A.Vogel Blog
 

Blogue A.Vogel – Sain et Naturel

Pour cultiver sa santé!

Syndrome prémenstruel ou trouble dysphorique prémenstruel? 

par Sonia Chartier, le 16 février 2017, Santé des femmes
TDPM

La majorité des femmes connaissent plus ou moins intimement le syndrome prémenstruel.

Chez certaines, les manifestations atteignent une intensité carrément débilitante et on parle alors de trouble dysphorique prémenstruel ou TDPM.

On en entend parler de plus en plus souvent, mais qu’en est-il exactement? 

Le syndrome prémenstruel (SPM) « normal » regroupe un ensemble de symptômes qui se manifestent durant les 2 semaines précédant les règles, chez 20 à 50% des femmes en âge de se reproduire.  L’éventail de symptômes est large et varie d’une femme à l’autre. Parmi les plus courants, on retrouve : sautes d’humeur, irritabilité, un sentiment d’exaspération, dépression, ballonnements, acné, rages alimentaires, douleur abdominale, sensation générale de fatigue ou de malaise. L’élément déterminant d’une manifestation du SPM est son caractère cyclique.

Le trouble dysphorique prémenstruel

Chez environ 5% des femmes, les symptômes sont si intenses qu’ils infligent une détresse mentale significative qui perturbe leur travail, leurs études et souvent aussi leurs relations interpersonnelles. On parle alors de trouble dysphorique prémenstruel ou TDPM.  Malgré le fait qu’il soit lié aux fluctuations hormonales, ce trouble figure dans le “Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux ». Ceci s’explique par la gravité des perturbations. En effet, la vie de la femme touchée s’en trouve si bouleversée, qu’un sentiment de désespoir n’est pas rare. Environ 15% des femmes atteintes de TDPM font une tentative de suicide.

Critères du TDPM

Les critères proposés par les spécialistes pour définir le TDPM sont :

  • D’avoir au moins 5 des symptômes suivants, dont un relié à l’humeur, durant la majorité des cycles de la dernière année :
    • Dépression, sentiment de désespoir
    • Anxiété, tension ou nervosité
    • Sautes d’humeur, hypersensibilité
    • Colère ou irritabilité
    • Perte d’intérêt pour les activités habituelles
    • Difficulté à se concentrer
    • Fatigue ou perte d’énergie marquée
    • Changement de l’appétit, rages alimentaires
    • Insomnie ou somnolence
    • Perte de contrôle, sentiment d’être débordée
    • Autres symptômes physiques comme le gonflement des seins, le mal de tête ou la rétention d’eau
  • Les symptômes perturbent les activités normales, le travail et les relations interpersonnelles
  • Les perturbations ne constituent pas une exacerbation cyclique des symptômes d’un autre trouble existant (par exemple si on souffre déjà de dépression).
  • Les symptômes doivent être évalués à tous les jours durant au moins deux cycles.

Les facteurs de risque du TDPM

La cause qui expliquerait que certaines femmes souffrent de TDPM, alors que d’autres ne présentent aucun symptôme, demeure inconnue.  Par contre, on connait certains facteurs de risque : le stress, l’embonpoint et l’obésité ainsi que des antécédents traumatiques ou d’abus sexuels.  On sait aussi que des rectifications alimentaires et de style de vie peuvent diminuer l’intensité des symptômes.

Alimentation et mode de vie

Alimentation: Les recommandations alimentaires habituelles pour les SPM, telles éviter le café, le sucre, l’alcool et de manger de petites quantités plus fréquemment afin de maintenir une glycémie stable, n’auront probablement pas d’impact significatif sur le TDPM. Il semblerait qu’une alimentation riche en protéines et en glucides complexes pourrait s’avérer bénéfique en élevant la concentration de tryptophane, un précurseur de la sérotonine.

Exercices: On connait assurément les bienfaits des exercices cardio sur la dépression, l’humeur, l’énergie et le SPM. Tout laisse à croire qu’ils sont également bénéfiques pour le TDPM. On ne parle pas ici de courir le marathon, mais plutôt de marche, de vélo ou de natation, de façon régulière (environ 30 minutes, 3-4 fois par semaine).

Extraits de plante: Le Vitex est une plante dont l’efficacité pour traiter les symptômes du SPM tels état dépressif, anxiété, rages alimentaires et rétention d’eau est largement documentée. L’efficacité du Vitex pour soulager les symptômes du TDPM est également avérée, essentiellement sur les manifestations physiques.

Généralement le TDPM est traité avec des antidépresseurs qui augmente la concentration de sérotonine (inhibiteur sélectif du recaptage de la sérotonine ou ISRS comme le Prozac®). Ce traitement s’avère plus efficace que les remèdes hormonaux.  Par contre, ces médicaments peuvent être associés à certains effets secondaires comme la baisse de la libido et des troubles gastriques.  L’utilisation du millepertuis, bien connu comme antidépresseur naturel, s’est déjà avéré efficace pour soulager les symptômes du TDPM. Le millepertuis a l’avantage d’être généralement très bien toléré.  Notez qu’un changement de médication doit se faire sous la supervision d’un professionnel de la santé

Étant donné le sérieux de ce trouble, il est primordial de consulter son médecin afin d’assurer un suivi et d’éviter le pire. Si vos SPM perturbent votre travail ou vos relations interpersonnelles, gardez un journal de vos symptômes, de leur durée ainsi que de leur intensité. Cela pourrait aider votre médecin à trouver la meilleure solution pour vous.

Références:
http://www.health.harvard.edu/womens-health/treating-premenstrual-dysphoric-disorder
http://www.gyneco-online.com/psy/nouveaux-critères-diagnostiques-pour-le-syndrome-dysphorique-prémenstruel
Atmaca M. et al. Hum Psychopharmacol. 2003 Apr;18(3):191-5.
Huang KL, Tsai SJ. Int J Psychiatry Med. 2003;33(3):295-7.

Read more:
nettoyage interne
Nettoyage interne: Votre intérieur est-il vraiment propre?

Nous dépensons des fortunes et déployons des trésors d’énergie pour que nos maisons, nos vêtements et nos rejetons soient toujours...

Close