Santé féminine : Du SPM à la ménopause

La santé des femmes est un sujet souvent négligé, mais qui est pourtant loin d’être négligeable.

Ménopause et périménopause | SPM | Santé des femmes


Dr. Owen Wiseman, ND


10 juillet 2022

Du SPM à la ménopause, le chemin est parfois long et semé d'embûches. Voici quelques éléments à retenir au fil de ces changements :

  1. Veillez à rester bien informée sur votre état de santé et sur les changements auxquels vous devez vous attendre.
  2. N'ayez pas peur de demander de l'aide à votre médecin ou à d'autres professionnels de la santé qualifiés.
  3. Soyez attentive à vos habitudes en matière de régime alimentaire et d'exercice physique, car elles peuvent avoir un impact sur votre santé à court et à long termes.
  4. Recherchez le soutien de votre famille et de vos amis si vous avez de la difficulté à composer avec un aspect quelconque de votre santé.
  5. Rappelez-vous que vous n'êtes pas seule – bien des femmes vivent des expériences similaires. N'hésitez pas à vous tourner vers les autres pour obtenir des conseils et du soutien.

Qu'est-ce que le SPM?

Le syndrome prémenstruel (SPM) est un ensemble de symptômes physiques, émotionnels et comportementaux qui surviennent avant les menstruations. La plupart des femmes éprouvent au moins quelques-uns des symptômes associés au SPM, dont l'intensité peut varier de légère à forte.

Ces symptômes comprennent notamment les ballonnements, la fatigue, l'irritabilité, la sensibilité des seins et les sautes d'humeur. La cause du SPM n'est pas entièrement comprise, mais on pense que le phénomène est attribuable à une combinaison de facteurs hormonaux et psychologiques.

Il n'existe pas de solution universelle pour gérer le SPM, mais certaines modifications du mode de vie et certains remèdes maison peuvent contribuer à en atténuer les symptômes.

L'expérience du SPM est-elle la même pour toutes?

Il existe différents types de SPM selon le symptôme principal qui se manifeste. Les cinq principaux symptômes sont les suivants :

  • Anxiété – Chez certaines femmes, le SPM peut s'accompagner d'un état d'anxiété, sous la forme d'un sentiment d'accablement, de perte de contrôle et de tension ou de nervosité. Si vous ressentez de tels symptômes, il est important de rechercher un soutien psychosocial.
  • Fringales – Le SPM peut provoquer des rages d'aliments salés ou au contraire sucrés, comme le chocolat. En général, ces envies sont une façon pour le corps de réclamer les nutriments dont il a besoin. Par exemple, une envie de grignotines salées peut signifier que l'organisme a besoin de plus de sodium. De la même manière, une envie de chocolat peut dénoter un manque de magnésium. Les fringales sont dues, en partie, à la baisse de sérotonine pendant le SPM. Comme il faut des glucides pour produire la sérotonine, votre corps vous incitera alors à les rechercher.
  • Dépression – SPM et dépression vont souvent de pair. De nombreuses femmes connaissent des sautes d'humeur et un état dépressif pendant le SPM; ce phénomène porte aussi le nom de trouble dysphorique prémenstruel (TDPM). Des études préliminaires montrent que ce trouble affecte environ 3 à 8 % des personnes souffrant du SPM. Si les symptômes sont graves, votre médecin traitant peut vous recommander des antidépresseurs pour soutenir votre état mental.
  • Hyperhydratation – Les hormones comme les œstrogènes et la progestérone peuvent provoquer une rétention d'eau, ce qui entraîne un gonflement de l'abdomen et des pieds. La progestérone, plus particulièrement, peut entraîner une défaillance (laxité) au niveau de la tension et de la résistance des cellules qui tapissent les veines, ce qui permet au liquide de s'échapper et nuit au drainage. Une étude a montré que près de 92 % des femmes sont aux prises avec des problèmes d'œdème au moment du SPM.
  • Douleur – Chez certaines femmes, la douleur et les crampes peuvent être suffisamment graves pour nuire aux activités de la vie quotidienne. Lorsque la muqueuse de l'utérus se détache et que des prostaglandines (composés semblables aux hormones) sont libérées par le tissu utérin, des contractions musculaires s'ensuivent. Les médicaments en vente libre comme l'ibuprofène et les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) agissent en bloquant ces prostaglandines, ce qui réduit les douleurs menstruelles.

