrédients, mieux c'est. Cela signifie probablement qu'elle n'est pas autant transformée et ne contient pas autant d'additifs chimiques indésirables, comme les conservateurs, et les édulcorants et arômes artificiels.
  3. Mastiquez bien votre nourriture
    Cela peut sembler une étape évidente, mais il est surprenant de voir combien d'entre nous ne mastiquent pas leur nourriture correctement, soit parce qu'ils mangent sur le pouce, soit qu'ils soupent devant la télé. Cela peut constituer un problème étant donné que la mastication constitue une étape cruciale du processus digestif, en aidant à décomposer la nourriture pour qu'elle soit digérée plus facilement. La mastication favorise également la satiété, en vous aidant à reconnaître plus facilement votre niveau de satiété afin de ne pas trop manger.
  4. Mettez de la couleur dans votre assiette
    Comme je l'ai dit auparavant, la malbouffe est conçue pour être attirante, et se présente habituellement dans des couleurs vives de façon à être tentante tant pour les yeux que pour l'estomac. Une étude menée en 2012 a révélé que les gens préfèrent habituellement de la couleur dans leur assiette, et combinent souvent trois groupes d'aliments différents et trois couleurs différentes à chacun de leurs repas.
    C'est pourquoi nous vous recommandons de remplir votre assiette de légumes et de fruits colorés. Non seulement, ils sont agréables à regarder, mais les fruits et les légumes riches en couleurs sont habituellement chargés de bêta-carotène et d'antioxydants!
  5. Intéressez-vous davantage à votre nourriture
    La meilleure chose que vous pouvez faire pour changer vos habitudes alimentaires est de vous intéresser davantage à votre nourriture. C'est peut être facile et pratique de se rabattre sur des plateaux repas ou des solutions rapides comme des sandwichs de supermarché et des croustilles, mais à la fin, cela n'est pas super pour la santé.
    Cuisiner n'a pas à être compliqué; de nos jours, personne n'a le temps de confectionner un repas cinq services ou de préparer un petit-déjeuner élaboré. Faites plutôt les choses à votre propre rythme et en fonction de votre expérience : non seulement cela vous permettra d'explorer une nouvelle compétence, mais aussi de mieux apprécier la nourriture en général. Notre site Web foisonne de superbes recettes simples qui sont idéales pour les débutants, que vous recherchiez une bonne soupe chaude ou une collation énergisante!

Références :
https://www.sciencedaily.com/releases/2017/10/171026135327.htm
http://www.bbc.co.uk/science/0/21835302
http://www.holistichelp.net/blog/what-craving-fat-means/
https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0261561411001087
https://jamesclear.com/junk-food-science
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26188140
http://news.cornell.edu/stories/2012/01/how-you-plate-food-kids-matters

Gagnez un voyage pour visiter nos jardins en Suisse!