5 signes de thrombose veineuse profonde

Chaque jour, des litres de sang parcourent les kilomètres de vaisseaux sanguins de notre corps. Les globules rouges vivent en général quelque 120 jours, pendant lesquels ils auront accumulé environ 500 kilomètres au compteur.

Circulation | Jambes en santé - varices


Owen Wiseman
@AVogel_ca


15 mai 2020

Qu'est-ce que la thrombose veineuse profonde?

Cette affection se caractérise par la formation d'un caillot de sang dans une veine profonde, habituellement dans les membres inférieurs.

Quelles en sont les causes?

Plusieurs facteurs peuvent être à l'origine d'une thrombose veineuse profonde; il serait trop long de les énumérer ici. On peut dire toutefois que tout agent ou situation qui empêche le sang de circuler ou de coaguler normalement peut la provoquer. Ce qu'il importe de retenir, c'est qu'il s'agit d'un problème évitable et traitable, et qui est plus facile à gérer lorsqu'il est pris en charge sans délai.

Quels sont les signes et symptômes?

  1. Sensation de crampe dans la jambe affectée
  2. Douleur au pied ou à la cheville
  3. La partie inférieure du membre se met à enfler
  4. Le tissu entourant la région affectée commence à prendre une autre couleur, tirant sur le rouge ou le bleu
  5. Le tissu entourant la région affectée est chaud au toucher comparativement au reste de la peau

Quelles sont les complications possibles?

Le risque qui vient avec une thrombose est que le caillot peut devenir mobile et se transformer en embole. Ce dernier se déplace dans les vaisseaux sanguins et peut se loger quelque part où il bloquera l'afflux sanguin vers des parties parfois vitales du corps. Le plus grand danger survient lorsque cet embole aboutit dans l'une des artères pulmonaires; s'il n'est pas traité, le problème pourrait s'avérer fatal.

Quels sont les facteurs qui augmentent le risque de thrombose veineuse profonde?

  • Immobilité. Une recherche menée par l'Organisation mondiale de la Santé, connue sous le nom d'étude WRIGHT (pour WHO Research Into Global Hazards of Travel) a démontré que les vols de plus de 4 heures multipliaient par deux ou trois environ le risque de thrombo-embolie veineuse.
  • Obésité. Un des ensembles de données les plus importants jamais créés, l'étude sur la santé des infirmières (Nurses' Health Study), a démontré que les personnes obèses étaient près de six fois plus à risque d'embolie pulmonaire spontanée (non provoquée). L'obésité peut aussi être liée à des comportements plus sédentaires, ce qui nuit à la circulation sanguine et facilite la formation de caillots.
  • Cancer. Le lien entre la thrombose veineuse profonde et le cancer a été établi en 1865; il s'agit en fait de la deuxième cause de mortalité chez les personnes atteintes de cancer. Ces patients sont souvent en état d'hypercoagulabilité, ce qui signifie que leur organisme est enclin à faire des caillots (coagulation). Selon une étude, le risque de thrombose artérielle était de 2,2 % chez les sujets non atteints de cancer et de 4,7 %, soit près du double, chez les personnes aux prises avec la maladie.
  • Grossesse. Comme le cancer, la grossesse entraîne l'hypercoagulabilité du corps féminin. Lorsque la femme tombe enceinte, son volume sanguin augmente afin de permettre le développement du fœtus; ce phénomène s'appelle hémodilution. La dilution du sang nécessite une production accrue de plaquettes et de facteurs de coagulation afin de protéger l'organisme contre le saignement excessif. En raison de ces changements, la grossesse multiplie par cinq le risque de thrombose veineuse profonde; les embolies pulmonaires sont devenues la principale cause de mortalité aux É.-U. et dans les autres pays développés.
  • Tabagisme. Il semble y avoir un lien entre la thrombo-embolie veineuse et le degré de tabagisme. L'augmentation du risque chez les fumeurs est multifactorielle; elle dépend notamment de différents facteurs coagulants ainsi que de l'inflammation répétée en raison des substances chimiques présentes dans les cigarettes.

À quel moment devrait-on consulter le médecin?

Si l'un ou l'autre des signes décrits plus haut se manifeste soudainement et de manière inexpliquée, il serait bon de se rendre à une clinique sans rendez-vous, à défaut de pouvoir consulter votre médecin de famille. On vous enverra peut-être à l'hôpital passer des examens plus poussés, par exemple une échographie ou une analyse des D-dimères, afin de vérifier la présence d'un caillot.

Vous avez dit qu'il s'agissait d'une condition évitable. Quels changements puis-je apporter dans ma vie de tous les jours?

  • Bougez! Nous comprenons désormais le risque que représentent un indice de masse corporelle à la hausse et un mode de vie sédentaire. Les lignes directrices canadiennes suggèrent aux adultes de pratiquer 150 minutes par semaine d'activité d'intensité moyenne à élevée pour optimiser leur santé. Cela peut sembler beaucoup, mais on peut fractionner ce nombre en petites séances d'exercice de 10 minutes ou plus.
  • En cas de crise cardiaque, de thrombo-embolie ou d'embolie pulmonaire, il existe certains médicaments comme la streptokinase, une protéine qui décompose les caillots sanguins et qui peut être administrée par injection. Lors d'une étude en laboratoire très intéressante, des chercheurs ont comparé la streptokinase et un extrait de feuilles de Ginkgo biloba, et ont constaté que les deux possédaient une capacité équivalente pour dissoudre les caillots. Il faudra poursuivre les recherches, mais cette étude préliminaire montre comment des produits comme A.Vogel Ginkgo pourraient jouer un rôle thérapeutique complémentaire dans la prévention de la thrombose veineuse profonde. Toutefois, si vous prenez déjà des médicaments anticoagulants, il est important de consulter votre médecin traitant avant de prendre des produits naturels.
  • Mettez de l'or dans votre assiette – ajoutez du curcuma à vos plats! Certaines études avancent que les humains peuvent en consommer jusqu'à 8 grammes par jour en toute sécurité, sans risque d'effets secondaires. Une étude animale a démontré que la molécule contenue dans cette épice, la curcumine, inhibait l'agrégation plaquettaire, réduisant ainsi le risque de thrombo-embolie chez les souris. Enfin, une recherche menée chez les humains a mis en lumière le rôle des effets antioxydants de la curcumine, qui réduisent la quantité des substances impliquées dans les réactions en cascade au moment de la coagulation du sang.

Références:

https://www.ema.europa.eu/en/documents/herbal-report/draft-assessment-report-ginkgo-biloba-l-folium_en.pdf
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2716226/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3775725/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4520798/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5778511/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6209883/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28818202
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29052850
https://www.who.int/ith/mode_of_travel/DVT/en/