La maladie de Raynaud vous guette-t-elle?

Cherchant obstinément à repousser la saison froide, bien des Canadiens continuent (par insouciance ou par défi?) à se vêtir comme si de rien n’était – et voient leurs doigts, leurs visages et même parfois leurs orteils changer de couleur... Pour eux, la solution réside tout simplement dans une garde-robe mieux adaptée. Par contre, si vous constatez que vos mains virent au blanc en période de stress ou à la moindre exposition au froid, il ne s’agit sans doute pas d’un simple problème vestimentaire.

Circulation


Owen Wiseman
@AVogel_ca


16 janvier 2018

La maladie de Raynaud, qui selon les estimations affecterait entre 3 et 5 % de la population, provoque ce qu’on appelle un spasme vasculaire digital ischémique. Le terme « spasme vasculaire » désigne la constriction soudaine des vaisseaux sanguins; le mot « digital » vient du latin digitus, qui signifie doigt ou orteil; finalement, le mot « ischémique » vient du grec iskhaimos et fait référence à l’interruption de la circulation sanguine. La maladie de Raynaud se manifeste le plus souvent par une succession de symptômes qui suivent un cycle bien précis : les régions touchées blanchissent, puis prennent une teinte bleutée pour ensuite s’engourdir avant de tourner au rouge, avec une sensation de picotement. Lors de tels épisodes, il peut s’écouler jusqu’à 15 minutes avant que la circulation sanguine revienne à la normale. Encore loin d’avoir trouvé l’origine exacte du phénomène, les chercheurs sont toutefois en mesure d’avancer certaines hypothèses.

Notre organisme contient d’innombrables vaisseaux sanguins, de formes et de tailles diverses. Les artères transportent le sang chargé d’oxygène vers les différents tissus répartis dans tout le corps. Lorsque les globules rouges parviennent à destination, ils déposent l’oxygène dans les tissus et repartent avec les déchets (par exemple le dioxyde de carbone et les métabolites provenant des réactions chimiques) en empruntant un autre réseau, celui des veines. La représentation graphique de tous ces vaisseaux s’apparente à la structure d’un arbre dont les branches deviennent de plus en plus petites à mesure qu’elles s’éloignent du cœur.

Par ailleurs, le diamètre de ces vaisseaux fluctue presque constamment, et ce, en raison de nombreux facteurs. Dès que la tension artérielle change, le cerveau le détecte. Par les ramifications des nerfs vasculaires, il envoie alors un signal qui déclenche une vasodilatation (élargissement) ou une vasoconstriction (rétrécissement) des vaisseaux, selon le cas. Cette variation de l’amplitude des vaisseaux est assurée par la couche de cellules de muscles lisses qui les entoure.

Chez les infortunées victimes de la maladie de Raynaud, les vaisseaux situés dans la main ne réagissent pas correctement aux stimuli tels que le froid ou le stress et passent illico à l’état de vasoconstriction. Pour mieux comprendre, rien de mieux qu’une petite analogie : lorsque de jolis flocons blancs commencent à tomber du ciel, le dernier de vos réflexes serait de vous délester de quelques épaisseurs de vêtements et de vous étendre les bras et les jambes grand ouverts. Au contraire, s’il fait froid, vous aurez tendance à vous couvrir et à vous recroqueviller. Vos vaisseaux sanguins réagissent de la même façon, en se contractant afin de conserver la chaleur.

La recherche scientifique révèle que le phénomène de Raynaud affecte beaucoup plus les femmes.

Une étude en particulier s’est penchée sur des femmes ménopausées sous hormonothérapie substitutive et a observé que la prise d’œstrogènes augmentait l’incidence de la maladie. La vasoconstriction induite par le froid est régie par certains récepteurs situés dans la paroi musculaire des vaisseaux sanguins. Or, les œstrogènes stimulent l’expression de ces récepteurs et rendent par conséquent les femmes plus sensibles aux températures fraîches et à la constriction vasculaire qui s’ensuit.

Aurait-on enfin trouvé la clé de la sempiternelle question opposant ces messieurs-dames, « qui a touché au thermostat? » Peut-être... ou peut-être pas. Ce ne serait pas le premier mystère de l’humanité non résolu!

Une autre étude menée auprès de sujets atteints de la forme primaire de la maladie de Raynaud a observé chez eux des niveaux supérieurs d’une protéine du nom de tyrosine kinase, associée à une vasoconstriction accrue en réaction au froid. Après avoir reçu un médicament limitant la production de la protéine, les participants ont réagi de façon plus normale à une baisse de température. Des taux plus élevés de tyrosine kinase en circulation dans le sang ont aussi été notés chez les personnes touchées par la forme secondaire de la maladie de Raynaud, en particulier chez celles souffrant de sclérodermie, un trouble du tissu conjonctif.

Conseils pour mieux gérer les symptômes de maladie de Raynaud

Il reste encore beaucoup de recherche à faire, mais grâce à l’amélioration des techniques d’imagerie, les chercheurs sont capables d’observer davantage de détails anatomiques lors d’un épisode, et d’avoir ainsi une meilleure compréhension de la maladie. En attendant d’autres percées médicales, voici quelques conseils pour mieux gérer vos symptômes :

  • Écrasez. On en apprend chaque jour un peu plus sur les effets néfastes du tabagisme. Les composants de la cigarette provoquent une vasoconstriction dans différentes régions du corps, et les études démontrent que les mains n’y échappent pas. La modification des habitudes de vie pourrait donc aider à réduire la gravité et la fréquence des épisodes de la maladie de Raynaud. Les outils permettant de réduire le tabagisme ne manquent pas et, outre les effets positifs sur la circulation sanguine, ouvrent la porte à de nombreux autres bienfaits pour la santé.
  • Obtenez un soulagement. Les effets toniques du Ginkgo biloba sont reconnus depuis longtemps. Cette plante a en effet la propriété de dilater les vaisseaux sanguins grâce à des composants actifs appelés polyphénols. La maladie de Raynaud étant attribuable d’abord et avant tout à une vasoconstriction empêchant le flot normal du sang dans les mains, la dilatation des vaisseaux est bienvenue. Le stress peut également déclencher un épisode; or, les polyphénols contribuent aussi à neutraliser les substances oxydantes nocives qui sont engendrées par le stress. Un produit comme Ginkgoforce permet d’ajouter facilement un peu de ginkgo à votre vie quotidienne.
  • Recherchez la formidable L-arginine. La L-arginine est un important acide aminé de source alimentaire qui intensifie l’activité d’une enzyme, la synthase du monoxyde d’azote. Comme son nom l’indique, cette enzyme synthétise le monoxyde d’azote et augmente sa concentration dans le sang qui irrigue l’organisme. Le monoxyde d’azote est un vasodilatateur connu, capable d’accroître le débit sanguin dans les mains. Certains aliments comme la dinde, les graines de citrouille et les arachides contiennent une quantité appréciable de L-arginine.

Références:
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1873701/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/9696729
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/10071480
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/12710841
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/15146428
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/15639062
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/15695304
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17322645
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17644575
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28960445

A.Vogel Ginkgo
Ginkgoforce®

A.Vogel Ginkgoforce Fresh Ginkgo biloba extract

50mL

$ 21.99

Ginkgo biloba est un super antioxydant.
Plus d'info

Si vous vous réveillez la nuit, faites que ce soit pour la bonne raison! Voyez la vidéo! Videos