Votre environnement est sec? Gare à la grippe!

Avec le retour des rigueurs hivernales, dans bien des foyers on voit les humidificateurs reprendre du service.

Rhume et grippe


Owen Wiseman
@AVogel_ca


15 octobre 2019

Pourquoi les mois d'hiver sont-ils beaucoup plus secs?

Lorsque le soleil inonde de ses rayons les plans d'eau, une partie du liquide s'évapore et monte dans l'atmosphère sous forme gazeuse, rehaussant ainsi le taux d'humidité de l'air ambiant. En hiver, toutefois, lorsque l'eau est prisonnière de la glace, l'air devient beaucoup plus sec. Même si le soleil brille, il faut beaucoup plus d'énergie pour faire fondre la neige lorsqu'il fait -20°C que pour faire évaporer de l'eau à 35°C.

Que peut-on faire pour réduire la propagation des germes?

  • Couvrez votre bouche. Lorsqu'il est question de pathogènes, quels qu'ils soient, un aspect à ne pas négliger est ce qu'on appelle le vecteur de transmission. Comment cette odieuse bactérie ou cet ignoble virus se déplace-t-il? Vous connaissez peut-être plusieurs des vecteurs animaux de maladies, comme les tiques, les moustiques et les ratons laveurs. Les fluides corporels, notamment la salive, sont d'autres vecteurs présents quotidiennement dans nos vies.
    Lorsqu'une personne tousse, elle libère environ 3 000 gouttelettes de salive qui voyagent à une vitesse pouvant atteindre 50,4 km/h et qui sont propulsées jusqu'à 0,64 mètre plus loin, selon des études menées auprès de volontaires en santé. Chacune de ces gouttelettes est susceptible de contenir une horde de bactéries ou de virus prêts à prendre racine dans votre organisme. Alors, si vous êtes aux prises avec une infection, ayez pitié de ceux qui vous entourent et toussez dans votre manche.
  • Ouvrez les fenêtres. La recherche indique que la concentration de pathogènes dans l'air a tendance à augmenter lorsqu'il y un manque de ventilation. La stagnation relative de l'air permet aux pathogènes de s'accumuler dans des zones spécifiques et de s'agglutiner. Le virus arrive alors à s'incruster davantage dans l'organisme en raison d'une charge virale accrue.
  • Lavez vos mains (avec du savon). Le lavage des mains s'avère plus efficace que l'utilisation de désinfectants pour prévenir l'influenza. Les désinfectants pour les mains sont capables d'éliminer les particules virales sur la peau, mais cela prend beaucoup plus de temps que de se laver les mains. Si vous vous êtes essuyé le nez avec votre main, il est également difficile pour l'alcool de traverser les mucosités pour accéder au virus de la grippe qui s'y trouve emprisonné.

En quoi l'air sec affecte-t-il la stabilité virale?

Comme nous l'avons dit en introduction, l'air est chargé d'humidité durant les mois d'été. Cela fait en sorte que les gouttelettes expulsées par une toux ou un éternuement se combinent aux particules d'eau présentes dans l'air. Les gouttelettes deviennent alors plus grosses et plus lourdes, pour éventuellement tomber sur le sol. En hiver, lorsque le temps est sec, il y a moins de particules humides auxquelles les virus peuvent s'unir – les gouttelettes respiratoires demeurent ainsi plus longtemps en suspension dans l'air.

Qu'en est-il de l'air froid? Est-ce qu'il rend les gens plus vulnérables à la grippe?

Les températures plus basses contribuent à accroître la stabilité du virus de l'influenza. Il faudra mener des recherches plus approfondies pour comprendre parfaitement pourquoi les virions de l'influenza vivent plus longtemps; une hypothèse pointe toutefois vers les altérations de l'enveloppe virale.

Cette enveloppe est une couche externe constituée de lipides qui fournit une protection au matériel viral. À des températures plus froides, cette couche devient plus solide et en quelque sorte caoutchouteuse, ce qui lui permet de survivre aux déplacements d'une personne à l'autre et même de devenir plus résistante aux détergents à mains.

Par ailleurs, il a été démontré que l'inhalation d'air sec pendant une période de 30 minutes ralentissait la clairance mucociliaire. Il s'agit d'une des fonctions du nez, par laquelle de minuscules poils (cils vibratiles) poussent les mucosités et les pathogènes qui en sont captifs vers l'arrière du nez, dans un mouvement ondulatoire dit métachronique. Tout ce beau monde descend ensuite dans la gorge pour finalement se retrouver dans l'estomac, où les pathogènes seront habituellement décomposés par l'acide chlorhydrique.

Les chercheurs ont aussi vérifié si les scénarios météorologiques étaient des indicateurs fiables de la situation de l'influenza infectieux dans un secteur donné. Ils ont constaté que ces infections atteignaient des sommets dans les secteurs de hautes latitudes où l'humidité, la température et le rayonnement solaire étaient plus faibles.

Comment le nez aide-t-il à filtrer les germes?

Les poils du nez créent de la turbulence dans l'air qui passe par les voies nasales, faisant en sorte que les pathogènes demeurent coincés dans les sécrétions produites par les muqueuses. Comme nous venons de le voir, ce mucus est ensuite poussé vers la gorge. Il est important de savoir que non seulement l'air sec, mais aussi l'air froid ralentit la clairance mucociliaire, ce qui favorise l'accumulation des pathogènes dans le nez et provoque la congestion.

Que peut-on faire pour se prémunir contre la grippe?

Pour prévenir la grippe, il existe de nombreux produits qui renforcent le système immunitaire afin qu'il se puisse mieux se défendre contre les souches virales de l'influenza, constamment en mutation. Des produits comme Echinaforce agissent par voie interne en modulant le système immunitaire pour réduire l'intensité des symptômes de la grippe de même que la durée du rétablissement.

La plante utilisée dans la préparation Echinaforce contient des alkylamides; ces composés modulent la libération des cytokines, qui sont des agents inflammatoires. La quantité de ces agents étant réduite, l'organisme a davantage de ressources à sa disposition pour combattre l'infection.

Une étude récente donne aussi à penser qu'Echinaforce pourrait contribuer à prévenir les infections secondaires comme la pneumonie, la bronchite et la sinusite. Pour les personnes qui ressentent ce chatouillement de mauvais augure dans la gorge et qui souhaitent utiliser une arme vraiment dissuasive, il y a également Echinaforce Extra.

Quelles options s'offrent à moi si c'est mon enfant qui attrape la grippe?

L'efficacité d'Echinaforce Junior comparativement à la vitamine C a récemment fait l'objet d'une étude randomisée et contrôlée, à double insu, menée dans des cabinets de médecine générale et pédiatrique en Suisse. Au terme de la période expérimentale, on a observé chez les sujets, âgés de 4 à 12 ans, une réduction de 32,5 % des épisodes de rhume et de grippe, de 67,3 % du nombre de jours de fièvre, de 65 % des complications et de 76,3 % de la prescription d'antibiotiques. Ce produit sans sucre, à l'efficacité cliniquement prouvée, peut aider à protéger vos tout-petits et à les remettre plus rapidement sur pied!

Références:
https://msphere.asm.org/content/4/5/e00474-19
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3335026/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3613375/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4058675/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4097773/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4515362/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/11936911/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18311130/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19409931/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19912623/
https://royalsocietypublishing.org/doi/full/10.1098/rsif.2009.0228.focus