Yeux qui piquent à cause des allergies?
5 conseils d’ami pour vous

Allergies | Santé des yeux


Owen Wiseman
@AVogel_ca


10 mai 2020

Puis-je faire quelque chose pour prévenir les effets des aéroallergènes?

  1. Envisagez le port de lunettes de soleil. Cela peut sembler anodin à première vue, mais cette idée est maintenant soutenue par deux essais comparatifs randomisés et évalués par les pairs. Des groupes où les participants devaient ou non porter des lunettes de soleil ont été formés au hasard et suivis pendant une période de 4 semaines à l'aide du Questionnaire sur la qualité de vie liée à la rhinoconjonctivite (Rhinoconjunctivitis Quality of Life Questionnaire, ou RQLQ). Les personnes qui portaient des lunettes de soleil ont éprouvé beaucoup moins de symptômes oculaires, la quantité d'air en circulation autour des yeux étant réduite. Elles ont également vu leurs éternuements et leur écoulement nasal diminuer, en même temps que la nécessité de prendre des antihistaminiques pour obtenir un soulagement.
  2. Évitez de vous frotter les yeux. Le danger, lorsqu'on se frotte souvent les yeux, est que la cornée s'amincisse peu à peu pour prendre une forme conique (kératocône). Il peut alors s'ensuivre des changements au niveau de la vision, la cornée jouant un rôle important dans la capacité optique de l'œil. Pour expliquer cet amincissement de la cornée, certaines théories avancent que le frottement des yeux provoque une élévation de la température de l'épithélium et, conséquemment, une augmentation de la pression intraoculaire et une distension des tissus oculaires.
  3. Fermez les fenêtres. La croyance populaire veut qu'en ouvrant les fenêtres, on favorise la circulation de l'air, et qu'on réduise ainsi la concentration de pollen et d'aéroallergènes. Or, une étude datant de 1996 a démontré que l'ouverture des fenêtres avait plutôt pour effet d'augmenter la concentration d'aéroallergènes à l'intérieur des maisons; les chercheurs ont alors recommandé de garder les fenêtres fermées et d'installer un filtre à air. Une autre étude a observé que les quantités de pollen pouvaient être de 2 à 5 fois plus élevées à l'intérieur qu'à l'extérieur. Même si les concentrations diminuaient dehors, elles augmentaient à l'intérieur des maisons puisqu'elles y demeuraient « emprisonnées ».
    L'observation la plus intéressante de toutes est peut-être la conclusion d'une étude de deux ans menée en Allemagne, selon laquelle les aéroallergènes peuvent demeurer incrustés pendant des mois après s'être introduits dans la maison. Cela pourrait expliquer pourquoi certaines personnes sont incommodées par ce type d'allergies bien après l'éclosion printanière.
    Que répondre alors à cette question existentielle – ouvrir ou fermer? Si la circulation de l'air peut aider à réduire la concentration d'allergènes à des endroits spécifiques, votre meilleure stratégie défensive pourrait fort bien être la suivante : installer un filtre à haute efficacité pour les particules de l'air (HEPA) et garder portes et fenêtres fermées. Asthme Canada recommande d'ailleurs de laisser les fenêtres fermées et d'utiliser un système de climatisation pour aider à filtrer les particules.
  4. Faites entrer un peu de verdure. Les plantes d'intérieur possèdent d'incroyables vertus, notamment pour renforcer notre système immunitaire, améliorer l'attention et la concentration, réduire la sensation de fatigue et favoriser une humeur positive. On évitera bien sûr les bouquets de fleurs et on optera plutôt pour des plantes qui dégagent peu de pollen. Le gerbera (Gerbera jamesonii), le lierre commun (Hedera helix), le lis de la paix (Spathiphyllum wallisii), la plante araignée (Chlorophytum comosum) et la langue de belle-mère (Sansevieria trifasciata) sont autant de plantes qui pourront verdir votre intérieur sans aggraver vos symptômes du rhume des foins.
  5. Certains aliments contiennent des profilines, un type de protéines qui contribuent à exacerber les symptômes d'allergies. Toutefois, avant d'aller plus loin, il est important de noter que seulement 10 à 20 % des personnes souffrant du rhume des foins sont sensibles aux profilines. Les aliments comme les melons, les pommes, les bananes et les carottes sont impliqués dans diverses allergies associées aux profilines. Le régime d'élimination est un bon moyen de savoir ce qui en est pour vous : il s'agit d'exclure un aliment donné de votre régime alimentaire pendant un certain temps pour ensuite le réintroduire, en notant vos réactions. Si vous éprouvez des symptômes du rhume des foins, l'aliment pourrait être en cause. Pour appliquer cette méthode de façon sécuritaire, la supervision d'un docteur en naturopathie ou d'un autre professionnel de la santé est conseillée.

Que puis-je prendre pour soulager mes symptômes?

Il est possible d'atténuer les allergies de diverses manières, notamment par la prévention et par le soulagement temporaire des symptômes. Il existe pour cela des produits comme Soulagement Allergies, qui contient plusieurs plantes de différentes familles. L'exposition à ces végétaux peut aider à moduler la réponse immunitaire en entraînant l'organisme à ne pas réagir de manière inappropriée aux allergènes comme le pollen.

Un essai clinique mené aux Pays-Bas a démontré que l'utilisation du produit avait amélioré de 88,5 % les symptômes d'allergies, en particulier la congestion. On recommande de prendre cette préparation homéopathique environ un mois avant la période des allergies pour permettre au système immunitaire de s'adapter.

Les picotements dans les yeux constituent l'un des symptômes les plus fréquents du rhume des foins. Cette réaction risque d'entraîner une spirale sans fin : à mesure que les picotements augmentent, vous aurez probablement tendance à vous frotter les yeux, ce qui aura pour effet d'accroître la quantité de pollen qui s'y trouve – et par conséquent l'inflammation.

Pour briser ce cycle infernal et apaiser les tissus irrités, songez aux Gouttes oculaires A.Vogel. Faciles à administrer, ces gouttes contiennent de l'acide hyaluronique provenant de barbe de maïs biologique ainsi que de l'euphraise. Ces ingrédients possèdent tous deux des propriétés antibactériennes, en plus d'avoir d'incroyables vertus hydratantes dans le premier cas et anti-inflammatoires dans le second.

Le produit ne contient pas d'agents de conservation, mais la bouteille est conçue de telle sorte que l'air ne peut pas y pénétrer. Les gouttes peuvent ainsi être utilisées jusqu'à six mois après ouverture, ce qui représente une économie substantielle comparativement à d'autres produits sans ordonnance qui durent souvent moins d'un mois.

Références:
https://aacijournal.biomedcentral.com/articles/10.1186/1710-1492-6-1
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5806761/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6121311/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/14632614
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24039213
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26919554
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/31343437
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/8760781/
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/10390933/
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/11703223/
https://www.researchgate.net/publication/303414725