Le reflux silencieux... pas si discret malgré tout

Digestion


Owen Wiseman
@AVogel_ca


20 janvier 2021

Il se peut qu'il s'agisse de la transition entre le reflux laryngo-pharyngé (RLP) relativement « silencieux » ou asymptomatique, et le reflux symptomatique. Notre société connaît mieux un cousin de la RLP, le reflux gastro-œsophagien (RGO), qui diffère nettement du premier, un point abordé plus loin dans cet article. L'une des caractéristiques de la RLP est que les personnes touchées ne souffrent pas des brûlures d'estomac typiques du RGO.

Quelles en sont les causes?

Les personnes atteintes de RGO présentent des symptômes dus au reflux de l'acide gastrique et du contenu de l'œsophage. Les personnes atteintes de RPL présentent des symptômes similaires, mais l'acide et le contenu de l'œsophage peuvent remonter jusqu'au pharynx ou au larynx. Cela est souvent dû au faible tonus du sphincter œsophagien inférieur, un anneau musculaire serré situé entre l'œsophage et l'estomac qui, en temps normal, empêche le contenu de l'estomac de remonter.

Parlons des symptômes du RPL

Il est important de noter que chaque personne peut présenter des symptômes différents, mais parmi les plus courants, on trouve :

  • Un sentiment constant de devoir se racler la gorge
  • De la difficulté à avaler
  • Une sensation de « brûlures de la gorge » comparable à l'expérience plus courante des « brûlures d'estomac » dans le RGO
  • Une perturbation du sommeil associée au reflux
  • La voix rauque

Le reflux silencieux peut-il disparaître?

Avec les interventions et l'attention appropriées, la RPL finira par disparaître, même si une rechute est tout à fait possible. Pour vous aider à vous débarrasser de cette maladie, vous pouvez envisager une intervention pharmaceutique. Malheureusement, les médecins de famille recommandent très souvent une classe de médicaments connue sous le nom d'inhibiteur de la pompe à protons (IPP). Ces médicaments, les deuxièmes plus couramment prescrits aux personnes âgées au Canada, réduisent la production d'acide gastrique qui entraîne la sensation de brûlure ressentie par les personnes atteintes. Le problème est que de nombreux patients les prennent bien au-delà de la période recommandée de deux mois et que leur médecin ou leur pharmacien ne s'aperçoit pas toujours de cette erreur.

Cette négligence pourrait entraîner un risque accru de maladies telles que les carences en vitamine B12, les maladies rénales chroniques, la pneumonie, les fractures et même la démence. Cependant, il est important de noter que la recherche est principalement rétrospective, et il serait important que des études de meilleure qualité soient menées pour explorer les corrélations.

De plus, des chercheurs qui ont dressé un bilan systématique des études scientifiques aussi récemment qu'en 2019 ont conclu que « la supériorité des IPP sur le placebo est toujours controversée et un nombre important de patients ne répondent pas au traitement ».

Compte tenu des risques des IPP, quelles sont les options complémentaires?

Dans un essai fascinant publié dans le Journal of the American Medical Association (Otolaryngology – Head & Neck Surgery), les chercheurs ont déterminé que les personnes atteintes de RPL connaissaient le même soulagement des symptômes en suivant le régime méditerranéen avec de l'eau alcaline qu'avec un IPP.

Vous pourriez aussi envisager d'autres changements à votre mode de vie, par exemple en évitant les aliments susceptibles de provoquer des irritations, comme:

  • les aliments riches en graisses,
  • la caféine,
  • l'alcool et
  • les boissons gazeuses.

Ces aliments irritants diminuent le tonus musculaire du sphincter de l'œsophage dont nous avons parlé plus haut, ce qui facilite l'entrée de l'acide gastrique dans l'œsophage et la gorge.

Une étude menée en 2004 démontre également que l'augmentation des fibres peut aider à protéger contre les symptômes de reflux. Il peut être pertinent pour vous de réduire vos repas et d'en faire plusieurs petits par jour plutôt que trois gros afin de réduire le risque de reflux.

Qu'en est-il de certaines plantes médicinales pour trouver du soulagement?

Un complexe d'artichaut, de chardon-Marie, de boldo et de pissenlit produit par A.Vogel se présente sous forme de teinture (Boldocynara® Digestion Foie) ou de comprimé (Complexe Digestion Boldocynara®) selon vos besoins individuels ou selon la recommandation de votre professionnel de la santé.

  • Le chardon-Marie. Il a été démontré que le chardon-Marie (Silybum marianum) aide à réduire l'inflammation et les lésions du foie, et protège contre les toxines hépatiques associées au foie gras alcoolique (stéatose hépatique). Il peut être considéré avant tout comme un hépatoprotecteur, qui aide à optimiser la santé du foie contre les facteurs qui diminuent la fonction de cet organe.
  • L'artichaut. Dans une étude ouverte multicentrique menée auprès de 553 participants, il a été démontré que l'artichaut (Cynara scolymus) est bénéfique pour les symptômes gastro-intestinaux, notamment l'indigestion fonctionnelle, ou dyspepsie. Les personnes qui ont pris un extrait d'artichaut ont constaté des bénéfices cliniquement pertinents dans les six semaines suivant le début du traitement, soit une amélioration de 71 %. Une étude de suivi menée auprès de 454 participants a permis aux auteurs de conclure que l'extrait de feuilles d'artichaut est prometteur pour les symptômes gastro-intestinaux supérieurs et la qualité de vie en général.
  • Le boldo. Le boldo (Peumus boldo) peut être considéré comme un promoteur de la sécrétion de la bile, qui intervient dans la décomposition des graisses en petites gouttelettes. Les preuves sont limitées en ce qui concerne la plante elle-même, c'est pourquoi un essai clinique sur le mélange d'herbes contenues dans le produit, tel que décrit ci-dessous, soutient les synergies de ces plantes.
  • Le pissenlit. Le pissenlit (Taraxacum officinalis) contient non seulement beaucoup de fibres solubles qui favorisent un microbiome sain, mais sa consommation a également favorisé une diminution des «mauvaises» graisses présentes dans l'organisme ainsi qu'une augmentation des «bonnes» graisses.

Un essai clinique portant sur le Complexe Digestion - Boldocynara® a démontré une réduction de 80% de la fréquence des régurgitations et une réduction de 83% de l'impact de ce symptôme sur la qualité de vie. Pour certains, cela pourrait signifier pouvoir profiter d'un repas de fin d'année pour la première fois depuis des années, sans craindre de ressentir une irritation de la gorge ou de subir les effets silencieux de la RPL.

Références:
https://ctvnews.ca/health/millions-of-canadians-using-acid-reflux-drugs-for-too-long-risking-health-side-effects-1.4409011
https://ema.europa.eu/en/documents/herbal-report/final-assessment-report-cynara-cardunculus-l-syn-cynara-scolymus-l-folium_en.pdf
https://healthsystem.osumc.edu/pteduc/docs/LPR.pdf
https://karger.com/Article/FullText/142726
https://med.stanford.edu/content/dam/sm/ohns/documents/voicecenter/resources/Stanford_ENT_Clinic-LPR_Protocol.pdf
https://ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK519548/
https://ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1774312/
https://ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6463334/
https://ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6795731/
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/11841050/
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/18334810/
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/27517806/
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/28880991/