Voyage éclair au coeur du microbiome

Notre corps compte 30 billions de cellules humaines et abrite plus de 38 billions de cellules microbiennes.

Digestion


Owen Wiseman
@AVogel_ca


05 février 2019

Quel est le rôle du microbiome?

Le microbiome est un écosystème complexe d'espèces bactériennes qui vivent à l'intérieur ou à la surface du corps humain et qui travaillent en synergie avec nos propres cellules.

Ces billions de microbes se démènent constamment dans l'organisme pour accomplir l'une ou l'autre de ces fonctions :

  • Synthèse des vitamines – les bactéries qui résident dans l'intestin sont responsables de synthétiser les vitamines B et la vitamine K. Les chercheurs estiment que le microbiome fournit plus du quart de l'apport alimentaire recommandé des vitamines B3, B6, B9 et B12. Les vitamines B9 et B12, aussi connues sous les noms de folate et de cobalamine, sont particulièrement importantes pour la réplication de l'ADN et la création de nouvelles cellules.
  • Métabolisme – le biome humain normal aurait de la difficulté à traiter les glucides indigestes; toutefois, certaines espèces microbiennes sont capables de les décomposer en éléments que l'organisme peut ensuite absorber. Les produits issus de ce fractionnement contribuent également à nourrir les microbes eux-mêmes, leur permettant ainsi de demeurer en santé et d'accomplir leurs tâches essentielles. Les bactéries se chargent aussi de convertir les protéines alimentaires et même nos propres cellules intestinales (lorsqu'elles se détachent au terme de leur cycle) en précieux acides aminés, acides gras et autres éléments à chaîne plus courte, que le corps peut alors utiliser.
  • Modification de la bile – les sels biliaires sont indispensables au traitement adéquat des graisses et à leur absorption par l'organisme. Le microbiome réduit la toxicité potentielle des acides biliaires en leur permettant d'être recyclés et réutilisés.
  • Protection – les microbes présents dans notre système fonctionnent selon un scénario bien établi : notre corps les alimente un peu, ils exécutent leurs tâches et permettent à leur hôte d'absorber plus de nutriments. Comme ils se nourrissent de tout ce qui traîne, il ne reste plus grand-chose à se mettre sous la dent pour les éléments pathogènes qui auraient envie de s'approvisionner à même notre organisme. Si, grâce à notre valeureux microbiome, les bactéries n'arrivent pas à trouver un coin libre où s'installer ni une source d'énergie pour survivre, ce sont autant de risques d'infection neutralisés.

Ce qui est absolument fascinant, c'est que le microbiome est unique à chaque individu, au même titre que ses empreintes digitales – même chez des jumeaux identiques. Les spécialistes de l'identification judiciaire étudient d'ailleurs comment mettre à profit ce marqueur biologique pour retrouver des suspects et éventuellement s'en servir comme élément de preuve.

Le microbiome est-il à ce point important pour notre santé?

Supposons que vous avez dû prendre des antibiotiques qui ont réduit à néant votre flore intestinale, avec les conséquences qui s'ensuivent. Les chercheurs mènent des études animales où les microbiomes de rats sont totalement détruits, de sorte que les animaux sont considérés comme « exempts de tout germe ». Ils effectuent ensuite des travaux scientifiques en comparant des animaux ayant un microbiome en santé avec ceux qui en sont dépourvus (les rats aseptisés). Comme on peut s'en douter, ces derniers développent toutes sortes de problèmes.

Chez les rats non supplémentés en vitamine K, qui joue un rôle clé dans la voie de la coagulation sanguine, on a observé des saignements massifs, les sujets n'étant plus en mesure de constituer une barrière en cas de dommage d'un vaisseau sanguin.

Plus près de nous, il arrive que certaines personnes deviennent sujettes à des infections récurrentes par la bactérie C. difficile, une complication associée à l'antibiothérapie. Ces personnes souffrent alors de crampes abdominales parfois accompagnées de fièvre, en plus d'être aux prises avec une diarrhée qui les déshydrate. Or, si l'organisme est privé trop longtemps des précieux électrolytes dont il a besoin, l'issue peut être fatale. Au besoin, les médecins et le personnel hospitalier identifieront un « donneur de selles », c'est-à-dire une personne dotée d'un microbiome intestinal en parfaite santé. Un échantillon de matières fécales provenant du donneur et préalablement traitées sera alors transplanté dans l'organisme du receveur. Une étude portant sur ce procédé s'est avérée si concluante que les chercheurs ont mis fin à l'essai plus tôt que prévu, 90 % des cas étant guéris après deux greffes.

D'où le microbiome provient-il?

On a longtemps cru que les bébés venaient au monde sans aucun microbe, et que leurs premiers contacts avec les germes ne se faisaient qu'après l'accouchement. On sait maintenant que dans le ventre de la mère, le fœtus est exposé aux bactéries bien avant sa naissance.

Lors de l'accouchement vaginal, les nourrissons sont souvent exposés à toute une série de fluides corporels de la mère. Cette dernière transmet ainsi à l'enfant plusieurs microbes qui éliront domicile chez lui et ne tarderont pas à exécuter plusieurs des fonctions expliquées plus haut. Nos activités de tous les jours nous exposent à différentes espèces bactériennes; dans certains cas, la rencontre ne sera que passagère, mais dans d'autres, les microbes peuvent s'installer plus longtemps.

Les aliments que je consomme ont-ils un impact quelconque sur mon microbiome?

La réponse à cette question est sans équivoque : oui, oui et encore oui.

La consommation de prébiotiques et de probiotiques fait grimper le nombre de bactéries bénéfiques du microbiome.

Il a été démontré que le régime méditerranéen, constitué de petites quantités de viande rouge (celle-ci étant remplacée par des viandes blanches et maigres ainsi que des poissons), beaucoup de fibres et de grandes quantités d'acides gras non saturés, fait augmenter la quantité totale de bactéries dans la flore intestinale. Ce type d'alimentation cible particulièrement les bonnes bactéries que sont Bifidobacteria, Lactobacilli et Prevotella, entre autres.

Molkosan est un exemple de produit alimentaire riche en acide lactique (L+), un prébiotique. L'administration de prébiotiques afin de nourrir la flore intestinale s'est avérée efficace pour promouvoir l'activité des globules blancs et des cellules intestinales.

Le maintien de ces conditions favorables fait en sorte que le microbiote demeure parfaitement fonctionnel et assure une bonne absorption des nutriments.

Pour ceux qui auraient envie d'une touche fruitée, il y a Molkosan Petits Fruits; en plus de procurer un goût délicieux, la grenade et les baies d'aronia contiennent des polyphénols bénéfiques pour l'intestin. Il a été établi que les ellagitanins, substances présentes dans la grenade, stimulent la croissance des bactéries intestinales.

Références:

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3060180/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4566439/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4991899/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5328825/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5385025/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5847071/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5951603/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19705832
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25310759
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25941533
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26416813
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27832586
https://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMoa1205037

 

A.Vogel Molkosan® Petits Fruits

A.Vogel Molkosan® Berry

200mL

$ 13.99

Avec Aronia, grenade et calcium...un produit unique, issu de la lacto-fermentation du petit-lait!
Plus d'info

Joignez-vous à nous pour sauver les abeilles! Sauvons les abeilles