Comment traiter le SPM de manière naturelle?

Les solutions naturelles pour traiter le SPM ne manquent pas. On peut notamment adopter de saines habitudes alimentaires, faire régulièrement de l'exercice, réduire son niveau de stress et prendre des suppléments, par exemple de la vitamine B6 et du magnésium. Certaines femmes trouvent un soulagement grâce à l'acupuncture ou à certaines plantes médicinales, notamment Vitex agnus-castus, ou gattilier.

On pense que le vitex agit de deux façons, d'une part en inhibant la prolactine et d'autre part en accroissant l'hormone lutéinisante. Des composés que renferme le vitex, connus sous le nom de diterpènes, peuvent se lier aux récepteurs DA-2 présents sur les cellules lactotropes, responsables de la production de prolactine. La prolactine est impliquée dans la grossesse et la production du lait maternel. Imaginez un corps qui mobilise la majeure partie de ses ressources pour allaiter un enfant. Cela ne laisse pas grand-chose pour amorcer la croissance d'un autre fœtus. C'est pourquoi la prolactine freine la fertilité en réduisant la sécrétion de progestérone durant la période qui suit l'ovulation (phase lutéale). Après le sevrage du bébé, le taux de prolactine diminue, la progestérone augmente et une nouvelle grossesse redevient alors envisageable.

Une étude comparative avec placebo, à double insu, a montré que les femmes ayant pris un supplément quotidien de Vitex agnus-castus pendant trois mois ont considérablement amélioré leurs symptômes liés au SPM, notamment les sautes d'humeur, les ballonnements, la sensibilité des seins et l'irritabilité.

Des options comme Vitex SPM peuvent aider à normaliser vos hormones et à réduire les symptômes du SPM, y compris l'acné hormonale. Si vous envisagez la prise de Vitex agnus-castus, il est important de consulter d'abord votre médecin traitant. En effet, cette plante peut interagir avec certains médicaments et son utilisation n'est pas recommandée chez les femmes enceintes ou allaitantes.

Passons maintenant à la ménopause

La ménopause est un autre moment de la vie d'une femme où ses hormones connaissent des fluctuations. Pendant la ménopause, les ovaires cessent de produire des ovules, et les niveaux d'œstrogènes et de progestérone diminuent. Cela peut susciter toute une panoplie de symptômes, notamment des bouffées de chaleur, des sueurs nocturnes, une sécheresse vaginale et des sautes d'humeur.

Les œstrogènes d'origine végétale, appelés phytoœstrogènes, se trouvent dans des aliments comme le soya et les isoflavones qu'il contient. Les avantages d'une consommation régulière de soya sont observables chez les femmes de culture asiatique, qui présentent une incidence plus faible des symptômes de ménopause comparativement aux Nord-Américaines. Elles ont également moins de cancers hormonodépendants et de maladies cardiovasculaires associées à la ménopause. C'est pourquoi le soya fermenté sans OGM est l'un des principaux ingrédients de MenoSupport Complex d'A.Vogel. Ce produit aide à ralentir la chute des hormones en les complétant en douceur pendant cette période de transition qu'est la ménopause. Cela permet de réduire la gravité et la fréquence des symptômes qui y sont associés.

Les autres ingrédients médicinaux du complexe comprennent l'hibiscus et le magnésium.

L'hibiscus est une fleur utilisée à des fins médicinales depuis des siècles. Elle est connue surtout pour ses bienfaits sur le système cardiovasculaire; il a été démontré qu'elle contribue à réduire le risque de maladie cardiaque et d'autres problèmes cardiovasculaires. Pendant la ménopause, ce risque augmente considérablement en raison des fluctuations hormonales. L'hibiscus peut aider à normaliser les hormones en cause et à maintenir le système cardiovasculaire en bonne santé.

Le magnésium est un minéral essentiel à la santé humaine. Il participe à un large éventail de processus biologiques, notamment la régulation des hormones et de la glycémie. Le magnésium est également important pour la santé des os, et il peut aider à prévenir l'ostéoporose.

