Inflammation et stress vont-ils de pair?

Avez-vous remarqué? On dirait que le stress se manifeste toujours aux moments les plus inopportuns et ne se limite jamais à un seul événement. Comme le dit le vieil adage, « un malheur n’arrive jamais seul ».

Muscles et articulations | Stress et sommeil


Owen Wiseman
@AVogel_ca


14 avril 2021

En quoi l'inflammation musculaire diffère-t-elle de l'inflammation articulaire?

Pour répondre à cette question, on doit d'abord établir précisément ce qui différencie un muscle d'une articulation. Si on compare le squelette à une marionnette, les muscles sont les fils qui, en se contractant et en se relâchant, lui permettent de bouger. Sans les muscles, nous ne serions qu'un assemblage de peau et d'os, rien de plus.

Les articulations sont les points de jonction entre les os adjacents qui permettent différents mouvements, par exemple de flexion et d'extension. Cette différence clé explique en quoi l'inflammation ne se manifeste pas du tout de la même façon pour les uns et les autres.

L'inflammation musculaire peut survenir n'importe où le long du tissu; on la décrit souvent comme étant « diffuse » ou « peu localisée ».

L'inflammation articulaire, au contraire, est fréquemment décrite comme « localisée » car la douleur ou l'irritation est perceptible à un endroit précis, par exemple le genou ou le coude.

Comment le stress en vient-il à engendrer de l'inflammation?

Souvenez-vous de notre mise en situation initiale : vous vivez une situation passablement stressante. Vous avez un projet à finir dans les 24 heures et une fuite d'eau qui vous attend à la maison. Vos articulations commencent à faire mal – non, vous n'avez pas la berlue! Ceci explique cela.

Face au stress, le corps humain a développé au cours de son évolution une réaction dite « de combat ou de fuite ». Cette réaction est déclenchée dès que quelque chose met notre intégrité en danger. Mais le corps ne comprend pas la différence entre une menace physique, par exemple un lion affamé, et une menace psychologique comme celle que peut représenter une facture impayée. Quelle que soit sa nature, la menace en question stimule la libération de cytokines pro-inflammatoires pour préparer une attaque contre l'agent provocateur. Une fois celui-ci neutralisé, les cytokines reviennent à leurs niveaux de base. Un stress chronique peut toutefois faire en sorte qu'ils demeurent élevés.

Le stress peut-il déclencher ou aggraver la douleur musculaire et articulaire?

Les cytokines inflammatoires peuvent circuler jusqu'aux tissus musculaires ou aux espaces articulaires et causer de l'irritation. Elles jouent aussi un rôle dans le déclenchement de la réaction de douleur en abaissant son seuil. Autrement dit, les cytokines nous rendent plus sensibles et la sensation de douleur survient plus rapidement. Certaines études se penchent sur l'influence des cellules cancéreuses dans la production de cytokines inflammatoires, qui contribueraient à l'expérience globale de la douleur chez les personnes aux prises avec un cancer.

Pendant que nous y sommes, sachez que certaines cytokines ont même pour effet de diminuer la densité minérale osseuse, ce qui accroît le risque de développer de l'ostéoporose plus tard dans la vie.

L'anxiété peut-elle causer de l'inflammation?

Comme nous l'avons mentionné plus haut, le corps n'est guère habile à faire la différence entre une menace physique et une menace psychologique. La présence d'une menace peut susciter de l'anxiété et, en réaction, le corps subit le même processus d'inflammation en cascade qui est décrit ici.

Quelle est la façon la plus rapide de réduire l'inflammation dans l'organisme?

À cette question cruciale vous obtiendrez d'innombrables réponses – tout dépend à qui vous la posez! Voyons ici quelques-unes des réponses qui reviennent le plus souvent.

  • Régime alimentaire anti-inflammatoire. « Dis-moi ce que tu manges et je te dirai qui tu es » : rien n'est plus vrai quand il est question du niveau d'inflammation dans le corps. Vous ne serez sans doute pas surpris de lire que le régime idéal comprend une variété de fruits et de légumes, lesquels aident à réduire l'inflammation en plus d'avoir des effets antioxydants. Les noix contiennent des huiles naturellement riches en omégas-3, d'autres substances anti-inflammatoires qu'on trouve souvent aussi dans le poisson. Enfin, n'oubliez pas la touche finale, c'est-à-dire les fines herbes et les épices, notamment le curcuma, considéré comme le « champion » du combat contre l'inflammation.
  • Douleurs articulaires. Ce remède à base de plantes contient de la griffe du diable (Harpagophytum procumbens), laquelle regorge d'harpagosides. Ces puissants agents anti-inflammatoires peuvent aider à atténuer l'irritation des articulations ou des muscles.
  • Songez aux activités aérobiques ou aux exercices contre résistance. Bien que ces options puissent paraître peu attrayantes pour les personnes obèses qui souffrent de douleurs articulaires, il a été démontré que l'exercice pouvait apporter un soulagement de l'ordre de 14 à 71,4 %!
  • Prise en charge de l'anxiété. Maîtriser l'anxiété aide aussi à limiter les effets physiques néfastes du stress. Une étude comparative randomisée, à double insu et avec placebo a été menée en 2020 au Brain Performance and Nutrition Research Centre auprès de sujets humains. Les chercheurs ont observé des résultats fort concluants quant à l'utilisation de la plante Avena sativa : la prise de suppléments pendant quatre semaines par des adultes en santé a diminué la réaction physiologique au stress. Des produits comme Avenaforce contiennent un extrait de la plante, qui aide à soutenir le système nerveux.
  • Respiration. La recherche commence à comprendre les bienfaits d'être en phase avec notre corps, mais quel pouvoir notre respiration exerce-t-elle? Il suffit de 20 minutes de respiration diaphragmatique pour observer une réduction des marqueurs inflammatoires détectés dans la salive.

Aucune réponse n'est meilleure qu'une autre; l'important est de discuter avec votre principal fournisseur de soins de santé afin de déterminer ce qui vous convient le mieux. Entre-temps, si vous éprouvez de l'inflammation ou une douleur articulaire, lisez nos autres articles, notamment 5 facteurs de risque de douleur au poignet ou 4 causes fréquentes des douleurs aux hanches.

Références:
https://bmccomplementmedtherapies.biomedcentral.com/articles/10.1186/s12906-016-1286-7
https://www.ema.europa.eu/en/documents/herbal-report/assessment-report-avena-sativa-l-herba-avena-sativa-l-fructus_en.pdf
https://www.hindawi.com/journals/mi/2015/984570/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2785020/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4332294/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6929211/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7352613/
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/26782575/