Un lien étonnant entre les maladies des gencives et celles du cœur

Tous les dentistes sont enchantés à la vue d’un sourire resplendissant, autant que les cardiologues en écoutant un cœur en parfaite forme. Et si la santé de l’un pouvait refléter celle de l’autre?

Soins corporels | Circulation | Digestion


Owen Wiseman
@AVogel_ca


17 avril 2018

Que révèle un sourire?

Les dents que nous voyons sont faites d’un composé appelé dentine; il s’agit de la partie calcifiée de la dent qui constitue sa structure. La racine des dents se prolonge au-delà du rebord des gencives et est recouverte de cément, un tissu attaché aux os et aux gencives par des ligaments qui fixent les dents en place. Comme n’importe quelle autre partie du corps, les dents ont besoin de nutriments; il est également important que les déchets produits soient éliminés. Chaque dent est approvisionnée par des fibres nerveuses et des vaisseaux sanguins situés dans une cavité centrale, la « pulpe ».

En quoi gencives et cœur sont-ils liés?

On pourrait comparer les vaisseaux sanguins éparpillés dans le corps humain à un grand arbre pourvu de branches, le cœur étant représenté par le tronc. Les vaisseaux sanguins qui partent du cœur sont d’abord de grosses artères, qui se divisent en artérioles, plus petites, puis en capillaires encore plus fins. Le sang retourne au cœur par de petites veinules qui se jettent dans de plus grosses veines pour compléter le circuit. Tout comme l’arbre a la capacité de diriger l’eau puisée par ses racines aux endroits qui en ont le plus besoin, le corps humain réagit en s’ajustant à la demande. Ce vaste système de distribution peut toutefois être vulnérable, car des bactéries, des parasites ou des virus peuvent réussir à forcer l’entrée des voies empruntées par le sang et ainsi propager l’infection un peu partout.

La localisation des dents joue un rôle crucial pour certains problèmes encore plus sérieux. Les vaisseaux qui alimentent les dents sont issus des artères carotides, puis de l’artère méningée moyenne. Les méninges sont des membranes protégeant le cerveau de divers envahisseurs... à moins que ceux-ci ne réussissent à s’immiscer en empruntant les petits vaisseaux qui approvisionnent ces couches protectrices.

Quelles sont les conséquences?

Il n’y a rien d’étonnant à ce que les endroits où les dents sont absentes soient liés à une incidence plus élevée de maladie des gencives. Ce qui peut surprendre, par contre, c’est que l’absence de plusieurs dents et des problèmes de gencives ont été associés à un risque accru d’accident vasculaire cérébral. On sait que la plaque peut s’accumuler dans les artères et entraîner une foule de problèmes comme des crises cardiaques ou un faible débit sanguin. Or, à défaut d’une hygiène buccale adéquate, la plaque peut aussi s’installer sur les dents, les détériorer et créer ainsi un milieu favorable à la prolifération bactérienne. Les bactéries qui s’accumulent libèrent une quantité croissante de toxines, lesquelles sont absorbées par les gencives pour ensuite gagner le flux sanguin. Ces toxines peuvent alors engendrer à nouveau la formation de plaque dans le sang, avec le risque de caillots ou de blocages qui s’ensuit.

Les bactéries qui colonisent les dents peuvent également créer un genre d’abri. Elles commencent tout d’abord par sécréter une pellicule collante (biofilm) qui les soude toutes ensemble pour former un bouclier. Lorsque le corps est alerté de l’arrivée d’un intrus, il mobilise une armée de globules blancs qui passent à l’attaque pour éliminer l’infection. Ces vaillants soldats se rendent aussi jusqu’aux gencives et aux dents, où ils se retrouvent coincés dans le biofilm; ceux qui réussissent à le traverser sont considérablement ralentis – comme s’ils couraient dans l’eau. Ces pellicules, avec le temps, peuvent aussi engendrer des infections chroniques, les bactéries étant de plus en plus difficiles à déloger. C’est ce qu’on appelle la parodontite, du grec para («à côté de»), odontos («dent») et itis («inflammation»).

Quels sont les symptômes des problèmes de gencives?

Le signe d’inflammation le plus fréquent sera une enflure et une rougeur des gencives. Vous pourriez également remarquer une sensibilité au brossage, à la mastication ou lors de toute autre activité impliquant un contact avec les gencives. Ces dernières, ayant subi l’assaut des bactéries, risquent d’être plus sujettes aux saignements; si c’est le cas, il faudra y aller doucement avec la soie dentaire. Avec le temps, l’accumulation de bactéries peut causer l’halitose, communément appelée mauvaise haleine, causée par le rejet de substances comme le méthane et le dioxyde de carbone.

Vous pourriez aussi remarquer que vos dents ont commencé à allonger... mais rassurez-vous, vous n’êtes pas en train de vous métamorphoser en vampire ou loup-garou! C’est simplement que le tissu des gencives s’use; à mesure qu’il se rétracte, le cément qui fixe les dents aux gencives s’expose davantage aux collagénases. Ces enzymes produites par certaines espèces de bactéries peuvent endommager le cément, parfois jusqu’à entraîner la perte de la dent.

Comment prévenir tout cela?

La pratique quotidienne d’une bonne hygiène buccale est sans aucun doute la première mesure de prévention des maladies gingivales. Cela inclut minimalement le brossage des dents après les repas, ainsi que l’utilisation de la soie dentaire... et pas seulement le jour de votre rendez-vous chez le dentiste! Lorsque vous brossez vos dents, le mouvement des soies empêche l’agrégation (« prise en pain ») des bactéries, mais le dentifrice joue un rôle tout aussi important.

Une étude a démontré les vertus de l’échinacée pour l’hygiène buccale et plusieurs autres se sont penchées sur ses propriétés antibactériennes. Des produits comme le dentifrice Echinacea contient également certaines huiles essentielles comme la menthe poivrée, le romarin et l’eucalyptus; ce dernier constitue un ajout précieux au produit en raison de son activité anti-biofilm.

Les carences en vitamines sont un autre facteur déterminant dans le développement de maladies des gencives. De façon plus particulière, des études ont démontré que les personnes qui manquent de vitamine D et de calcium souffrent davantage d’inflammation parodontale. On a également observé que les personnes qui consommaient quotidiennement au moins 55 g d’aliments contenant de l’acide lactique étaient moins sujettes aux maladies des gencives. L’acide lactique est un sous-produit de la « bonne » bactérie probiotique lactobacillus. D’autres produits peuvent accroître l’apport en acide lactique, notamment Molkosan, riche en acide lactique L+.

Références:
http://www.dentistryiq.com/articles/2017/02/the-surprising-link-between-periodontal-disease-and-heart-health-what-dental-professionals-need-to-know.html
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3084572/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3645457/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/10960010
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16171451
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19722793
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23635385
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26009695
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28761777
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29184589
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29522803
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29539042

A.Vogel Dentrifice Echinacea

A.Vogel Echinacea Toothpaste

100G

$ 14.99

Si vous vous réveillez la nuit, faites que ce soit pour la bonne raison! Voyez la vidéo! Videos