Blocage dans l’épaule : ne baissez pas les bras!

Une épaule bloquée peut constituer un sérieux handicap, et ce, même si on n’est pas le champion lanceur de notre ligue locale de baseball ou une joueuse de tennis au service redoutable.

Muscles et articulations


Owen Wiseman
@AVogel_ca


20 juin 2018

Plus savamment appelé capsulite rétractile, un blocage de l’épaule connaît trois phases et survient avec l’inflammation et le raidissement de la capsule de l’épaule et des tissus voisins.

Quels sont les signes et symptômes de chaque phase?

  1. La phase 1, qui peut durer de quelques semaines à quelques mois, se caractérise par le développement progressif d’une douleur qui finit par empêcher la personne de faire le moindre mouvement de l’épaule.
  2. Durant la phase 2, la douleur devient moins vive, mais la raideur subsiste et peut aussi durer des mois.
  3. La phase 3 est la période de rétablissement, alors que la personne récupère peu à peu (en plusieurs mois) son amplitude de mouvement habituelle.

Cette condition peut facilement miner la qualité de vie, car elle empêche les personnes atteintes d’effectuer des gestes aussi anodins que de prendre un objet ou d’enfiler un vêtement. Souvent, la douleur devient plus intense la nuit.

Notions anatomiques de base

De toutes les articulations du corps humain, l’épaule est la plus polyvalente : elle est capable de se mouvoir dans de nombreuses directions. Cette faculté vient du fait qu’il s’agit d’une articulation sphéroïde. La tête sphérique lisse de l’humérus, l’os situé entre l’épaule et le coude, s’emboîte dans la cavité articulaire, ou glène. La tête de l’humérus et la glène sont toutes deux recouvertes d’une couche de cartilage d’une épaisseur de 2 à 4 mm, dont la fonction est de permettre aux os de l’articulation de glisser les uns sur les autres sans problème.

Le vieillissement et les blessures peuvent provoquer l’usure de ce cartilage et le rendre plus rugueux. Imaginez que vous ayez à déplacer quelque chose sur un plancher de bois franc bien poli, puis imaginez-vous maintenant en train d’essayer de traîner le même objet sur du papier sablé – le résultat ne sera vraisemblablement pas le même. C’est pourquoi il est vital de maintenir nos articulations dans le meilleur état possible.

Un peu d’huile de coude pour faire bouger les choses

Nous les humains serions fort dépourvus si notre corps n’était qu’un squelette sans muscles – comme un pantin sans ficelles. Les centaines de muscles dispersés dans le corps se contractent et se relâchent de manière complexe pour effectuer des mouvements et des ajustements auxquels le plus souvent nous ne prêtons même pas attention. Lorsqu’on songe à tous les mouvements de l’épaule, il faut absolument tenir compte des muscles faisant partie de la coiffe des rotateurs, soit les muscles supraépineux, infraépineux, petit rond et sous-scapulaire. Ces muscles servent également à maintenir la tête de l’humérus dans la glène et à stabiliser l’articulation glénohumérale.

Que se passe-t-il lorsque l’épaule se bloque?

Une capsulite rétractile primaire peut se produire spontanément, sans être déclenchée par un événement ou une blessure antérieure quelconque. Dans ces cas, le cartilage articulaire peut tout simplement s’être usé à force d’être trop sollicité. Des lésions dans la région de l’épaule peuvent aussi entraîner la formation de tissu cicatriciel rigide; ce dernier sera moins élastique et plus raide que les tissus présents antérieurement. Par ailleurs, on constate souvent chez les personnes souffrant d’une capsulite rétractile des niveaux plus élevés d’agents inflammatoires.

Quelques faits en bref sur l’épaule bloquée

  1. De 3 à 5 % des gens dans la population générale éprouveront ce problème à un moment ou un autre de leur vie, et cette proportion grimpe à 20 % chez les diabétiques.
  2. 25,3 % des patients qui ont déjà subi un accident vasculaire cérébral risquent de développer une capsulite rétractile dans les six mois suivants.
  3. Dans une étude, seulement 2,6 % des médecins participants prescrivaient des injections de corticostéroïdes (anti-inflammatoires) dans l’épaule.
  4. Selon une méta-analyse d’études scientifiques, ce sont les injections de corticostéroïdes qui s’avèrent les plus efficaces à court terme, mais le soulagement de la douleur ne dure que huit semaines au plus.

Exercez votre souplesse

Il existe un traitement formidable et accessible que vous pouvez suivre sans quitter le confort de votre foyer. Les étirements permettent de rétablir lentement la mobilité de l’articulation, mais il faut absolument réchauffer l’épaule avant de commencer à l’étirer.

Pour ce faire, on peut prendre une douche ou un bain chaud, ou appliquer une serviette chaude sur la région atteinte. En faisant dilater les vaisseaux sanguins, on assure une meilleure irrigation de la région touchée, ce qui lui procure de précieux nutriments tout en la débarrassant des déchets.

La capsulite se résorbe d’elle-même avec le temps, mais les étirements pourront aider le tissu cicatriciel à se relâcher. Les étirements permettent aussi d’épaissir et de mieux aligner les fibres de collagène et d’élastine, deux éléments importants pour la mobilité de l’épaule.

Appelez les plantes à la rescousse

Des produits comme les comprimés Douleurs articulaires peuvent contribuer à soulager la capsulite rétractile. Le principal ingrédient du produit est un extrait sec de griffe du diable (Harpagophytum procumbens). Le composant actif de la racine est l’harpagoside, dont on a démontré qu’il pouvait inhiber certains agents pro-inflammatoires et par conséquent réduire l’enflure.

Cette action atténue la compression au niveau de l’épaule et favorise la récupération de l’amplitude de mouvement normale. Autre avantage, l’harpagoside exerce un léger effet analgésique; la douleur s’en trouve donc atténuée.

Si on recherche une « solution rapide », l’application locale d’Arnica montana procurera un soulagement de la douleur. Cette plante agit tel un anti-inflammatoire et stimule la circulation, apportant ainsi un afflux de sang frais à l’épaule. Il est donc judicieux d’avoir sous la main un produit comme Absolüt Arnica, qui travaille en synergie avec Douleurs articulaires.

L’exercice est-il bénéfique?

« On s’en sert ou on le perd »! C’est vrai pour les voitures qu’on veut remettre en marche après des mois passés sans rouler, et ce l’est aussi pour nos muscles. Lorsque ceux-ci sont sollicités et poussés à leur limite, l’organisme leur consacre beaucoup de ressources pour assurer que les cellules obtiennent tous les nutriments nécessaires à leur santé et à leur croissance.

Si nos muscles ne sont pas utilisés, le corps dirige les ressources ailleurs et l’atrophie musculaire s’ensuit. Certains mouvements pourraient causer plus de douleur que d’autres; le mieux est de consulter votre physiothérapeute ou votre médecin traitant pour élaborer un plan de traitement qui est adapté à votre situation actuelle et qui pourra évoluer à mesure que vous retrouverez votre mobilité habituelle.

Références:
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4268082/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3445147/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4327350/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5384535/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5515778/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/7302118/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/10963182
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17128436
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17673588
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22882499
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26049170
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26528823

Herbamare Original 2,5g - Offre exclusive au avogel.ca! Herbamare sample