La migraine peut être un facteur de risque de maladie cardiovasculaire

Migraineux et migraineuses sauront immédiatement de quoi il sera question ici – hé oui, cette intense douleur pulsatile à la tête, qui finit par donner la nausée et rend incapable de faire quoi que ce soit… à part souffrir.

Circulation


Owen Wiseman
@AVogel_ca


25 octobre 2018

Qu’est-ce que la migraine?

La migraine est une forme sévère de céphalée (mal de tête) souvent précédée d’un phénomène d’aura, que j’expliquerai un peu plus loin. La migraine est habituellement localisée d’un seul côté de la tête, neutralise totalement sa victime et dure entre 2 et 72 heures. La douleur est en général accompagnée d’une sensibilité à la lumière, au bruit ou aux odeurs, ainsi que d’un état nauséeux, voire de vomissements.

Qu’est-ce qui déclenche la migraine?

Voilà une question qui ne fait pas encore consensus. Grâce à l’avancement des techniques d’imagerie, les scientifiques sont davantage en mesure de déterminer si une migraine est attribuable à des causes vasculaires, neurologiques ou multifactorielles. Certaines personnes sont capables d’identifier leurs déclencheurs et réussissent à les éviter, tandis que pour d’autres, rien n’est moins clair.

Y a-t-il des signes avant-coureurs?

Comme je l’ai mentionné plus tôt, les migraines sont souvent précédées de ce qu’on appelle un phénomène d’aura. Il s’agit de perturbations sensorielles pouvant aller d’une perte progressive de vision à une sensation de picotements au niveau des mains ou au visage.

Dans sa forme la plus fréquente (83 % des cas), l’aura se manifeste par des phénomènes visuels s’apparentant à des étoiles ou des éclairs. Les auras sont associées à une « dépression corticale envahissante » (CDE), c’est-à-dire une vague lente d’hyperactivité neuronale suivie d’une période d’inhibition. Cette période d’inhibition peut comporter un certain danger en raison de la diminution de la quantité de sang en circulation dans les vaisseaux cérébraux.

Imaginez une turbine hydraulique qui dépend d’un approvisionnement constant d’eau pour assurer son fonctionnement et la production d’énergie. Si l’eau cesse tout à coup de circuler, la turbine s’arrête; c’est exactement ce qui se produit au niveau du débit sanguin des régions affectées par la DCE. Cela explique pourquoi les zones cérébrales responsables d’assurer la vision, par exemple, ne peuvent plus fonctionner normalement – d’où les troubles visuels avant une migraine.

En quoi la migraine est-elle liée aux maladies cardiovasculaires?

Une vaste étude menée auprès de 51 032 personnes migraineuses et 510 320 personnes non migraineuses a permis de comparer leurs risques respectifs de problèmes cardiovasculaires. Les sujets ont été suivis pendant 19 ans; les migraineux se sont avérés plus souvent sujets aux AVC, aux crises cardiaques et à la fibrillation auriculaire.

Les chercheurs ont également pris en compte divers autres éléments, notamment le tabagisme et l’indice de masse corporelle, deux facteurs de risque connus de maladies cardiovasculaires (MCV). Comme il s’agit de mécanismes complexes, il faudra approfondir les recherches pour bien comprendre ces liens. On a par ailleurs noté une augmentation du risque de MCV chez les personnes ayant des migraines avec aura, ce qui pourrait s’expliquer par les impacts de la dépression corticale envahissante.

Quels sont les autres facteurs de risque que je devrais connaître?

Si on peut envisager que le sexe biologique puisse un jour être contrôlé dans un monde futur, pour l’instant ce ne l’est pas – et c’est sans doute tant mieux. Cela dit, les femmes courent un peu plus du double de risques d’avoir des migraines; 15 % d’entre elles y sont sujettes, par rapport à 6 % seulement des hommes. L’âge influence aussi l’incidence de la migraine, qui atteint un sommet autour de 40 ans.

Étonnamment, la surutilisation de médicaments contre les crises de migraine peut en fait accroître la fréquence des céphalées! Par surutilisation, on entend la prise d’analgésiques (antidouleurs) plus de 15 jours par mois ou la prise de triptans plus de 10 jours par mois. L’arrêt de l’usage excessif de ces médicaments a eu pour effet d’atténuer les maux de tête chez les sujets participant à l’étude.

Enfin, surveillez votre poids! Il a été démontré que l’obésité est associée à une augmentation du nombre de migraines et accroît le risque de développer un mal de tête quotidien de façon chronique.

Quels gestes puis-je poser pour améliorer mon profil cardiovasculaire?

J’espère que ce que vous venez de lire ne vous a pas épouvanté, mais au contraire vous a fourni des outils pour prendre votre santé en main. La perte de poids en vue d’atteindre un IMC sain comporte tellement d’avantages qu’il serait trop long de les énumérer ici.

Pour perdre du poids, songez à faire plus d’exercice sur une base quotidienne et à adopter de meilleures habitudes alimentaires. Lors d’un essai clinique, on a observé que l’activité physique réduisait de 0,93 le nombre de migraines par mois. En ce qui concerne l’alimentation, c’est le sevrage de la caféine et la consommation de glutamate monosodique (MSG) qui sont les plus importants déclencheurs de crises de migraine, suivis de près par la consommation d’alcool, désigné comme agent provocateur par 29 à 36 % des participants à l’étude.

Puis-je prendre quelque chose pour prévenir les maladies cardiovasculaires?

Le resserrement des vaisseaux sanguins, ou vasoconstriction, est un moyen infaillible d’empêcher le sang de se rendre là où il faut et quand il le faut. Pour prévenir le coup, certains végétaux comme le Ginkgo biloba contiennent des éléments actifs, les terpénoïdes, qui favorisent la dilatation des vaisseaux sanguins. Des teintures telles que Ginkgo et des comprimés comme Ginkgo Extra sont préparés à partir des feuilles de l’arbre et fournissent ces bienfaisants terpénoïdes.

Le Ginkgo biloba possède également la capacité de réduire l’activité du récepteur du facteur d’activation plaquettaire (PAF), une substance pro-inflammatoire qui est libérée au début d’une crise de migraine. En empêchant dès le départ la libération du récepteur PAF, on peut aider à desserrer l’étau qui fait tant souffrir les migraineux et les empêche de profiter pleinement de la vie.

Références:
https://www150.statcan.gc.ca/n1/en/catalogue/82-003-X201400614033
https://www.aafp.org/afp/2013/0515/p682.html
https://www.aafp.org/afp/2018/0215/p243.html
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2690985/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3049472/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3236524/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3462501/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4813301/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17495755
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20170844
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24042483
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24867850
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25230799
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27389092
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27699780

A.Vogel Ginkgo Extra

A.Vogel Ginkgo Extra Microcirculation

60 comp.

$ 14.99

Aide à soutenir la microcirculation dans la peau et le foie chez la population vieillissante.
Plus d'info

Gagnez un voyage pour visiter nos jardins en Suisse!