Avec le vieillissement, les niveaux de magnésium à l'intérieur des cellules et en circulation dans l'organisme peuvent baisser de manière significative. Cela risque d'entraîner une série de problèmes, comme des sautes d'humeur, de la fatigue et des maux de tête. Une supplémentation en magnésium peut aider à rétablir des niveaux suffisants dans l'organisme. Le magnésium est également bénéfique pour le système cardiovasculaire et contribue à protéger contre les maladies cardiaques.

Si vous avez besoin d'un soutien particulier pour des symptômes comme les bouffées de chaleur, la phytothérapie pourrait s'avérer votre meilleure option.

La sauge (Salvia officinalis) est une plante efficace contre les bouffées de chaleur. Elle aide à rafraîchir le corps et peut soulager la chaleur intense et la transpiration qui accompagnent souvent les baisses d'hormones. Des produits comme Menoforce contiennent des quantités thérapeutiques de sauge biologique sans OGM, qui ciblent spécifiquement ce type de symptômes.

Trois essais cliniques distincts ont été menés sur Menoforce afin d'évaluer son efficacité à réduire la fréquence de même que l'intensité des bouffées de chaleur et des sueurs nocturnes. Lors d'une étude clinique, Menoforce a réduit la fréquence de 50 % en 4 semaines et de 64 % en 8 semaines, avec une forte indication d'une réduction supplémentaire en cas d'utilisation continue. Le nombre de bouffées de chaleur d'intensité légère a été réduit de 46 %, celui des bouffées modérées de 62 %, celui des bouffées sévères de 79 % et celui des bouffées très sévères de 100 %.

Des années après la publication de ces observations prometteuses, une nouvelle équipe de chercheurs a mené une étude randomisée sur Menoforce, à double insu et avec placebo, afin de voir s'il était possible de reproduire les mêmes résultats. Cette étude plus récente a démontré une amélioration de 39,2 % de l'ensemble des symptômes de ménopause selon l'échelle MRS (Menopause Rating Scale), et même une amélioration de 55,3 % de la sévérité des bouffées de chaleur en un mois seulement! De plus, les recherches menées à ce jour révèlent que l'utilisation de feuilles de sauge fraîches procure un produit beaucoup plus puissant. Quatre fois plus pour être précis!

Pour couronner le tout, ce produit peut être utilisé sans danger en association avec l'hormonothérapie; il convient également aux personnes souffrant d'hyperhidrose, c'est-à-dire d'une sudation excessive des mains, des pieds et du dos – entre autres! Si le SPM et la transition vers la ménopause ne sont pas toujours faciles à vivre, dites-vous qu'il existe de nombreuses options phytothérapeutiques pour aider à atténuer les symptômes. Des suppléments à base de sauge, entre autres, peuvent être extrêmement efficaces pour réduire les bouffées de chaleur et les sueurs nocturnes, tandis que les isoflavones de soya, le vitex et l'hibiscus peuvent venir à la rescousse pour rendre d'autres symptômes typiquement féminins plus supportables.

Références

  • Bommer, S. A. G. E., P. Klein, et A. Suter. « First time proof of sage's tolerability and efficacy in menopausal women with hot flushes. » Advances in Therapy 28.6 (2011): 490-500.
  • Bommer, S., P. Klein, et A. Suter. « A multicentre open clinical trial to assess the tolerability and efficacy of sage tablets in menopausal patients with hot flushes. » Planta Medica 75.09 (2009): PJ159.
  • Cassidy, Aedin, et al. « Critical review of health effects of soyabean phyto-oestrogens in post-menopausal women. » Proceedings of the Nutrition Society 65.1 (2006): 76-92.
  • Tacani, Pascale Mutti, et al. « Characterization of symptoms and edema distribution in premenstrual syndrome. » International Journal of Women's Health 7 (2015): 297.
  • Wilfried, Dimpfel, Chiegoua Dipah Gwladys Nina, et Bommer Silvia. « Effectiveness of Menosan® Salvia officinalis in the treatment of a wide spectrum of menopausal complaints. A double-blind, randomized, placebo-controlled, clinical trial. » Heliyon 7.2 (2021): e05910.
  • Yonkers, K., R. Casper, et William F. Crowley Jr. « Epidemiology and pathogenesis of premenstrual syndrome and premenstrual dysphoric disorder. » UpToDate (2015).