A.Vogel Blog
 

Blogue A.Vogel – Sain et Naturel

Pour cultiver sa santé!

Mangez-vous pour les mauvaises raisons? Sus aux fringales!

par Sonia Chartier, le 10 August 2015, Manger santé
fringales

Hippocrate disait: « Si on pouvait donner à chaque individu la bonne quantité de nourriture et d’exercice, ni trop, ni trop peu, on aurait trouvé le moyen le plus sûr de rester santé ».  Comme nous l’avons tous déjà entendu; être raisonnable et maintenir un style de vie équilibré peut sans équivoque réduire le stress et nous éviter la maladie.

De nos jours, c’est plus facile à dire qu’à faire! Dans la plupart des familles, les deux parents ont besoin de travailler à l’extérieur pour vivre plus ou moins confortablement. En soi, cela est déjà cause de stress pour chaque membre de la famille. Pour les parents d’abord, qui doivent conjuguer travail, tâches domestiques et responsabilités parentales; et pour les enfants qui doivent socialiser très tôt et qui disposent de peu de temps libre pour jouer – sans écran cela dit.

Le stress de la vie moderne peut donner l’impression de vivre sur la corde raide. Bien des gens ont le sentiment de n’avoir jamais assez de temps pour tout ce qu’ils ont à faire, encore moins pour eux-mêmes! Cela les empêche d’écouter de leurs propres besoins, ce qui est beaucoup plus grave que la plupart des gens ne le pensent. S’accorder du temps, c’est se connaitre soi-même; cette connaissance de soi amène à une toute nouvelle façon de voir le monde.  C’est tout le contraire du mouvement d’exhibition de soi qui prend place sur les réseaux sociaux et qui se rapproche plus de la performance artistique que de la connaissance et la projection de soi.  Cette connaissance de soi est un besoin profond qui, lorsque négligé, exige d’être compensé.

Comportement compensatoire

Quand ce n’est pas une accoutumance aux média sociaux, la réaction compensatoire prendra la forme d’un état de manque: on est alors attiré par les stimulants – drogues, cigarettes ou aliments. Le comportement compensatoire apaise effectivement le stress et le mécontentement. Hélas, ses effets ne durent en moyenne que 30 minutes.

II serait intéressant de comparer les bienfaits de ce comportement de « relaxation compensatoire » par rapport à ses effets nocifs. Tout le monde connait le plaisir qu’on éprouve en mangeant des friandises, plaisir accru par l’impression de prendre un moment juste pour soi et de se gâter. C’est bon pour le moral pour quelques instants, mais ça pèse lourd sur le corps.

Le SPM (syndrome pré­menstruel) et les variations hormonales fournissent un excellent exemple. La plupart des femmes éprouvent des rages de sucre ou de sel à certains stades de leur cycle. Certaines variations excitent ce que l’on pourrait nommer «le monstre SPM». Un monstre affamé, qui se goinfre surtout d’aliments traitres et délicieux, aux calories vides. Lorsque l’on succombe, le plaisir absolu pendant le festin est quasi surréel, jusqu’à ce que le mirage disparaisse, ne laissant qu’un estomac repu et stagnant et une peur des dommages que causera tout ce sucre, ce sel et ce gras. Nait alors un affreux sentiment de culpabilité parce qu’on vient de nourrir le monstre SPM.

Ce qui se passe en fait dans le corps avec toute cette nourriture est un changement dans la structure chimique du sang; ainsi, le métabolisme stimule des glandes qui, en réponse, secrètent des hormones. Les hormones produites naturellement sont normalement métabolisées, mais à travers un débordement d’autres matières; s’ensuivent chaos et entropie. L’entropie est un état de chaos physiologique qui se produit quand un excès de réactions surcharge et épuise le corps. Vous la connaissez, c’est la terrible sensation du SPM. Le pire, c’est que dans le cas du SPM, le régime alimentaire du mois précédent aura des répercussions sur le déroulement du cycle suivant. Si l’on cède à la tentation et qu’on nourrit le monstre, on l’alimente pour les mois à venir!  Mettre fin à ce cercle vicieux devient de plus en plus difficile.

Le foie est un bon point de départ

La détoxication et le maintien de la santé du foie aident à tenir les fringales à distance. Malheureusement, lorsque le métabolisme est en état de toxicité, il provoque une envie de malbouffe pour nous pousser à garder le métabolisme dans cet état. Lorsqu’on adopte de meilleures habitudes, les envies semblent disparaitre comme par magie. Mais la difficulté, c’est de faire en sorte que la magie se produise. La détoxication initiale et le régime alimentaire de maintenance qui doit suivre sont souvent des obstacles insurmontables en raison des contraintes de la vie quotidienne.

Des remèdes pour nous aider

Les remèdes naturels peuvent nous faciliter la tâche lorsqu’on cherche à mener une vie plus saine. Certaines herbes médicinales favorisent le fonctionnement maximal du foie et aident à la détoxication du système alors que le petit-lait lactofermenté enraye la constipation. Les produits tels Boldocynara et Molkosan peuvent nous engager sur la voie d’une meilleure santé parce qu’elles nous plongent dans l’action. Une fois ces produits choisis, la réflexion est terminée, c’est le temps d’agir.

En mode actif, Boldocynara nettoie le foie et Molkosan nourrit les bonnes bactéries, de telle sorte qu’on peut enrayer le cercle vicieux et apaiser les rages de malbouffe.  De plus, un période de débranchement des réseaux sociaux permettra de reconnecter avec soi-même.

Read more:
vieillir
Vieillir… sans prendre un coup de vieux!  

Les personnes du troisième âge sont souvent incommodées par des problèmes mineurs comme l’insomnie, les douleurs causées par l’arthrose et...

Close